Littérature jeunesse·Science Fiction·Young adult

« U4 : Koridwen » d’Yves Grevet

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : U4 : Koridwen
Auteur : Yves Grevet
Genre : Roman adolescent/Young Adult/Dystopie/Science Fiction
Editeur : Nathan/Syros

51fvgzyr3yl-_sx210_Un virus foudroyant s’est propagé dans toute l’Europe, touchant et décimant plus de 90% de la population mondiale. N’ont survécu que certains adolescents qui, livrés à eux-mêmes, tentent de survivre. Malheureusement, la nourriture et les soins ne sont pas les seules choses qui posent problème. En effet, des gangs se forment et certains caïds n’hésitent pas à en venir à la violence pour obtenir ce qu’ils souhaitent : pillage, meurtres, viols, … L’homme est un loup pour l’homme…

Koridwen est une jeune fille courageuse et à fort caractère qui, après le virus U4, tente d’occuper ses journées en reprenant la ferme de ses défunts parents. Mais, suite à la découverte d’un message étrange provenant de son MMORPG favori, elle décide d’aller en tracteur à Paris pour faire éclater la vérité. Elle part alors chercher Max, son cousin handicapé. Sur le chemin, elle va se découvrir certains talents pour l’utilisation des plantes médicinales ou toxiques. Mamm-Gozh, sa grand-mère, lui a laissé divers écrits pour la conseiller dans son périple… L’idée est plutôt bonne, cependant j’ai été frustrée par le fait que Koridwen utilise de la magie celtique sans vraiment l’utiliser. Il aurait fallut exploiter davantage cette idée.

Ce roman est terriblement additif. le lecteur est plongé dans l’intrigue et suit Koridwen, cette jeune bretonne qui, malgré ses inquiétudes, ne renonce jamais. Elle refuse de se laisser aller ou d’abandonner son cousin sans se battre. Mais parfois, il est bien difficile de faire des choix sans renier ses valeurs et sans mettre ses compagnons en danger. Imprégnée de la Bretagne, de ses mythes, ses traditions et de sa magie, la route de Koridwen est truffée d’embuches…

U4 est une saga prenante où chaque tome peut se lire individuellement, car la fin de chaque ouvrage ne dévoile en rien la conclusion des autres volumes. Le destin de Koridwen, Jules, Stéphane et Yannis leur permet de se croiser, s’allier et se séparer à tout moment. Comme toutes les dystopies, ce récit aborde diverses questions existentielles comme la survie, le deuil, l’espoir, la relation avec autrui, l’acceptation du chaos, la reconstruction d’un nouveau monde et, peut-être, de nouvelles générations…

Citations :

A leurs yeux, je suis une héroïne et elles disent envier mon courage.
De quoi parlent-elles ? J’ai si souvent peur.

—————

Je me faufile jusqu’à la pièce principale.
Je me plante devant la baie vitrée et admire la vue.
C’est une immensité grisâtre qui pourrait faire penser à l’océan.
La pluie qui ruisselle sur la vitre me rappelle ma Bretagne.
Paris est éteinte. Ce n’est plus la « Ville-Lumière ».

 

Ma note :

  5/5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s