Bit-Lit·Coup de coeur·Fantastique/Fantasy·Romances·Romans policiers / Thriller

« Jeu de piste » (Alpha & Omega T3) de Patricia Briggs

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Jeu de piste (Alpha & Omega T3)
Auteur : Patricia Briggs
Genre : Bit-Lit/Urban Fantasy/Romance/Thriller
Editeur : Milady

couv67004058Ce tome trois a été un véritable coup de cœur… J’avais déjà accroché au tome un, adoré le tome deux, mais là, c’est un vrai régal ! L’intrigue a été très prenante, les personnages aussi développés qu’intéressants et la plume toujours aussi addictive… Avant de commencer ma critique, j’aimerais m’arrêter sur la couverture de « Jeu de piste ». Anna est très jolie et semble observer vers l’horizon, à l’affut du danger. Je suppose que le loup en arrière-plan est Charles, puisque la Louve d’Anna est noire aux yeux bleus… Quoi qu’il en soit, il est superbe, avec de beaux yeux dorés qui rappellent ceux de Charles lorsque Frère Loup a le dessus. Ce duo représenté est vraiment joli et donne envie d’ouvrir le livre… Il faut dire que les couvertures du genre « Bit-Lit » de Milady sont à chaque fois sublimes

La plume de Patricia Briggs est fluide, agréable à lire et très additive. On sent qu’elle va directement à l’essentiel, non sans décrire ses personnages ou les décors dans lesquels ils évoluent. De plus, elle maîtrise vraiment bien le suspense… Disséminant quelques indices au fil des pages sans trop en dire pour deviner de suite, elle propose toujours une enquête prenante et un final explosif ! J’adore ce style littéraire… Ajoutez à ça un soupçon de romance et d’action… Et le plaisir de lire est là ! Dans ce troisième tome, Anna et Charles vont enquêter aux côtés du FBI, car un tueur en série particulièrement efficace semble s’en prendre aux créatures magiques (faes et loups-garous).

Pour notre plus grand plaisir, Charles se dévoile peu à peu… Lui qui était froid et imperturbable a évolué : il se pose enfin des questions sur son travail d’exécuteur/d’assassin. En effet, son père, le Marrok, lui a plusieurs fois donné pour tâche de tuer les loups garous commettant des écarts de conduite… Charles commence enfin à avoir des remords et se demande si ses victimes n’auraient pas le droit à une seconde chance… Il plonge alors dans une terrible introspection, si bien qu’il se demande s’il ne va pas perdre le contrôle de lui-même… C’est sa femme, Anna, qui va l’aider à y voir clair. Elle va l’épauler et le soutenir…

A noter que le personnage d’Anna se transforme peu à peu… Ayant un passé très douloureux (viols, soumissions, maltraitances), elle a appris à ne plus avoir peur. A l’époque, j’avais ressenti beaucoup d’empathie pour elle, car c’était un personnage qui m’avait fait de la peine et dont j’avais admiré le courage. Dans ce tome, elle a appris à avoir confiance en elle et en son pouvoir d’Omega. Ainsi, elle est capable de tenir tête à un Alpha tel que son mari… Voire au Marrok ! Cela m’a agréablement surprise.
Les pliques entre les personnages, notamment entre Charles et Anna, sont drôles et mordantes. Leslie, le contact du FBI, a également du répondant. Ce petit brin de femme est très agréable à suivre. Comme de coutume chez Patricia Briggs, c’est une femme forte, qui a le sens de la justice et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds…

Une fois de plus, le bestiaire fantastique est varié : fantômes, faes, loups garous, sorcières, … Ajoutez à cette saga les créatures rencontrées dans la série de Mercy Thompson et vous serez émerveillé(e). Le couple Charles-Anna me plaît toujours autant. Je craignais que leur romance tirerait sur le niais, mais il n’en est rien. L’auteure a su faire évoluer leur relation tout en la laissant être touchante/magique. Il y a également beaucoup d’action, ce qui facilite la lecture. J’ai adoré cet ouvrage qui, à l’époque (avant que la suite ne sorte), apportait une jolie conclusion à la saga « Alpha et Omega ».

 

Citation :

— Tu es à moi. Tu ferais mieux de ne pas l’oublier une nouvelle fois.
Charles se mit à rire, un petit bruit joyeux.
— Très bien. Je me rends. Mais ne va pas me poursuivre avec un rouleau à pâtisserie.
Anna tira son tee-shirt vers le bas et le lissa.
— Alors ne fais rien pour le mériter. (Elle lui donna une petite tape sur l’épaule.) Ça, c’est pour avoir manqué de respect au rouleau à pâtisserie de ma grand-mère.
Il se tourna pour lui faire face, ses cheveux humides emmêlés autour de ses épaules. Le regard grave, même si les coins de sa bouche étaient relevés, il dit :
— Je ne manquerai jamais de respect au rouleau à pâtisserie de ta grand-mère.

 

Ma note :

  5/5 Coup de cœur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s