Horreur·Science Fiction·Young adult

« Salvation » (Enclave T2) d’Ann Aguirre

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Salvation (Enclave T2)
Auteur : Ann Aguirre
Genre : Young Adult/Dystopie/Science Fiction/Horreur
Editeur : Le Livre de Poche

couv70453933Même si j’ai dévoré ce livre en deux petits jours, je dois avouer que le début m’a particulièrement agacéeEn effet, c’est une Trèfle mal dans sa peau que l’on retrouve dans le tome deux. Elle est ses compagnons ont atterri à Salvation, l’une des rares villes encore debout… Malheureusement, la cohabitation avec ce peuple est très difficile pour notre jeune héroïne qui, je l’avoue, m’est apparue comme une enfant gâtée et insolente. Ayant vécu comme une adulte dans son enclave, elle ne supporte pas d’être comme une enfant/adolescente à Salvation : elle ne veut pas aller à l’école et préfère combattre ou travailler. A ses yeux, l’apprentissage de la lecture ou de l’écriture est plus une corvée qu’un plaisir… Elle ne cherche pas non plus à s’intégrer : hormis être avec Bandit, elle ne fait pas grand chose pour aller discuter avec les autres et se fiche de leur faire changer d’avis sur les aprioris ou les moqueries enfantines dont elle fait les frais. Dans sa tête, Trèfle ne vit que pour être chasseuse. Le reste n’a pas d’importance.

En réalité, ce nouveau monde assez similaire au notre (surtout par rapport à son enclave), elle ne le connait pas et ne cherche pas vraiment à l’apprivoiser. Elle n’accepte que ce qu’il l’arrange comme les repas réguliers ou une maison solide pour dormir. le reste, elle l’ignore ou trouve ça inutile… Dans mes souvenirs, je ne la voyais pas aussi naïve, geignarde et entêtée dans le premier volume… Elle m’a un peu rebutée, notamment dans sa relation avec Del qui a décidé de s’éloigner d’elle autant que Tegan. J’avais envie de lui dire de se bouger jusqu’à eux plutôt que de se plaindre… Ce qu’elle a finalement fait vers le tiers ou la moitié du livre… « ENFIN ! » m’étais-je dit en soupirant.


Il faut dire que notre jolie Trèfle est très naïve et cela s’est très bien ressenti dans la plume d’Ann Aguirre. J’ai eu l’impression de lire un roman pour les enfants de neuf ou dix ans tant l’écriture était trop simple et l’héroïne ingénue. Le caractère de Trèfle ne faisait vraiment pas quinze ans. De plus, le rythme était lent, ce qui tranchait net avec le premier volume… Mais qui permettait surtout à l’auteur de montrer une autre facette de son personnage : une chasseuse sentimentale. Oui, bien que le triangle amoureux soit toujours là, notre combattante hors pair réalise enfin certaines choses… Le début ne m’a donc pas plu, car j’ai eu du mal à apprécier autant de naïveté de la part de l’héroïne (surtout sur plus de la moitié du livre). J’avais hâte qu’elle se réveille, qu’elle bouge un peu !

Ma patience a finalement été récompensée vers le milieu du livre, lorsque Trèfle, Bandit et Del ont finalement rejoint le groupe de gardes chargés d’aller dehors. Dès lors, la plume de l’auteure est devenue plus adulte et dynamique. Le pathos larmoyant ou les plaintes incessantes de notre chasseuse étaient enfin terminés. C’est à partir de ce moment là que je n’ai plus voulu relâcher ce second tome ! Il y avait tout ce que j’aime : des combats, des analyses sur les monstres/mutants, des non-dits et des traitrises, des rebondissements, etc. Cela bougeait enfin ! Trèfle reprenait également du poil de la bête… Mais aussi du recul ! Après quelques mois dehors, elle a enfin compris la chance qu’elle avait de vivre avec les Oaks. Ces deux derniers m’ont beaucoup touchée. Patients et avenants, ils ont appris à Trèfle ce qu’était une famille et l’amour que cela pouvait procurer…


Cet ouvrage va donc être un changement radical pour Trèfle et ses compagnons. Ces derniers vont également en voir de toutes les couleurs, notamment à la fin… C’est agréable de voir à quel point ils murissent tous les quatre. L’écriture de l’auteure s’adapte à ce changement de personnalité. Son style est vraiment très simple, cependant cela se lit bien. De plus, Ann Aguirre soulève quelques idées intéressantes comme le droit des Femmes. En effet, à Salvation, la Femme doit principalement s’occuper de son foyer, de la cuisine et des enfants. Certes, il y a quelques métiers féminins comme l’enseignement, mais cela reste assez limité. On est encore dans une société où une Femme n’est pas l’égale de l’homme : elle est faible (voire inutile), n’a pas le droit de porter de pantalon et n’a pas à se battre ou à utiliser des armes à feu pour défendre la ville… On comprend bien sûr pourquoi Trèfle a autant de mal à passer pour une fille « normale ». Féministe affirmée voire garçon manqué, elle n’a jamais hésité à montrer son mécontentement. Plutôt que de se mentir, elle a préféré camper sur ses positions et ignorer les voix qui la critiquaient dans son dos. J’ai très bien compris pourquoi elle n’arrivait pas à « rentrer dans les cases » de la normalité au début du livre, néanmoins je regrette que cela se soit fait autant dans le pathos…

Autre point intéressant : celui des monstres. Dans le premier tome, on avait l’impression qu’il s’agissait de zombies… Mais ce second volume va prouver que l’on avait tort ! Ce sont des mutants qui, finalement, n’ont pas une vie si loin des Hommes. Ce que Trèfle va découvrir durant son périple m’a agréablement surprise. Je ne m’attendais pas à découvrir quelque chose d’aussi construit. Lorsque les personnages affirmaient que les monstres devenaient plus rusés et organisés, je pensais à un classique dans le genre Z où, effectivement, certains revenants sont plus forts et/ou intelligents que d’autres. Mais là, il y a quelque chose en plus ! L’auteure m’a prouvé qu’elle avait des idées sous le coude. J’ai donc hâte de voir comment tout cela va évoluer dans le troisième opus..


L_Bookine m’avait dit que je serai passionnée par la suite de la saga et elle avait raison ! Malgré un début difficile et quelques scènes attendues, j’ai dévoré les pages dès que j’en avais l’occasion. L’univers d' »Enclave » s’est approfondi, les héros ont évolué psychologiquement (exception pour l’un d’entre eux qui a régressé… malheureusement…) tandis que les autres protagonistes se sont parfois montrés attachants (Edmund, Mme Oaks, Veinard). J’ai hâte que le troisième tome sorte en version poche afin de compléter ma collection et découvrir la fin de cette trilogie.

 

Citations :

J’étais à la fois terrifiée et folle de joie. Ces sensations ne m’étaient pas familières. Je savais qu’elles étaient responsables des gémissements que j’avais parfois entendus dans l’enclave, lorsque les Géniteurs s’accouplaient. Mais, à l’époque, je pensais que c’était une tâche désagréable, comme aller patrouiller dans les tunnels crasseux. Pour moi, la reproduction était un travail comme un autre. A présent, j’avais un doute…

 

—————

– Je sais que tu es une Chasseuse, reprit-il. Il est clair que tu ne vis que pour ça.
– Alors, où est le problème ?
– Je n’aime pas partager.
Ça, je pouvais le comprendre. Cela me fit penser à ma massue. Celle que mon ami Sable m’avait fabriquée. Je l’avais prêtée à Tegan, et elle ne me l’avait toujours pas rendue. Rien que d’y penser, j’en eus un pincement au cœur… Je comprenais donc Del dans le sens où, moi aussi, j’avais du mal à partager ce qui m’appartenait. Mais Del n’avait pas l’air de parler de choses matérielles. C’était plus subtil, et j’avais du mal à le suivre.
– Partager quoi ? demandai-je.
– Toi, répondit-il.
Décidément, les garçons étaient bien plus compliqués que je ne le pensais ! Charmants, certes, mais compliqués.

 

Ma note :

♥  4/5

Enregistrer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s