Coup de coeur·Littérature jeunesse

« Enfants de Géants » de Béatrice Deru-Renard et Anne-Catherine De Boel

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Enfants de Géants
Auteurs : Béatrice Deru-Renard et Anne-Catherine De Boel
Genre : Album/Littérature jeunesse
Editeur : Pastel

51v6d6rwg4l-_sx210_Cet album m’a été conseillé par une amie qui m’a assuré que c’était le type d’histoire que j’aimerais lire à mes groupes de petites oreilles. « C’est joli, ça parle de géants et il y a une belle morale. Cela devrait te plaire. » avait-elle argumenté. En plein dans le mille ! « Enfants de Géants » est effectivement un conte plein de tendresse et de sagesse qui m’a fait songer à la bande dessinée « Petit » de Bertrand Gatignol. Comme dans la BD, on découvre deux ogres-rois qui ont eu des enfants. Malheureusement, ces derniers ne conviennent pas, car ils sont minuscules ! Les deux parents ont tout essayé : histoires le soir, potages ultra-vitaminés, … Mais rien n’y fait ! Les bambins n’ont pas gagné le moindre millimètre… Alors, un soir où les deux ogres-rois se querellaient, les deux enfants ont fui dans la forêt et sont tombés sur une étrange femme aux allures de sorcières…

Le texte est sympathique, plein d’humour et de jeux de mots. J’ai aimé le fait que le narrateur s’adresse régulièrement au lecteur en lui posant des questions, en lui disant de regarder attentivement certaines illustrations ou en lui disant d’analyser la situation. C’est un procédé original. Je suis certaine que les petits lecteurs doivent se sentir impliqués dans l’histoire. Seul défaut : le texte est parfois écrit sur une page sombre avec un effet « Bois »/ »Ecorce ». Lors d’une lecture en groupe, il est donc difficile de lire en mettant le livre de côté. On est contraint de lire avec le livre en face de nous, puis de le retourner en montrant les images… Et même lorsqu’on lit le livre « normalement », il faut parfois plisser les yeux pour bien voir (à moins que je me fasse vieille comme Roseline l’étrange vieille dame de la forêt ?). La morale est remplie de tendresse mais, au cas où, je préfère vous la mettre en caché car, pour vous l’expliquer, je suis obligée de dévoiler certaines choses dans l’album (pour lire, surlignez le texte avec votre souris) :
Contrairement aux parents qui ne passaient jamais de temps avec leurs petits, Roseline va s’occuper des enfants : elle va leur raconter des histoires, leur faire découvrir de nombreuses saveurs et va leur prouver que ce qui leur manquait pour grandir, c’est l’Amour. Aux côtés de cette bienveillante sorcière, les enfants-ogres vont s’épanouir. Pendant ce temps, les parents ont fini par chercher leurs enfants. Mais, sans eux, ils sont devenus transparents. Sans leurs bisous, leurs mots doux, leurs rêves fous, ils n’ont pas tenu le coup. Ils n’étaient plus que l’ombre d’eux-mêmes. Une jolie morale… Aussi douce que les paroles de Roseline à la fin de l’album…

Les illustrations sont originales. Au début, les personnages ont volontairement des visages à la fois sombres et livides. Ce n’est qu’à la moitié du livre qu’ils vont prendre des couleurs. Aussitôt, l’ensemble des pages vont également devenir douces et colorées. J’ai aimé le fait que les teintes s’harmonisent avec le contenu du texte. Les scènes en forêt sont fournies de feuilles qui volettent dans tous les sens, c’est assez impressionnant. Enfin, j’ai été très touchée par cette vieille femme aux allures de sorcières. Elle a une bonne tête. De plus, sa façon de s’exprimer est originale : elle parle en synonymes. (Exemple : « Que dites-vous là, enfants-garnements ? », « J’ai les dents cassées-cariées », « Vous êtes bien pâlos-palichons », etc.) Encore une belle histoire que j’ai hâte de faire découvrir…

 

Citations :

– Pourquoi nos enfants ne deviennent pas plus grands ?
– Pourtant, grogne le roi, nous avons ordonné à nos cuisiniers de leur préparer des potages ultra-vitaminés et tout le monde sait que la soupe fait grandir…
– Et naturellement, grommelle la reine, nous avons ordonné à nos domestiques de leur lire des histoires tous les soirs et tout le monde sait que cela fait grandir.

—————

C’est vrai qu’ils sont petits comme des confettis, mais ils ont le cœur aussi grand que le plus grand des océans.
Ils aiment très fort leurs parents, même s’ils ne les voient pas souvent… Il leur fabriquent des cadeaux tout le temps : des boîtes à bisous, des colliers de mots doux, des chapeaux à rêves fous…

 

Ma note :

  5/5 Coup de cœur !

2 réflexions au sujet de « « Enfants de Géants » de Béatrice Deru-Renard et Anne-Catherine De Boel »

  1. Le début m’a un peu fait penser aux Ogres-Dieux, mais le ton est heureusement bien différent… Si la couverture ne m’attirait pas outre mesure, l’histoire et la morale ont l’air vraiment belles !
    J’aime aussi beaucoup le procédé narratif consistant à s’adresser directement aux lecteurs 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s