Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse·Romans policiers / Thriller

« Ma sœur est une artiste de guerre » (Les Autodafeurs T2) de Marine Carteron

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Ma sœur est une artiste de guerre (Les Autodafeurs T2)
Auteur : Marine Carteron
Genre : Roman adolescent/Thriller/Fantastique
Editeur : Éditions du Rouergue

L’avantage avec les Autodafeurs, c’est que même avec six moins d’intervalle entre le premier et le second tome, le lecteur n’est pas perdu. Tout est réexpliqué en quelques lignes et on retrouve avec plaisir le tandem de narrateurs Césarine et Auguste. Ces deux derniers ont quasiment tout perdu dans le premier volume (d’ailleurs, cela m’avait grandement plus que les Autodafeurs gagnent ! Cela changeait des Happy end habituels en jeunesse/ado !) couv14324267et sont contraints de vivre avec Marc DeVergy, leur tuteur. Malheureusement, leurs ennemis les surveillent toujours et poursuivent leurs sinistres desseins… Les Mars vont devoir s’armer de patience, faire une introspection, accepter leur défaite et lutter contre les Autodafeurs.

Évoluer psychologiquement. C’est bien de ça qu’il s’agit dans ce second tome. Sans faire l’impasse sur le mystère et le suspense, Marine Carteron s’est surtout penchée sur la psychologie de ses deux héros. On va assister à leurs remises en question et à leur prise de conscience : reprendre une vie normale leur est désormais impossible. Il faut qu’ils apprennent à se battre, qu’ils ne fassent plus (trop) de bêtises en public (comme embrasser Isabelle juste devant BG ou faire le mur au beau milieu de la nuit), etc. Auguste est celui qui aura le plus de mal à accepter son sort. Grâce à ses amis et à ses proches, il va réaliser qu’il n’est pas seul : Néné, Isabelle, Bart et sa famille sont là pour l’épauler… Mais avant cela, il faut qu’il fasse le deuil de ceux qu’il a perdu… Il est très facile de s’identifier à Auguste. C’est un garçon drôle, humain et simple. Il a beau retenir ses larmes ou faire de son mieux, on ne peut que comprendre sa colère grandissante et sa peine… Sa sœur est celle qui grandira le plus. Ah, que je l’adore cette Césarine ! C’est mon personnage favori et de loin ! J’aime énormément sa façon de voir les choses… Dans ce second tome, elle va apprendre ce que sont les sentiments. Elle, qui détestait être en contact avec autrui et qui ne comprenait pas pourquoi on souriait ou on pleurait, va enfin se découvrir ! Les scènes la concernant sont vraiment touchantes, surtout celles à l’hôpital. Par ailleurs, Césarine va prouver qu’elle est vraiment la tête pensante de la famille : c’est elle qui va découvrir divers secrets (par exemple sur DeVergy ou Mamina), qui va lire un ouvrage qui parle d’elle, qui va s’entraîner au combat et qui va agir lorsque sa mère aura besoin d’elle… Nos deux jeunes héros ont énormément grandi et vont montrer un côté sombre de leur personnalité… Les Autodafeurs ne feront plus l’erreur de les sous-estimer… Cela me fait grandement plaisir, car j’aime beaucoup lorsque les protagonistes évoluent. Cela montre que l’auteure creuse vraiment ses personnages et ce, que ce soit la famille Mars ou les personnages secondaires comme Néné.

Si vous aviez peur de vous ennuyer, sachez que ce ne sera pas le cas avec « Ma sœur est une artiste de guerre » ! Malgré un début un peu lent permettant à nos protagonistes de faire face à leurs démons intérieurs, la suite est truffée de rebondissements et de révélations en tout genre ! Quant au final, il est totalement explosif ! On a le droit à une superbe infiltration style James Bond ou Mission Impossible, suivie d’un affrontement très intéressant… Personnellement, je ne me suis pas lassée et suis toujours aussi conquise par cette série ! Je compte lire  » Nous sommes tous des propagateurs » dès qu’il ne sera plus en « nouveauté » à la médiathèque. Si vous avez apprécié le premier tome, celui-ci vous plaira également ! … Et, si vous n’osez pas vous attaquer à cette saga sous prétexte que la couverture « ne vous parle pas », sachez que vous avez tort. C’est vraiment une bonne série pour adolescents qui sort de l’ordinaire.

 

Citations :

L’information est une arme sans égale. (Sun Tzu)

—————

J’ai demandé ce qu’il y avait derrière cette porte, mais le prof a dit que c’était son « espace personnel » et que je n’étais pas autorisée à y aller. Pendant un moment j’ai eu peur, parce que ça m’a fait penser au conte de Barbe-Bleue. Puis j’ai réfléchi et je me suis dit comme on était pas mariés, je ne risquais rien… mais j’ai tout de même choisi la chambre la plus près de la sortie, au cas où.

 

Ma note :

♥  4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s