BD·Coup de coeur·Fantastique/Fantasy

« Petit » (Les Ogres-Dieux T1) de Bertrand Gatignol et Hubert

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Petit (Les Ogres-Dieux T1)
Auteurs : Bertrand Gatignol et Hubert
Genre : Bande dessinée adulte/Fantastique/Conte
Editeur : Soleil

Ce qui m’a attirée dans cette bd, c’est le graphisme… Que ce soit dans la couverture noire et dorée ou en feuilletant les pages, je trouvais les personnages vraiment expressifs et mystérieux… Par ailleurs, le fait que tout soit en noir et blanc à la manière des mangas m’intriguait. Un joli ouvrage en dégradé de gris parmi plusieurs bande dessinées de toutes les couleurs, c’est forcément un petit bijou original ! Effectivement, ce fut un régal dans lequel l’immersion se fait dès les premières planches…

Le lecteur plonge dans un monde où les ogres-dieux assouvissent les Humains et les dévorent. « Petit » est l’héritier d’un Roi monstrueux, couv65537543mais surtout d’un peuple affaibli par la consanguinité. Ainsi de génération en génération, les ogres-dieux deviennent de plus en plus petits et stupides… Hélas, leur cruauté, elle, n’a aucune limite… Les Humains ne valent rien : ils ne sont que du bétail, des êtres faibles que l’on peut écraser ou croquer en quelques instants. Alors, quand le Roi-dieu découvre que son dernier enfant fait la taille d’un bébé humain, il souhaite le mettre à mort. Sa femme fait alors croire qu’elle l’a mangé puis s’enfuit jusqu’à un coin oublié du château : elle connait une ogresse qui saura élever son fils correctement et dans l’ombre…

Les personnages sont tous intéressants et bien développés, à commencer par le protagoniste : Petit. Notre jeune héros a été élevé à l’inverse des mœurs familiales… Bien qu’il possède une apparence chétive, il va constater en grandissant qu’il sera de plus en plus tiraillé entre les pulsions violentes dont il a hérité et l’éducation humaniste qu’il a reçue de Desdée. Ses doutes et sa curiosité le pousseront à faire des découvertes effroyables… Petit trouvera-t-il sa place ? Survivra-t-il à l’appétit vorace de sa famille ? Saura-t-il restaurer la gloire des ogres-dieux comme le Fondateur au moment où ils risquaient tous de disparaître ? Doit-il s’accoupler en sachant pertinemment que son enfant tuera la mère ?

En parlant de « mère », les Femmes ont une grande place dans la bande dessinée. Tout d’abord, la majorité des humains présents sont des femmes… Petit a donc été élevé par des humaines et par la tante Desdée. Cette dernière est la plus grande et ancienne ogresse. Malgré son apparence effrayante, elle est finalement une personne de principes et souhaite faire de Petit une exception qui changera le statut des humains et des ogres. C’est une vieille femme philanthrope pleine de vie, qui aime les humains et les traite avec respect. Ayant déshonoré sa famille pour une raison que vous découvrirez dans l’ouvrage, elle vit recluse dans une partie du château avec un grand nombre d’humaines. Rares étant les visiteurs, c’était le lieu et la personne idéales pour élever cet enfant si différent…
Il y a également Emione, la mère de Petit, qui est une femme piégée entre plusieurs principes. D’un côté, elle voit en Petit la possible régénération de la famille puisqu’il pourrait s’accoupler à une humaine comme le fit jadis le Fondateur de la lignée. de l’autre, l’enfant lui fait honte, puisque son mari la rejette pour cet enfant « anormal » en raison de sa taille. Petit remet son statut en cause : ne faudrait-il pas du sang neuf pour rebâtir une génération imposante comme autrefois ? Le roi ne ferait-il pas mieux de trouver une autre femme à engrosser ? Le bambin a beau être « handicapé » par sa taille, il n’en demeure pas moins malin par rapport au reste des jeunes ogres-dieux… D’ailleurs, Emione et la tante Desdée auront bien du mal à tenir ce petit chenapan en place… Heureusement, elles sont toutes les deux des femmes aimantes et protectrices. En dépit du danger, elles vont sortir bec et ongles pour protéger Petit…
Malheureusement, la femme est avant tout une Mère et/ou un objet de reproduction. Tous les mâles l’ont fait comprendre au lecteur : les gardes sont pervers et violeurs, les cousins sont aussi idiots qu’obscènes, le Roi-dieu n’a en tête que sa descendance et la Reine Emione souhaite à tout prix qu’une humaine porte l’enfant de son fils ! Il est clair que ce qui qualifie la Femme est son appareil génital et/ou sa façon d’éduquer… Cela fait froid dans le dos ! Cependant, on peut se dire que Petit verra les choses différemment : ayant été éduqué par des Femmes et ressentant des choses pour une jolie humaine, sa vision des choses sera peut-être toute autre ?

Cette bande dessinée que l’on pourrait qualifier de conte est vraiment prenante. En plus de l’intrigue intéressante et des personnages bien développés, j’ai été séduite par le coup de crayon de Bertrand Gatignol. Ses visages sont très expressifs, ses décors sont remplis de détails et ses planches sont aussi soignées que superbes. C’est merveilleux ! Malgré l’absence de couleurs, on ressent les émotions des personnages ou la tension/l’horreur de certaines scènes. Cela donne envie de découvrir d’autres œuvres de l’illustrateur. Autre point positif : d’un chapitre à l’autre, on découvre une fiche présentant la famille des ogres-dieux (Desdée, le fondateur, Emione, le roi-dieu, Coor, Eliabaal, …) dans le livre des aïeux. Chaque membre a le droit à une ou deux illustrations, ainsi que plusieurs pages d’explications sur son passé, ce qu’il/elle aime, … C’est un petit plus très appréciable qui tranche la lecture. On a l’impression de lire un conte dans un conte.

Cette BD m’a séduite de A à Z que cela soit pour le graphisme, son intrigue cruelle et fascinante ou encore ses personnages sombres au destin insoupçonné. Une réussite ! J’attends le second tome avec impatience et recommande cet ouvrage à tous les adeptes de bulles et de contes, car il s’agit vraiment d’un coup de cœur.

 

Citations :

Dès son plus jeune âge, Emione développa un amour étrange pour les livres, alors que ses proches ne s’y intéressaient que pour allumer un feu.

—————

– Desdée ?
– Oui mon Petit.
– Maman dit que si tu ne t’étais pas enfuie, tu aurais pu être reine.
– Moi ? Peut-être… Desdéebaal… Mais cette vieille charogne de roi-dieu n’en finissait pas de mourir. Je voulais autre chose, je ne me voyais pas passer ma vie au milieu de ces barbares. De toute façon, ils voulaient un roi, pas une reine.

 

Ma note :

  5/5 Coup de cœur !

3 réflexions au sujet de « « Petit » (Les Ogres-Dieux T1) de Bertrand Gatignol et Hubert »

  1. J’avais également beaucoup apprécié cette BD même si le côté cruel et violent de l’histoire m’avait parfois fait ressentir un certain malaise… C’est en tout cas une série qui marque et qui ne peut que faire ressentir une palette intense d’émotions.

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais été attirée par cette BD pour la même raison que toi. Le graphisme est vraiment beau, la couverture aussi, et je m’étais fait la même réflexion sur le côté manga qui m’avait intriguée. Par contre j’ai eu énormément de mal avec ma lecture ! J’ai été mise très mal à l’aise, mais pas un malaise « agréable » qu’on peut ressentir avec certaines œuvres un peu creepy ^^ Mais je ne vois que de très bons avis partout .. je me dis qu’il faudrait peut-être que je la relise, je n’étais peut-être juste pas dans mon assiette ce jour-là ^^
    Tu as lu le deuxième tome ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s