Fantastique/Fantasy·Romances

« Le Jeu de l’assassin » d’Amy Raby

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Le Jeu de l’assassin
Auteur : Amy Raby
Genre : Romance/Fantasy
Editeur : Milady

Vitala est une jeune femme métisse qui, depuis son plus jeune âge, a été entraînée par une enclave spécialisée dans l’assassinat et l’infiltration. Son enseignement a été rude, car sa mission est de taille : elle doit tuer l’empereur Lucien pour sauver son peuple. couv25503721A cause de sa magie, l’empereur est une personne difficile à approcher et anticipe toujours les attaques… Le seul moyen pour l’assassiner est de le distraire lors d’un acte sexuel, puis de l’égorger au moment où il va jouir… Ce procédé ignoble porte généralement ses fruits… Hélas, Vitala ne s’attendait pas à découvrir une cible loin d’être sanguinaire. En plus d’être un joueur intéressant de caturanga, il est attentionné, généreux, de compagnie agréable et bon orateur. Malgré elle, la demoiselle est alors prise entre sa mission et ses sentiments naissants… Ce qu’elle ignore, c’est qu’elle va se retrouver au milieu d’un sinistre putsch envers Lucien…

L’intrigue est finalement assez « bateau », mais elle m’a plu. J’avais besoin d’un livre peu compliqué, mais prenant, qui mêle univers fantastique et romance. « Le jeu de l’Assassin » a rempli ces conditions avec brio. Amy Raby a judicieusement su alterner les scènes d’action, les révélations/secrets, l’avancée du complot ainsi que de la bataille et surtout la romance ainsi que les scènes érotiques. J’ai dévoré le roman en quelques heures et il m’était très difficile d’arrêter ma lecture tant j’étais dans le récit. J’ai vraiment accroché à cet univers particulier où les trahisons et les stratégies ne manquent pas. Par ailleurs, le vocabulaire n’est pas compliqué et les démarches militaires sont toujours expliquées, ce qui permet aux novices de comprendre l’avancée de la bataille. De plus, il y a peu de temps morts : les personnages font face à de nombreux périples (putsch, ville où ils sont recueillis par Hanna et Glenys, rencontre avec le Cercle, Bataille avec l’armée de Cassian et bien d’autres encore…). Le début est particulièrement bien rythmé et entraîne le lecteur dans une suite de rebondissements au point qu’il est difficile d’interrompre sa lecture.

La narration est généralement vue du point de vue de Vitala, toutefois il arrive qu’elle soit alternée avec Lucien. C’est assez rare, cependant cela permet de ne pas se lasser et de voir comment l’Empereur déchu perçoit sa compagne ou le reste de l’intrigue. Lucien est un anti-héros original grâce à son infirmité (il est unijambiste). Son point de vue est intéressant, malheureusement je regrette qu’il n’ait pas décrit la jeune femme. On sait finalement peu de choses sur elle (cheveux noirs, jolie, corps harmonieux, etc.), si ce n’est son caractère, ses pratiques pour parvenir à ses fins et son passé qui la hante… L’auteure a préféré mettre en avant sa personnalité. C’est un choix qui est difficile au début, mais finalement bien plus intéressant. Vitala est une personne douée et ayant un fort caractère (bien que cela soit de plus en plus courant, j’apprécie vraiment ce genre de brin de femme). Sa formation d’Assassin et ce qu’elle a vécu à cause de son métissage ont été traumatisants et cela se comprend… (On découvre son passé grâce à des flash-back intégrés dans le récit en italique.) Ainsi, on ressent une grande empathie pour elle et ce, malgré son côté « mante religieuse » qui ne plaira pas à tout le monde.

En outre, je trouve que l’histoire d’amour entre Vitala et Lucien arrive trop vite. Je sais bien que dans les romans, tout se passe en accéléré, mais quand même… Il suffit de quatre ou cinq chapitres, soient quelques parties de caturanga, d’un présent et d’une gâterie pour qu’elle doute de ses convictions… Cela va bien trop vite ! C’est donc peu crédible. J’espérais que le jeu de séduction durerait plus de temps ou que Vitala se montrerait plus coriace… De plus, sans entrer dans les détails ou en dévoiler trop, j’ai trouvé assez grotesque qu’elle ait du mal à faire l’amour avec son compagnon alors qu’elle le fait avec beaucoup d’autres hommes. Certes, elle a subi un traumatisme, mais j’ai trouvé cela trop facile (de même que la « solution » pour éviter qu’elle soit bloquée par des visions). De même que j’ai été étonnée qu’elle ne réagisse pas vraiment suite à ce que lui a fait subir Remus… C’est dommage, parce que finalement, les deux protagonistes ont une relation respectueuse et touchante qui ne prend son sens que vers les trois quarts de l’ouvrage. Une fois les soucis de chacun révélé, leurs sentiments prendront une nouvelle forme très agréable. Hélas, il n’y a que vers les trois quart de l’œuvre que j’ai enfin trouvé leurs sentiments « vrais ».

Les autres personnages sont intéressants et mériteraient d’être découverts par la suite. J’ai vraiment apprécié Céleste, la sœur de Lucien, que j’espère voir dans les autres tomes de la trilogie. Il y a aussi Bayard et Ista auxquels on ne s’attache pas forcément au début du roman, mais qui méritent d’être exploités davantage par la suite. Enfin, j’ai été légèrement déçue par un côté trop « happy end ». Finalement, je pourrais m’arrêter là dans la trilogie, puisque tout va bien dans le meilleur des mondes… Mais j’ai tout de même envie de connaître la suite via le second tome. J’ignore si ce sera avec les mêmes protagonistes ou avec d’autres personnages pas assez développés dans le premier opus. On verra. J’espère que l’intrigue sera plus d’originale et que la plume d’Amy Raby sera toujours aussi dynamique. Je recommande cette lecture à toute personne n’ayant pas envie de se prendre la tête et qui apprécient les histoires érotiques/romantiques et fantastiques.

Citations :

Elle leva les yeux vers une table à l’autre bout de la pièce, où un homme était assis devant un jeu de caturanga. L’empereur Lucien. Elle avait passé tant d’années à l’étudier et à comploter contre lui qu’elle ressentit en sa présence une sorte d’intimité perverse et malvenue.

—————

Lucien Florian Nigellus. Vitala ne l’avait jamais vu ; il avait pourtant occupé ses pensées et orienté ses études pendant des années.

Ma note :

♥  3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s