Coup de coeur·Fantastique/Fantasy·Romans

« Le Bouclier du Tonnerre » (Troie T2) de David Gemmell

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Le Bouclier du Tonnerre (Troie T2)
Auteur : David Gemmell
Genre : Fantasy
Editeur : France Loisirs

résumé du livre

La guerre menace. Tous les rois de la Grande Verte se rassemblent, chacun dissimulant de sinistres plans de conquête et de pillage. Dans ce maelström de traîtrise, trois voyageurs vont faire osciller la balance : Piria, une prêtresse fugitive cachant un terrible secret; Calliadès, un guerrier aux idéaux élevés et à l’épée redoutable; et son meilleur ami, Banoclès, qui se taillera une légende dans les combats à venir. Ensemble, ils voyagent jusqu’à la fabuleuse cité de Troie, où les ténèbres viendront bientôt éclipser pour des siècles les triomphes et les tragédie des mortels ordinaires. Car l’époque glorieuse de l’âge du bronze n’est pas taillée pour les hommes, mais pour les héros !

.

Ma critique

Troie le bouclier du tonnerre

David Gemmell ne cesse de m’émerveiller avec ses one-shot ou ses sagas fantasy/historiques. Ce second tome de « Troie » est une pure merveille ! C’est avec plaisir que j’ai retrouvé quelques héros du « Seigneur de l’Arc d’Argent » comme Hélicon ou encore Ulysse que l’on voit dans une grande partie du début du roman jusqu’à une bonne moitié (ensuite, il est assez absent, mais reste évoqué à plusieurs reprises). Ce personnage me fait songer à Druss : c’est un « bon bourrin » qui aime se battre, qui fait de l’humour et qui a tout de même de l’honneur. C’est tout à fait l’archétype de personnage que j’affectionne chez Gemmell.

Par contre, je m’attendais à retrouver tous les autres protagonistes du premier tome. Ce n’est pas le cas, toutefois ce n’est pas plus mal, car cela permet de découvrir d’autres personnages intéressants comme Piria, une prêtresse de caractère ne manquant pas de courage. Il y a surtout Banoclès et Calliadès, deux guerriers mycéniens, que l’on avait rencontré à la fin du volume précédent. Ces deux combattants avaient été déclarés « traîtres » par Agamemnon, si bien qu’ils avaient dû fuir. On les découvre donc sous un nouveau jour et on apprend à les connaître. Bien que tout les oppose, les deux font bien la paire ! Banoclès est assez bon vivant : il ne pense qu’à l’alcool, aux femmes et à vivre au jour le jour. À l’inverse, Calliadès a davantage les pieds sur terre : c’est un stratège qui calcule tout. On va suivre ces deux lurons dans leur épopée. Banoclès m’a amusée : c’est un homme un peu rustre, néanmoins son humour était le bienvenu. D’autant que ce protagoniste a le don pour se retrouver dans des situations burlesques. Il ne se prend pas la tête : s’il doit mourir, c’est que son heure est venue. Il profite donc de la vie comme il l’entend.

L’univers est toujours aussi sombre, rempli de complots, de trahisons et de combats. Des alliances se brisent, d’autres se forment, tandis que certaines ne tiennent plus qu’à un fil. Ainsi, la mort et la traitrise ne sont jamais loin… Les rancœurs et les coups bas nuptiaux sont toujours bien présents… C’est un véritable régal de voir les personnages évoluer dans cette ambiance chaotique où, pourtant, il y a quand même de l’humour. Quelques répliques entre les personnages n’ont pas manqué de me faire sourire. Bien que le premier tome comporte des batailles, il y a beaucoup plus d’action dans « Le bouclier du tonnerre ». Même au début, il y a beaucoup d’escarmouches et de raids. C’est très épique et dynamique. On est rentré en guerre et cela se sent !

L’auteur revisite à merveille le mythe de la guerre de Troie. Certes, étant donné que c’est historique, on s’attend au décès de certains personnages et on connaît l’identité des vainqueurs de la guerre, cependant il y a tout de même de jolies surprises comme pour ce qu’il arrive à l’une des reines… C’était un projet ambitieux, néanmoins Gemmell tient toujours ses promesses en proposant un récit haletant et des personnages bien travaillés. Un tome magistral qui m’a directement donné envie de m’attaquer au dernier volume de cette trilogie. Le seul défaut que ce livre possède, c’est mon ouvrage qui a complètement explosé sans que je sache pourquoi. Je me suis retrouvée avec une centaine de pages volantes alors que je suis très soigneuse avec mes livres… Mon roman aussi a livré sa petite bataille… Bref, un coup de cœur que je ne saurais que vous encourager à découvrir !

.

Citations

– On m’appelle Dents Longues, dit-il d’une voix fatiguée, parce que j’ai un jour coupé le doigt d’un homme d’un coup de dents.
– Son doigt ? s’écria Nestor. Par les dieux, ça fait de toi un cannibale !
– Je ne suis pas devenu cannibale à cause d’un malheureux doigt, protesta Idoménée.
– C’est intéressant, remarqua Ulysse. Je me demande combien de doigts un homme doit manger avant de pouvoir être qualifié de cannibale.
– Je n’ai pas mangé son stupide doigt ! Je me battais contre lui, et mon épée s’est cassée. Il avait un couteau, et je l’ai mordu à la main pendant que nous luttions.

—————

Si seulement les rois étaient des hommes raisonnables, prévoyants et aux idées claires, de tels conflits n’éclateraient jamais. Seulement, les hommes raisonnables accédaient rarement au trône, et quand ils y parvenaient, ils ne survivaient pas longtemps.

.

Ma note

  5/5 Coup de cœur !

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Le Bouclier du Tonnerre » (Troie T2) de David Gemmell »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s