BD

« Les crocodiles » de Thomas Mathieu

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Les crocodiles
Auteur : Thomas Mathieu

Genre : Bande dessinée adulte
Editeur : Le Lombard

résumé du livreThomas Mathieu illustre des témoignages de femmes liés aux problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme et le sexisme ordinaire. Son travail s’inscrit dans un mouvement plus large de prise de conscience et d’une nouvelle génération de féministes qui utilisent internet pour réfléchir et informer sur des concepts tels le « slut-shaming » ou le « privilège masculin ».

.

Ma critique

les crocodiles bd

Pour tout vous avouer, je n’avais pas envie d’emprunter cette bande dessinée : la couverture ne m’intéressait pas, je n’avais pas lu le résumé (j’ai souvent peur d’être trop spoilée) et j’avais feuilleté l’intérieur très rapidement, sans conviction. Le style noir et blanc avec les crocodiles verts flashy pour les hommes ne m’avait pas trop plu (en le lisant, j’ai changé d’avis), si bien que j’avais reposé l’ouvrage afin de prendre une BD plus colorée… Quelques semaines plus tard, un collègue me l’a ramené des rayons en m’expliquant que c’était sur le harcèlement et que c’était finalement très bien (lui aussi avait hésité à l’emprunter, mais avais osé sauter le cap). Alors je me suis lancée, car cette thématique me « parle »…

En effet, c’est un sujet qui fait froid dans le dos, mais qui est totalement ancré dans le quotidien des femmes car, dans l’un des derniers articles que j’ai lu sur le sujet, neuf femmes sur dix ont été victimes de harcèlement dans un transport. Cela peut aller de la simple agression verbale, à une main sur les fesses voire davantage. Le problème, c’est qu’il ne suffit pas d’éviter le bus ou le métro pour avoir affaire à ce « fléau ». Pour en avoir fait l’expérience plus d’une fois, ce genre de choses me révolte. Cela ne devrait plus arriver… Et pourtant, ce problème de société n’est pas prêt de s’arrêter…

Dans cette BD, le langage est assez cru, violent et malheureusement souvent employé dans la réalité : la femme est aisément traitée de « pute » ou de « salope » alors qu’elle ne fait rien de particulier. Certaines n’ont même pas besoin de petite jupette ou de décolleté pour attirer les insultes… Il faut savoir que l’auteur a décidé d’illustrer des témoignages de femmes ayant subi un harcèlement. Franchement, cela fait réfléchir…

Le défaut de cet album, concerne les personnages qui se ressemblent souvent, il est parfois difficile de faire la distinction entre une histoire et une autre. Je ne l’avais pas vu de suite, mais c’est généralement indiqué par un gros point vert dont on ne fait pas toujours attention. C’est d’autant plus difficile lorsque l’on constate que l’auteur alterne histoire en double-page, parfois une et parfois trois/quatre… Surtout que, parfois, la thématique est quasiment traitée de la même manière… C’est le second regret de ma lecture : les témoignages se ressemblent beaucoup.

Les graphismes sont assez particuliers. Pas forcément beaux ni proportionnés, mais ils ont fini par me conquérir, notamment à cause des crocodiles, ces Hommes prédateurs. C’est surtout le message qui m’a intéressée… Hélas, ceux qui traitent la femme comme un objet sexuel ou qui l’insultent dans le but de lui faire du mal liront-ils cette BD ? Même si c’est bien d’en parler, je n’en suis pas certaine… À la fin, il y a quelques conseils pour les jeunes femmes victimes du harcèlement de rue ou pour les personnes y assistant. Cette bande dessinée est donc très intéressante et d’actualité à mettre dans le plus de mains possible.

.

Citations

– Alors ? On m’a dit pour hier soir !
– (Ben dis donc, les nouvelles vont vite !) Hé hé.
– Il paraît qu’il t’a baisée.
– (« IL » m’a baisée ??) Heu…
– C’est lui qui me l’a raconté. Alors, c’est quand mon tour ?
– Euh, non, mec. C’est mort.
– Allez, au rythme où tu y vas, ça va être bientôt, non ? Ça me ferait plaisir.

—————

– Hé Mademoiselle !
– T’es trop belle.
– T’as le Boule de Beyoncé.
– Hé viens ! J’ai une 25 cm ! Je te laisse sucer gratuit !
– Ha Ha !
– C’est ça ! Casse-toi, salope.
– T’es grosse !
– Tu pues !

—————

Ce mec-là ? Ah oui, c’est un sacré cas. Il a toujours des « problèmes » au niveau du pénis qu’il faut tartiner de pommade. Uniquement quand c’est des auxiliaires féminines, étrangement.

.

Ma note

  4/5

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « « Les crocodiles » de Thomas Mathieu »

  1. Je ne connaissais pas du tout, et cette BD a l’air vraiment pas mal. Ce n’est pas commun de voir ce genre de sujet abordé, surtout en bande dessinée, donc à voir si je la trouve en bibliothèque ou autre.
    Je n’ai jamais vraiment été victime de harcèlement, mais les petits « t’es fraîche » ou « t’es bonne » ou « Je te mange » (oui, oui) ou encore les petites insultes gratuites sont assez courants et j’avoue qu’à part rigoler de leur stupidité, les ignorer et partir très loin, je ne sais pas trop comment réagir, même si je pense que c’est la meilleure chose à faire. ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, ce thème n’est pas souvent abordé. D’autant que ce ne sont que des témoignages…
      Si je comprends la BD, rien que ces remarques déplacées sont du harcèlement puisqu’ils te rabaissent. Comme tu dis, ces insultes gratuites entretiennent un mal-être… Et rend nerveuse au point que, finalement, quand quelqu’un t’aborde, tu te sens menacée…
      A la fin, la BD donne des conseils pas trop mal même pour ce genre d’agression verbale.
      Honnêtement, si tu la trouves à la bibliothèque, lis-la. C’est très parlant et malheureusement tellement réel…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s