Fantastique/Fantasy·Young adult

« Rebelle du désert » T1 d’Alwyn Hamilton

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Rebelle du désert T1
Auteur : Alwyn Hamilton
Genre : Young Adult / Fantastique
Editeur : PKJ

résumé du livre

Amani veut quitter sa ville, Dustwalk, qui se trouve dans le désert du Miraji, pour découvrir le reste du monde. Sa rencontre avec Jin, un jeune homme recherché pour trahison, leur permet de fuir la ville et de traverser le désert où vivent des monstres surnaturels. Bientôt, Amani découvre le véritable rôle de Jin dans la guerre contre le Sultan et son fils. Cette guerre va les rattraper…

.

Ma critique

rebelle du désert

Suite à des avis positifs de différents blogueurs, j’ai eu envie m’attaquer à « Rebelle du désert ». Mikasa34, qui avait également ce livre dans sa PAL, m’a proposé de faire une lecture commune, ce que j’ai accepté avec grand plaisir, car la dernière (« Cinder ») avait été un coup de cœur pour l’une comme pour l’autre ! Ainsi, je vous conseille d’aller également voir sa critique (ici), d’autant plus que nous avons à peu près le même ressenti. Globalement, nous avons été agréablement surprises : c’est une lecture très addictive avec des moments d’action assez bien répartis. Certes, on s’attend à beaucoup de choses, surtout au niveau de la romance, mais quelques révélations nous ont surprises…

Ce qui m’a le plus captivé, c’est l’univers qui est assez riche qui m’a fait songer à « Une braise sous la cendre » de Sabaa Tahir : il y a des Djinns, des Goules, des Mangeurs de peau (êtres capables de changer d’apparence), des Bouraqs (chevaux de sable), etc. Malheureusement, le bestiaire assez survolé : on ne rentre pas dans les détails, on se contente d’annoncer quelques légendes autour de telle ou telle créature, puis on les découvre à travers leurs actes. Même les descriptions physiques sont assez rapides… Étant adepte du fantastique ainsi que du folklore, j’aurais souhaité voir ces éléments plus développés. Puisqu’il s’agit du premier tome, j’ose espérer en découvrir davantage par la suite ou rencontrer de nouveaux êtres surnaturels.

Je trouve l’ambiance du livre assez réaliste : les femmes n’ont pas leur mot à dire et sont jugées sans grande valeur (à moins d’être fortunée). C’est pourquoi Amani, l’héroïne, va régulièrement se travestir. Cela lui permettra de participer à des concours de tir, de se faufiler dans des villes ou de ne pas attirer l’attention. Elle a bien conscience que le statut de femme ne vaut pas grand chose (ce qui est hélas encore le cas dans certains pays du monde…) et que les hommes qui la convoitent ne font ça que par intérêt ou pour assouvir leurs besoins primaires comme le voudra Asid, son oncle… Elle va donc opter pour la fuite en espérant avoir une vie meilleure.

Heureusement, Amani n’est pas comme toutes les autres : elle sait se défendre et a appris à tirer au pistolet avant de savoir lire ou écrire… Depuis, elle est devenue une adepte de la gâchette ! Comme Robin des bois, elle vise toujours juste ! Rien ne lui résiste. Étant donné que dans les ouvrages young adult les héroïnes ont toujours un talent caché, cela ne m’a pas dérangée qu’elle soit douée. De plus, elle est loin d’égaler les hommes au corps-à-corps et a conscience de ses faiblesses. Si elle avait été surpuissante, cela m’aurait fortement dérangée, mais on sent qu’elle a des failles. Par ailleurs, j’ai apprécié son caractère : combattive, émotive et entêtée, elle sait ce qu’elle désire. De plus, elle n’est pas niaise : bien que des sentiments naissent entre elle et son bel étranger, cela n’est pas « cul-cul »… Nos deux fuyards se cherchent et s’entraident à leur manière. À noter que la romance ne constitue pas la trame principale du roman : elle est présente, mais cela reste ponctuel et, pour le moment, peu épanouie. L’auteure a préféré se concentrer sur les rebondissements et sur les révélations qui surviennent au compte goutte.

J’ai été entraînée par cette histoire et par les différents protagonistes. Ce livre m’a beaucoup plu et m’a permis de passer un très bon moment. Par contre, je trouve le style d’Alwyn Hamilton parfois bancal. Il y a quelques répétitions ainsi que des erreurs de syntaxe. C’est peut-être dû à la traduction, mais le fait est que, parfois, il nous fallut relire certains paragraphes pour comprendre (surtout vers les trois-quarts du livre, lorsque l’on découvre l’identité de chacun)… Heureusement, le reste est très prenant au point que Mikasa et moi avons dévoré les chapitres à toute allure. Le mélange Western, folklore fantastique et univers oriental nous a conquises.

Ce premier tome annonce une série prometteuse et vous embarquera en plein cœur du désert où la magie et les combats pour les idéaux comme la Liberté font rage. Certes, le livre comporte des défauts, mais nul doute que vous ne resterez pas insensible à ce qu’il se passe au-delà des dunes… Pour ma part, j’attends la suite de pied ferme afin d’en savoir plus sur cet univers riche et sur les personnages auxquels je me suis attachée.
.

—> Découvrez la critique de Mikasa34 ! ^^

.

Citations

Les baraquements de l’armée n’étaient pas loin, mais dans l’ai frais précédant le crépuscule, les rues étaient bondées. Je me frayai une chemin, les yeux baissés. J’avais presque oublié ce que c’était une femme dans le Miraji. Je passais inaperçue, pas de la même façon toutefois qu’en tant que garçon. Pas parce que j’étais comme tout le monde : parce que je n’avais aucun importance.

—————

« T’as déjà tiré au pistolet, numéro vingt-sept ? », me demanda-t-il alors que je passais la ficelle autour de mon cou. La plaque rebondit sur les écharpes qui aplatissaient ma poitrine.
« Quelques fois », répondis-je. À Dustwalk, voire dans toute la région du Dernier Comté, nous étions à court de tout. De nourriture. D’eau. De vêtements. Nous n’avions que deux choses en trop grande quantité : du sable et des armes.
Hassan grogna : « Alors tu devrais pouvoir empêcher tes mains de trembler. »
Je plaquai mes mains contre mon corps pour les calmer et m’avançai jusqu’à la fosse. Si je n’étais pas capable de tenir un pistolet fermement, peu importait que j’aie appris à viser avant d’apprendre à lire.

—————

Je m’aperçus soudain que mon chèche n’était pas serré autour de mon cou et que mes cheveux n’étaient plus retenus ; j’étais redevenue une fille. Une fille portant des vêtements de garçon. Alors que je nouais mon chèche, un bras s’enroula autour de ma taille et une main couvrit ma bouche. Mon assaillant m’emmena à l’écart et me plaqua contre la paroi du train, entre deux lits superposés. Je regardai droit dans ses yeux à la fois étrangers et familiers.
« Toi, dit Jin en m’immobilisant, tu es vraiment un sacré numéro. »

.

Ma note

  4/5

Enregistrer

Publicités

10 réflexions au sujet de « « Rebelle du désert » T1 d’Alwyn Hamilton »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s