BD

« Les contes de la ruelle » de Jun Nie

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Les contes de la ruelle
Auteur : Jun Nie
Genre : Bande dessinée tout public
Editeur : Gallimard

résumé du livre

Dans un quartier paisible du vieux Pékin vivent Doubao, un grand-père facétieux et Yu’er, la petite fille qu’il a adoptée. Bien que paralysée des jambes, la fillette est gaie et pleine de vie.

.

Ma critique

Les contes de la ruelleC’est grâce au blog de Virginie (Pluiedemots) que j’ai découvert cette bande dessinée. Elle m’a vraiment donné envie de découvrir cette œuvre à travers sa critique (lien), si bien que je l’ai réservée à la médiathèque. Je comprends son coup de cœur : c’est très joli, tendre et poétique ! À travers plusieurs épisodes, on va suivre le quotidien de Yu’er et de son pépé, ce duo atypique très touchant. L’album est construit comme un ensemble de nouvelles illustrées qui permettent de mettre en scène cette petite famille et d’apprendre à découvrir plusieurs de leurs facettes. Le grand-père m’a beaucoup touchée dans « Le rêve de Yu’er » où il trouve une solution pour que sa petite-fille apprenne à nager… C’est beau et poétique ! « La lettre » permet également d’en savoir plus sur ce senior attendrissant. Même si la fin est particulière, j’ai trouvé cette aventure très jolie.

Nie Jun a un superbe style. Chaque page est un délice : ce sont de beaux dessins à l’aquarelle. J’adore ! C’est très épuré, coloré et très apaisant. On y resterait bien davantage dans ces étroites ruelles aux couleurs pastel ! Le grand-père a tout de même une sacrée tête, mais on discerne assez bien ses expressions. C’est un personnage dont il ne faut pas se fier à l’apparence : ce gros nounours est un homme aussi adorable que dévoué à sa famille. Yu’er est légèrement typée « manga » avec ses grands yeux et sa petite bouille. Elle est vraiment mignonne ! Son innocence m’a émue, surtout dans « Le paradis des insectes« . Ces deux protagonistes forment un beau tandem que j’aurais espéré voir dans un second tome.

C’est une BD qui vous enivre et vous transporte ailleurs… Presque hors du temps… Difficile de quitter ce petit univers poétique. On se sent tellement détendu ! Je pense que cette œuvre peut plaire aussi bien aux adultes (beaux graphismes, onirisme) qu’aux plus jeunes (réflexions sur le handicap et histoires aussi rigolotes qu’émouvantes). Si je ne vous ai toujours pas convaincu de découvrir cette bande dessinée, lisez les autres critiques sur le web : beaucoup de lecteurs ont été conquis par « Les contes de la ruelle »… Merci encore à la blogueuse de Pluiedemots pour ce conseil de lecture ! =]

.

Citations

Ce que Yu’er adore, c’est s’endormir sur le dos de Pépé. Elle s’y couche comme sur le dos d’un ours, si doux, si chaud…

—————

Les expressions pékinoises sont souvent fleuries : par exemple, « faire rouler un train dans sa bouche »… Pour évoquer un beau parleur. Pépé est assurément un beau parleur ! Dans sa bouche circule un train chargé d’histoires…

—————

Dans cette vieille ruelle, tous les bambins, qu’ils soient jeunes ou vieux, ont leur propre rêve…

.

Ma note

♥  5/5

4 réflexions au sujet de « « Les contes de la ruelle » de Jun Nie »

Répondre à La route des lecteurs Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s