Littérature jeunesse

« Juliette Pommerol chez les Angliches » de Valentine Goby

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Juliette Pommerol chez les Angliches
Auteur : Valentine Goby
Genre : Roman jeunesse
Editeur : Thierry Magnier

résumé du livre

Revoilà notre héroïne joyeuse empêtrée dans ses mensonges. Malgré sa peur de quitter ses parents et ses peluches, elle se retrouve en Angleterre… sans l’avoir vraiment voulu ! La famille d’accueil est charmante, mais le programme touristique de Londres à l’Écosse réserve bien des surprises…

.

Ma critique

Juliette Pommerole chez les Angliches Valentine GobyPartir de l’autre côté de la Manche alors que l’on a besoin de ses onze doudous et de ses parents pour se sentir bien, c’est possible ? C’est ce que se demande la jeune Juliette Pommerol qui, voulant sauver son honneur et faire bonne figure auprès de sa rivale, a accepté de partir en voyage en Angleterre. Hélas, notre chère héroïne n’est jamais allée très loin de chez elle et déteste toute sorte d’activités telles que le camping… Or, un petit mensonge peut avoir de graves conséquences… Et c’est ainsi que Juliette va atterrir chez les Littlestone, une charmante petite famille anglaise qui va tout faire pour que leur invitée se sente bien. Je les ai tous trouvés adorables et touchants. En effet, ils se décarcassent vraiment pour que Juliette se sente à l’aise ou découvre des choses. Lorsqu’elle se fera porter pâle, Mary Littlestone, la mère de famille, va réellement se montrer attentionnée, gentille et bienveillante. Ce sont des gens biens. On voudrait presque les connaître tant ils se plient en quatre pour faire plaisir à la petite française !

L’histoire est assez classique et m’a fait songer au premier tome de « Mentine » de Jo Witek puisque l’héroïne va se découvrir et va grandir grâce à son voyage. Elle va véritablement changer sa vision des choses voire d’elle-même… Et va trouver l’amour. Certes, c’est un scénario ne sort pas des sentiers battus, toutefois Valentine Goby sait faire preuve d’humour et va proposer au lecteur un récit aussi touchant que sympathique. Par ailleurs, ce roman peut être très utile, puisqu’il parle de certains lieux comme l’Abbaye de Westminster, Hyde Park, la Tate Britain, la Tamise, etc. La gastronomie anglaise n’est pas non plus oubliée. Pour ma part, j’ai surtout découvert ces affreux moustiques des Highlands appelés les « midges »… Et suis bien contente de ne les avoir jamais rencontrés ! Quelle horreur ! Déjà que ceux de chez nous ne cessent de me manger, je sais dorénavant qu’il faudra que je me promène avec du spray anti-insectes ou avec une combinaison spéciale si je vais là-bas…

Ce petit roman bien sympathique conviendra certainement aux lecteurs de 8-10 ans. Apparemment, il s’agit de la suite des aventures de Juliette Pommerol, cependant c’est largement compréhensible si l’on n’a pas lu le premier tome de la série, puisque c’est une histoire complète que l’on peut lire à part.

.

Citations

– Regarde-moi, Juliette Pommerol : une nuit chez une copine à deux cents mètres d’ici et tu as l’impression d’avoir quitté la maison depuis trois mois… tu veux vraiment partir seule chez des inconnus pendant quatorze nuits de l’autre côté de la Manche ?

—————

Pour aller aux toilettes il faudrait traverser la nuit. Elle est d’un noir d’encre, craque bizarrement, tu ne vois que la lueur de ta lampe au bout de ta main et tu es repérable par n’importe quelle force maléfique, animal féroce ou tueur en série. La plus cruelle de ces créatures est d’ailleurs invisible à l’œil nu. Tu ne peux pas la combattre, elle est ultra puissante parce que indécelable. C’est sa morsure qui la révèle. Je ne mettrai par le nez dehors, tant pis, et plus jamais de thé avant d’aller me coucher. J’ai trop peur. Dehors, la créature a bien failli nous dévorer tout à l’heure.

—————

– Sure ?
– Sure, je répète gravement.
Et j’ajoute, comme les super-héros au cinéma, James Bond, Spiderman et autres sauveurs de l’humanité après une folle course-poursuite où ils ont failli périr cent fois par le feu, par l’eau, ou suspendus aux ailes d’un avion en plein vol :
– I’m OK.

.

Ma note

♥  4/5

4 réflexions au sujet de « « Juliette Pommerol chez les Angliches » de Valentine Goby »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s