Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« Le monde des Ferals » T1 de Jacob Grey

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Le monde des Ferals
Auteur : Jacob Grey
Genre : Roman ado / Fantastique
Editeur : PKJ

résumé du livre

Crow a treize ans. Il vit seul au sommet d’un arbre, dans un parc abandonné. Il ne parle pas, il croasse. Il ne court pas, il bondit de toit en toit. Jusqu’au jour où un clochard le désigne comme un feral : un être capable de parler aux animaux et de partager leurs pouvoirs. Et Crow ne serait pas le seul feral… Il va devoir trouver des alliés s’il veut vaincre le Tisseur, redoutable feral araignée qui projette d’étendre sa toile mortelle sur la ville de Blackstone…

.

Ma critique

Voici un roman jeunesse qui n’a pas volé sa réputation ! À sa sortie, j’avais lu de bonnes critiques sur la toile, mais n’avais pas cédé à la tentation. Or, en voyant que l’ouvrage était disponible dans l’une des bibliothèques que je côtoie, j’ai sauté sur l’occasion… Ce fut un excellent moment de lecture aux côtés de Blême, Scritch, Glauque et surtout Crow, un jeune orphelin qui va découvrir ses origines au fil du récit. À chaque fois que je reposais mon livre après une session de lecture, je ne pouvais m’empêcher de songer « c’est vraiment bien ! ». Le monde des Ferals, tome 1 Jacob GreyBien sûr, le livre vise plutôt un public jeunesse/ado, toutefois je n’ai pas trouvé que l’écriture trop enfantine, bien au contraire. La plume de Jacob Grey est simple, va à l’essentiel et propose une suite de mystères ou d’événements aussi immersifs qu’inquiétants. L’auteur n’hésite pas non plus à faire périr quelques personnages secondaires, ce qui est très appréciable : tout n’est pas beau et rose, les méchants peuvent tuer… Évidemment, on est sur un scénario classique dans le sens où ce jeune garçon est le sauveur de l’humanité, le lien animal n’est pas innovant et les personnages sont très manichéens, mais qu’importe !

Adolescente, j’aurais adoré lire ce genre de récit, car c’est prenant, fluide, sans temps morts et intéressant. J’ai apprécié le concept des Ferals et adhère au choix des animaux principaux : les corbeaux ! De plus, Crow est un héros attachant. On arrive aisément à s’identifier à lui ou à le suivre dans son périple. L’enquête qu’il mène et les découvertes du monde des Ferals se font de façon progressive : on découvre tout aux côtés de Crow. Ainsi, on partage ses émotions, ses craintes ou ses espoirs… Lydia est également une héroïne que l’on apprécie rapidement. Bien qu’elle ait moins souffert que son ami, elle sait se montrer déterminée, courageuse, douce et protectrice. Elle forme un joli tandem avec le héros qui est capable de parler aux corbeaux… Ces derniers sont aussi bavards que sympathiques ! Leurs répliques ajoutent un soupçon d’humour au texte, ce qui est très agréable !

La conclusion du roman m’a beaucoup plu. Apparemment, il y aura une suite cette année. Cela dit, je trouve que le roman suffit à lui-même : à la fin, on relance un peu l’aventure avec un avertissement, mais lire la suite n’est pas une obligation ou un besoin. Il n’y a pas de gros retournements de situation, ce qui devient de plus en plus rare ! On est un peu comme dans l’un des premiers Harry Potter : la menace du grand méchant plane, cependant l’aventure peut se terminer ici… À noter que si vous avez une peur bleue des araignées, des serpents ou des insectes, mieux vaut peut-être passer votre chemin ! Pour les autres, foncez, vous ne le regretterez pas !

.

Citations

Crow était au centre d’une énigme. D’un enchevêtrement de fils compliqué. D’une toile tissée pas une mystérieuse araignée.

—————

– Un grand malheur est sur le point de se produire ! lança-t-il. Tu es en danger. Va parler aux pigeons !
Aux pigeons ? Crow ne parlait qu’aux corbeaux. Scritch grinça :
– Et pourquoi pas aux moineaux, pendant qu’il y est ?
– C’est un écervelé, commenta Glauque. Comme les moineaux. Et comme la plupart des humains.

.

Ma note

♥  5/5

Publicités

15 réflexions au sujet de « « Le monde des Ferals » T1 de Jacob Grey »

  1. Je l’ai vu hier a Gibert en occas’ alors que j’étais à la grande ville de ma région pour son festival du court métrage. J’aimais bien la couv’ mais je l’avais pas vu trop tourner sur les blogs alors je l’ai laissé là. Elle tombe pas bien ta chronique, ça me fait presque regretter mdr ! Mais en même temps, j’achète trop en ce moment alors c’est peut-être pas plus mal :p
    Kin

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s