Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« Carabosse, la légende des cinq royaumes » de Michel Honaker

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Carabosse, la légende des cinq royaumes »
Auteur : Michel Honaker
Genre : Fantastique / Roman ado
Editeur : Flammarion

.

résumé du livre

En un instant l’ombre éclipse le soleil, au milieu des branches tortueuses aux feuilles grasses et triangulaires, émerge une jeune fille à la chevelure brune et au regard ténébreux. Le poison de l’amour déçu lui dévore l’âme. De sa sœur Léonore, qui lui a ravi son aimé, Carabosse jure de se venger : le fruit de leur amour mourra, le jour de ses dix-huit ans. Alors son sombre pouvoir jettera sur le Royaume terreur et désolation. Les liens du sang tissent des haines plus féroces que toutes les autres… Carabosse, la fée maléfique nous plonge dans les profondeurs du Conte de La belle au Bois-Dormant.

.

Ma critique

J’avais vu cet ouvrage dans les rayons de la médiathèque, cependant je n’avais pas osé tenter l’expérience avant de lire l‘avis de Light and Smell. Grâce à ses arguments, j’ai sauté le cap et me suis lancée dans cette réécriture de conte. Le style de l’auteur a son charme : il a une plume onirique digne des contes d’autrefois, avec de belles descriptions féeriques et du vocabulaire d’antan. Il faut un peu de temps pour s’y habituer, toutefois je trouve l’idée sympathique. Les pages se tournent facilement et on prend plaisir à découvrir ce conte revisité. couv17464994J’avais d’ailleurs oublié que Carabosse était la sorcière Maléfique de la Belle au Bois Dormant. Dans mes souvenirs, il s’agissait de deux personnages différents. Cela m’a donné envie de replonger dans mes classiques tels que les frères Grimm ou Charles Perrault ! Le personnage de Carabosse m’a bien plu, car on découvre comment la jeune femme est passée de belle mais bossue à ignoble fée maléfique au physique ingrat et au cœur noir… Au départ, elle me faisait beaucoup de peine et j’avoue avoir ressenti de l’empathie pour elle… Jusqu’à ce qu’elle passe à l’acte ! Dès lors, mon appréciation a été radicalement différente. J’ai tout de même apprécié son évolution dans la noirceur. C’est un antagoniste crédible, cruel, avide de vengeance et malfaisant ! Bref, une très bonne méchante comme j’aime. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai préféré la première partie qui est liée à sa jeunesse, jusqu’à l’âge adulte où elle lance la malédiction sur Aurore avec le fuseau.

En plus d’avoir une belle plume, Michel Honaker propose un récit qui sort de l’ordinaire, puisque le prince charmant est loin de l’image dont on se fait de lui ! C’est une originalité qui m’a plu. Par contre, je ne me suis pas spécialement attachée aux protagonistes principaux et c’est sans doute ce qui a joué dans mon avis général… Il en va de même pour Clèves, le fils de Carabosse, que j’ai trouvé trop peu développé pour l’apprécier… Je rejoins donc l’avis de Light and Smell sur ce personnage… Clèves n’a en tête que la vengeance de sa mère et, à vrai dire, je m’attendais presque à ce que ce soit LUI qui rompe le sortilège… Mais non, il n’est là que pour exterminer les fées !… C’est un personnage très linéaire qui n’a que son objectif en tête : tuer pour sa mère. D’ailleurs, si vous vous attendiez à un joli conte de fées, sachez qu’il n’en est rien : certains passages sont sombres et le texte comporte des créatures impitoyables comme des loups-garous…

On a là une réécriture qui se lit bien, mais qui comporte ses forces et ses faiblesses. J’ai tout de même passé un bon moment. De plus, je trouve la couverture superbe ! N’hésitez pas à découvrir ce roman si vous aimez les contes revisités.

.

Citations

– Chère sœur, cette délicieuse enfant à qui tu as donné le jour a-t-elle un nom?
– Au…Aurore, hésita Léonore.
– Et pourquoi pas « Épine de Rose » ? Trop tard pour en changer, je suppose ? Alors donnons à Aurore le présent qu’elle mérite.
Elle étendit sa main au-dessus de l’enfant, ferma les yeux et murmura sur un ton prophétique :
– A toi Aurore, psalmodia Cara, au jour de tes dix-huit ans, j’offre…la mort. Tu perceras ta main à un fuseau, et tu périras.
.
—————
.
Il faut redouter la vengeance d’une femme bien plus que celle d’un assassin, répliqua le nain.

.
—————
.
Les traditions sont les racines où l’on doit puiser pour rêver l’avenir.
.

Ma note

♥  4/5

12 réflexions au sujet de « « Carabosse, la légende des cinq royaumes » de Michel Honaker »

  1. Je suis contente d’avoir ton avis sur ce livre 🙂 C’est amusant notre différence de ressenti vis-à-vis de Carabosse, j’ai un peu l’impression d’être la seule à ne pas avoir eu d’empathie pour elle. Il faut dire que la scène avec le Prince n’a pas aidé, je l’ai trouvée révoltante (je n’en dis pas trop pour ceux qui n’auraient pas lu le livre en espérant que tu comprennes mon allusion).
    Quant à Clèves, je ne comprends toujours pas son intérêt. A la limite, cela aurait été encore plus cruel et intéressant sur le développement du personnage de Carabosse, qu’il n’existe pas malgré la peine qu’elle s’est donnée pour l’avoir.

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s