Littérature jeunesse·Science Fiction

« Seuls au monde » T2 d’Emmy Laybourne

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Seuls au monde » T2
Auteur : Emmy Laybourne
Genre : Roman adolescent / Science-Fiction
Éditeur : Le Livre de Poche

.

résumé du livre

La fin du monde a commencé comme un jour ordinaire. Nous étions quatorze pris au piège dans un centre commercial. Notre seul espoir : un avion qui nous attend à Denver et doit nous emmener loin du nuage toxique. Dean, mon frère, a décidé de rester avec Astrid et trois petits. Moi, je suis parti avec les autres. Ai-je fait le bon choix ?

.

Ma critique

Dans cette suite, l’intrigue se déroule exactement où le premier tome a cessé : lorsque les adolescents se séparent. Afin de n’oublier personne, l’auteure alterne les points de vue à chaque chapitre : on passe d’un frère à l’autre. Il y a Alex, le plus jeune, qui est parti avec le bus et la moitié du groupe à la recherche de secours en direction de l’aéroport et Dean, l’aîné, qui est resté au centre commercial avec une poignée d’enfants afin de ne blesser personne à cause de leur groupe sanguin. Honnêtement, j’ai trouvé le rythme bien meilleur que le premier opus : quelles que soient les équipes, on ne s’ennuie pas. Chacun doit affronter des dangers, certes différents, mais qui mettent réellement leur vie en péril. Il n’y aucun temps mort et, qu’ils soient à l’intérieur du Greenway ou dehors, les rencontres sont nombreuses ! L’avancée de chaque groupe est donc très intéressante à suivre. Le fait de scinder les rescapés est bien vu, car chaque équipe comporte ses faiblesses (jeunes enfants, blessés, groupes sanguins plus ou moins dangereux) et ses têtes pensantes. couv21780200Globalement, j’apprécie plus ou moins chaque protagoniste sauf Astrid qui m’a un peu énervée à retourner sa veste en deux jours… Je suis tout de même curieuse de voir comment les choses vont avancer pour elle d’ici quelques mois…

Malgré le fait que j’ai passé un bon moment de lecture avec ces jeunes luttant pour leur survie, j’ai tout de même quelques regrets. Le style d’écriture est toujours aussi simple et fluide, cependant il m’a encore fait serrer les dents : Emmy Laybourne donne la parole aux deux frangins qui sont des ados et parlent comme des ados… Ainsi, les phrases sont parfois mal construites ou très courtes. Ce n’est pas aussi frustrant que le tome un néanmoins, j’ai quand même tiqué sur quelques phrases de-ci de-là… Je trouve également que certaines situations sont résolues trop facilement… J’aurais souhaité voir les héros se démener davantage pour surmonter certaines épreuves. Ils ont beaucoup de chance… Par ailleurs, je pense que l’auteure aurait pu finir avec ce tome, quitte à laisser quelques questions irrésolues… Sans l’épilogue, ça aurait pu. Mais je dois surtout avouer que j’avais complètement oublié le personnage dont les survivants parlent à la fin du livre… Pourtant, il a été utile à plusieurs reprises ! Mais je dois avouer que je ne m’étais pas spécialement attaché à lui. Lorsqu’on a parlé de ce protagoniste, je me suis simplement dit « Ah, oui, il y a encore X dehors… Bof, pas grave ! ». J’achèterai quand même la suite une fois qu’elle sortira en version Le Livre de Poche, toutefois ce n’est pas grâce au cliffhanger final, parce que ça a vraiment eu l’effet inverse sur moi, mais parce que j’ai aimé l’ambiance de ce récit post apo’.

Cette saga a ses petits défauts toutefois, elle reste très prenante. Ça se lit bien, il y a de l’action, du suspense, du danger et des morts et c’est une première approche avec le genre post-apocalyptique. À douze/quinze ans, j’aurais adoré lire cette série. Adulte, je suis également conquise même si je reconnais que cela fait très ado/young adult. Bref, un second tome efficace et dynamique qui surpasse son prédécesseur.

.

Citations

Petit problème de maths :
Huit jeunes, ne pouvant être exposés à l’air extérieur plus de trente ou quarante secondes sans en subir d’horribles conséquences psychotiques, partent pour un voyage de cent dix kilomètres sur une autoroute sans visibilité, à bord d’un bus ayant survécu à un méga-orage de grêle qui a fini encastré dans les portes coulissantes d’un centre commercial Greenway. Ils risquent d’être attaqués ou retardés par une quantité inconnue d’obstacles (meurtriers et bandits affectés par des produits chimiques militaires, blocages routiers, etc.).
Calculez les chances que ces jeunes ont d’arriver à l’aéroport de Denver où, à ce qu’ils croient, ils seront sauvés.
Je sais, il vous manque des données pour calculer les probabilités comme il faut. Mais si vous connaissez tant soit peu les maths – ne seraient-ce que les principes de base des probas -, vous l’aurez compris : nos chances de réussite, elles puent.

.
—————
.
Souffrir, c’est bon ; la douleur se consume et te rend fort. Mais souffrir sans raison, laisse ça aux faibles.

.
—————
.
Et vous savez quoi ? C’était bon, d’avoir une raison de se battre – en plus de la simple question de la survie.

.

Ma note

♥  4/5

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Seuls au monde » T2 d’Emmy Laybourne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s