Romans

« Les hirondelles de Kaboul » de Yasmina Khadra

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les hirondelles de Kaboul »
Auteur : Yasmina Khadra
Genre : Roman contemporain / Drame
Éditeur : Pocket
.

résumé du livre

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Taliban veillent. La joie & le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Toute fierté l’a quitté. Le goût de vivre à également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l’obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n’a plus d’autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore…

.

Ma critique

Les vacances, d’habitude, c’est souvent fait pour lire des choses légères… Et bien pas cette fois-ci ! Avec les « Les hirondelles de Kaboul », on a la sensation d’avoir la gorge sèche ou d’avoir reçu un coup de poing dans le ventre… Cela faisait longtemps que ce livre prenait la poussière dans mon étagère, mais j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis plongée dans les ruelles de Kaboul. En fait, je savais à quoi m’attendre, car j’avais déjà lu « L’attentat » du même auteur qui m’avait laissé une marque pendant plusieurs mois. On ne peut pas dire que l’on passe un bon moment avec cette histoire, car celle-ci dégage des moments forts, des scènes brutales et des dialogues criants de vérité. C’est une lecture où j’ai eu du mal à rentrer car, en tant que Femme, j’ai ressenti un grand sentiment de malaisecouv48642173Que ce soit à cause de la scène de lapidation publique de la prostituée dans l’un des premiers chapitres, les nombreuses injustices, les femmes rabaissées à l’état d’objet qui ne doivent pas ouvrir leurs lèvres ou la place de l’épouse dans un foyer, j’ai plus d’une fois serré les dents. On a là un ouvrage qui ne laisse pas indifférent et ce, quel que soit le sexe du lecteur.

Par un système de narration alternée, on va suivre Atiq Shaukat, un geôlier malheureux qui ne se sent pas vraiment à sa place et dont l’épouse (Mussarat) est malade, ainsi que Mohsen Ramat, un homme ayant également des problèmes avec son couple. Rien ne va plus avec la belle Zunaira qui supporte de moins en moins la vie sous le régime des Talibans et qui ne comprend pas que Mohsen ne se batte pas pour elle, pour eux, pour la Liberté… La plume poétique, habile et désarmante de Yasmina Khadra permet au lecteur de se visualiser au milieu des souks ou d’imaginer les protagonistes. Il parvient à créer de superbes ambiances, tout comme il peut horrifier le lecteur. En effet, il arrive aisément à susciter l’effroi avec plusieurs scènes ou conversations entre des personnages de tous les âges. Par ailleurs, il est difficile de faire preuve d’empathie pour Atiq qui, même s’il tombe amoureux, s’est montré assez odieux avec Mussarat. Je ne me suis ni attachée à lui, ni à Mohsen. En revanche, j’ai grandement admiré le discours de Zunaira ou encore la proposition finale de Mohsen. Que c’est bouleversant !…

Comme vous avez pu le voir, cet ouvrage n’est pas à mettre dans toutes les mains : c’est à la fois révoltant, émouvant et écœurant… Il est important que l’auteur dénonce cela avec courage et poésie dans de tels récits… D’ailleurs, la fin est particulièrement perturbante. Elle laisse un goût amer dans la bouche et on ne peut que refermer son livre en silence, songeant à tout ce qu’il s’est passé. Et dire que certains passages reflètent la dure réalité

.

Citations

Personne ne croit au miracle, aux féeries du printemps, encore moins aux aurores d’un lendemain clément. Les hommes sont devenus fous ; ils ont tourné le dos au jour pour faire face à la nuit. Les saints patrons ont été destitués. Les prophètes sont morts et leurs fantômes crucifiés sur le front des enfants…

—————

Vivre, c’est d’abord se tenir prêt à recevoir le ciel sur la tête. Si tu pars du principe que l’existence n’est qu’une épreuve, tu es équipé pour gérer ses peines et ses surprises. Si tu persistes à attendre d’elle ce qu’elle ne peut te donner, c’est la preuve que tu n’as rien compris. Prends les choses comme elles viennent, n’en fais pas un drame ni un plat ; ce n’est pas toi qui mènes ta barque, mais le cours de ton destin.

—————

La musique est le véritable souffle de la vie. On mange pour ne pas mourir de faim. On chante pour s’entendre vivre.

.

Ma note

♥  4/5

8 réflexions au sujet de « « Les hirondelles de Kaboul » de Yasmina Khadra »

  1. Ce roman a l’air vraiment difficile! C’est pour ça que je pense que je ne prendrais pas de plaisir à sa lecture … Mais c’est vraiment bien que des auteurs parlent de ces choses qui se passent réellement autour de nous. J’imagine que beaucoup de choses sont révoltantes et pourtant bien réelles … Je pense que je serais donc aussi mal à l’aise que toi … Mais ce doit être intéressant à lire pour se rendre compte des atrocités

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s