Science Fiction·Young adult

« Les Vivants » T1 de Matt De La Peña

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les Vivants » T1
Auteur : Matt De La Peña
Genre : Young Adult / Science Fiction
Éditeur : Robert Laffont (Collection R)
.

résumé du livre

Shy, jeune Américain d’origine mexicaine, a choisi ce job d’été pour mettre de l’argent de côté. Quelques mois à bord d’un luxueux navire de croisière vont lui permettre d’engranger les pourboires. Il sera ainsi en mesure d’aider sa mère et sa sœur à régler les factures. Que demander de mieux ? Des bikinis à ne plus savoir ou regarder, des buffets garnis à volonté, et peut-être même une fille ou deux. Après tout, chaque croisière rassemble des gens de tous les âges et de tous les horizons… Mais lorsque le tremblement de terre le plus destructeur jamais enregistré dévaste la Californie, la vie de Shy bascule. Et ce séisme n’est que le premier d’une longue série de désastres. Ceux qui sont encore vivants devront se battre pour le rester…

.

Ma critique

La couverture ne plaira peut-être pas à tout le monde cependant, je trouve qu’elle illustre à merveille le roman, notamment lorsque les éléments s’abattent sur le bateau dans lequel se trouve Shy, le héros, et d’autres personnes… Ces mains tendues, réclamant de l’aide, ainsi que ces débris flottant à la surface traduisent bien l’angoisse, la mort et le désespoir noyés par les flots ! Non, je vous l’accorde : ce ne sont pas des sujets très joyeux, mais avec du young adult post-apocalyptique, il ne faut pas s’attendre à quelque chose de joyeux.couv27787745 Finalement, avec « Au fond de l’eau » de Paula Hawkins que je viens de terminer et « Les Vivants », il y a presque de quoi développer une véritable phobie des eaux !

Dans cet ouvrage, on va faire la connaissance de Shy, un hispano-américain qui va travailler sur un paquebot richissime afin d’avoir de l’argent de poche. Plutôt sociable, il va rapidement s’attacher à quelques membres de l’équipage comme Rodney (un commis de cuisine), Kevin (un barman mannequin), Marcus (un danseur) et la belle Carmen (une animatrice de karaoké). Ensemble, l’ambiance de ce voyage est au beau fixe : on s’amuse tout en travaillant ! Pourtant, la plupart des clients ne sont pas toujours sympathiques, car ils sont fortunés et n’hésitent pas à exhiber leur bague de mariage ou à sortir de gros pourboires ! Mais cela n’entrave pas la bonne humeur de Shy, l’employé à tout faire, qui aide là où on le demande. Le voyage aurait pu se passer à merveille si tout n’avait pas commencé par le suicide d’un homme vraisemblablement dément. Dès lors, les ennuis vont se succéder et vont progresser de façon crescendo. Il y a une véritable montée en puissance, avec du suspense, des éléments louches, des personnages au comportement bizarre et des morts sur le continent, jusqu’au moment où l’embarcation va subir l’assaut d’une violente tempête ! Ainsi, on distingue trois grandes parties. Dans la première, on découvre le quotidien sur le paquebot, on rencontre chaque protagoniste et on assiste à plusieurs rebondissements. Vient ensuite le tsunami et toute la dérive au milieu de l’océan. Quant à la dernière partie, elle tourne autour de la vérité puisque plusieurs révélations auront lieu. Pour ma part, je ne trouve pas la trame scénaristique lente ou ennuyante. Au contraire, je trouve cela fluide et bien construit.

Bien que jeune et assez naïf, Shy est un narrateur attachant qui a vécu des choses difficiles par le passé. Il n’est pas du genre à baisser les bras et fait de son mieux pour venir en aide à son prochain. J’ai plutôt adhéré à son caractère, sauf lorsqu’il focalisait totalement sur la jolie Carmen. Je ne comprends pas qu’au beau milieu de l’horreur, il ne pense qu’à cette fille non-stop… C’était assez lourd… Si, au bout de cent pages, on n’a toujours pas compris qu’il trouve Carmen magnifique et qu’il s’inquiète pour elle, c’est qu’il y a un problème ! Leur relation est assez spéciale : ensemble, ils sont à la fois touchants, drôles, un peu niais et complémentaires, mais ils vont également passer du temps à s’envoyer des piques ou à s’engueuler (il faut dire que Carmen est complètement noyée par ses sentiments…). Autre personnage féminin à fort caractère : Addison, alias « Addie », une fille de riche assez hautaine qui va se révéler de plus en plus sympathique au fil du périple. Elle aussi va avoir quelques échanges épicés avec le personnage principal ! Malheureusement pour eux, ils vont devoir mettre de l’eau dans leur vin s’ils espèrent survivre. Du côté de ces messieurs, on notera Bill, un mystérieux homme en noir qui prend en filature Shy, ou encore « Cireur », un employé avenant et énigmatique…

En revanche, j’ai trouvé que certaines choses étaient attendues. Ayant déjà lu plusieurs ouvrages du genre catastrophe/post-apo’, je n’ai pas été surprise par la vérité sur la maladie de Romero (un virus qui n’a, apparemment, rien à voir avec les zombies), certains personnages et la conclusion.lesvivantsinsta Il est à noter que c’est mon ressenti personnel dû à une habitude du genre : il est bien possible que des lecteurs soient étonnés par les rebondissements ou par les révélations ! Cela ne m’a pas empêché de passer un moment haletant. D’ailleurs, j’ai trouvé la plume de Matt De La Peña simple, avec un peu de peps et des descriptions immersives. À plusieurs reprises, j’avais la sensation d’être aux côtés de Shy, sur le bateau, avec tous ces corps noyés ou blessés, ou encore au beau milieu de l’océan, avec les squales et la faim qui tient au ventre. Quelle horreur ! Si vous avez peur de l’eau ou que vous êtes une âme sensible, faites attention avec ce huis-clos aquatique où la Nature reprend toujours ses droits… Pour ma part, cette aventure en pleine mer m’a bien plu. Il y a toujours quelque chose qui arrive, que ce soit lié aux flots, aux Hommes ou aux animaux… C’est presque sans temps morts. Je suis vraiment curieuse de découvrir la suite de ce récit qui, d’après la quatrième de couverture, se passera sur la terre ferme. J’espère que l’on verra enfin ce qu’il s’est passé sur le continent, car cette question me trottait dans la tête tandis que les protagonistes avaient leur propre cataclysme à affronter… Bref, vivement la suite !

.

ltgwenew.

.

Citations

Quand le ciel est couvert la nuit, la lune n’est plus qu’une vague tache aux contours flous surplombant l’océan d’un noir d’encre. C’est à peine si on distingue où se termine l’air et où commence l’eau ; en revanche, on entend les clapotements réguliers contre la coque. Encore une chose à laquelle Shy n’avait jamais songé avant de s’embarquer pour cette croisière de luxe. L’océan parle. Surtout la nuit. Des voix qui murmurent à ton oreille et jamais ne se taisent, pas même quand tu dors. À tel point que tu as parfois l’impression de perdre la tête.

—————

Le garçon lance le sac de papier à son camarade.
– Quoi, tu m’as acheté un cadeau ? Qu’est-ce que c’est ?
– Que voudrais-tu que ce soit ?
Rodney regarde le plafond et se tapote le menton en faisant mine de réfléchir. Puis il répond :
– Et si je te disais une magnifique jeune femme en petite tenue ?
Shy s’esclaffe :
– Pour qui me prends-tu ? Un faiseur de miracles ?
– Je plaisante, mon pote. Tant pis si elle n’est pas magnifique. Je ne suis pas difficile.

—————

Il crie tous les noms qui lui passent par la tête, mais ne reçoit aucune réponse. Submergé par la colère et le désespoir, et sans aucune idée de ce qui peut bien nager sous lui, il frappe l’eau de ses mains. Pendant les minutes qui suivent, il fait du surplace, luttant contre la panique qui menace de le rendre fou. Et s’il était perdu pour de bon? Sans rien à boire ni à manger, sans personne pour lui tenir compagnie quand surviendra sa dernière heure. Il craint de ne plus jamais rien voir que cette interminable étendue d’eau, et il a l’impression que la vérité sur le monde vient de lui être révélée. Son pouvoir absolu. Les hommes ne sont rien d’autre que des grains de poussière aisément balayés par la brise.

.

Ma note

♥  4/5

Publicités

14 réflexions au sujet de « « Les Vivants » T1 de Matt De La Peña »

  1. Encore une très bonne critique bien argumentée et complète! Merci d’éclairer ma lanterne concernant ce livre 😉 . Du coup comme tu mets un avertissement pour les âmes sensibles (lol) ça me fait hésiter un peu à me lancer. Enfin bon je verrai bien le moment venu! Bisous!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci !
      Par rapport au syndrome de Stockholm hier, c’est plus soft ! xD Mais oui, certaines scènes effroyables (avec des dépouilles) sont bien décrites et procurent un sentiment de malaise ou d’horreur. A part ça, le reste te plairait. Mais sur ce point là, j’ai un doute. Bisous :*

      J'aime

  2. Malgré les poins négatifs qui pourraient aussi m’ennuyer (le héros qui, dans un contexte critique, pense quand même à une fille, ou encore le côté un peu prévisible), je pense que c’est un roman qui pourrait me plaire. En même temps, quand on me parle de post-apocalyptique je répond présente!! 😀 Je me le note, merci de la découverte!!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, on se croit aisément au milieu des flots. j’ai eu le même ressenti !
      Ah mince… J’espère que je ne ressentirai pas la même chose que toi pour la suite. Ce serait dommage de conclure cette duologie sur une note négative ! 😦
      Il faudra que j’aille lire tes deux critiques si elles sont sur ton blog ! 😉 ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s