BD·Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« L’île sans sourire » d’Enrique Fernandez

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « L’île sans sourire »
Auteur : Enrique Fernandez
Genre : Bande dessinée jeunesse / Fantastique
Éditeur : Drugstore
.

résumé du livre

C’est une terre isolée par les flots, battue par les embruns. En son sein se dissimule le plus étrange des mystères… Un homme hanté par le passé va s’y perdre… et renaître.

.

Ma critique

Cette bande dessinée m’a fait passer par plusieurs émotions : la satisfaction (pour avoir trouvé un ouvrage de cet auteur), la déception (pour les dessins vraiment moins bons que d’habitude), l’agacement (pour la petite Eli vraiment bavarde), l’admiration (pour l’univers fantastique inédit), l’émerveillement (pour Mama Kindi, la méchante, qui est vraiment crédible) et la satisfaction (pour avoir découvert une belle histoire enchanteresse). Le récit est vraiment chouette ! Quel dommage que le coup de crayon ne soit pas à la hauteur ! Certes, la coloration, les décors et les planches sont superbes, mais les humains sont vraiment moches. J’avais l’habitude du style d’Enrique Fernandez avec « La mère des victoires » ou encore avec la trilogie « Le Magicien d’Oz » ! couv14347140Hélas, les personnages, en particulier Eli, m’ont vraiment rebutée. J’aurais mis un coup de cœur à cette lecture si les protagonistes avaient été plus à mon goût…

Sur cette île, Milander Dean, un géologue misanthrope, râleur, morose, solitaire et colérique, va faire la rencontre d’Elianor Miss Yukinde, alias « Eli ». Malgré l’immense sourire de la gamine, le géologue met aussitôt une barrière. Cette enfant ingénue, adepte des contes de fées, joueuse, bavarde, pot de colle et rigolote l’agace au plus haut point. Tous les deux ne se comprennent pas et ont une vision de la vie bien différente. Alors, malgré l’âge, leurs échanges font des étincelles et conduisent à la colère ou aux larmes. Hélas, le pauvre Milander Dean est obligé d’avoir cette furie dans les pattes, puisque sa tante est la propriétaire de la seule auberge de l’île de Yulkukany… Voilà une amitié explosive qui va se tisser au fil des pages. C’est très mignon… Bien sûr, on se doute que les deux héros vont finir par s’entraider et s’apprécier cependant, c’est vraiment touchant.

Pendant la moitié de la BD, je me suis demandée où l’auteur allait en venir : on découvrait les personnages, les lieux ou encore les légendes du coin… Mais il n’y avait pas d’intrigue. J’étais assez déçue, d’autant plus que je trouvais les visages réellement laids… Et j’ai bien fait d’aller jusqu’au bout, puisque j’ai finalement été conquise. En effet, la seconde moitié introduit le genre fantastique : on découvre des fleurs dans lesquelles se dissimulent des oiseaux, des créatures nocturnes qui volent des esprits ou encore le personnage de Mama Kindi. Cette dernière est juste géniale : c’est un monstre de la forêt mauvais, fourbe, cruel et manipulateur. Son aspect fera certainement frémir les petites têtes blondes, car cette créature est impressionnante… Vous l’aurez compris, c’est elle l’élément perturbateur de l’intrigue… Aussi, je préfère ne pas trop en dévoiler…

Cette bande dessinée magique abordant la notion de bonheur plaira aussi bien aux jeunes qu’aux adultes. Le tout est de passer outre les têtes des personnages… Le reste des dessins ainsi que le scénario sont de qualité ! À découvrir si on aime les contes sombres, oniriques, émouvants et inquiétants.

bdenricke

.

Citations

La tristesse résiste bien au temps qui passe, mais malheureusement le bonheur, lui, finit par se transformer en nostalgie.
.
—————
.
Vous mentez à vos enfants. il faut leur dire la vérité, qu’il y a des risques et des dangers. Vous faites la fête et vous dansez jusqu’à l’aube, vous inventez des histoires fantastiques en guise d’explications, et vos maisons sont peintes de couleurs vives pour créer autour d’eux un monde merveilleux… et soudain, tout ça disparait… c’est cruel.
.
—————
.
– Mais regardez ce que je vous apporte !
– Cette pierre n’a rien de spécial.
– Bien sûr ! Ici elles se ressemblent toutes, mais celle-là je l’ai trouvée un peu plus loin, et là-bas c’était la seule comme ça ! Donc elle est spéciale, non ?
.

Ma note

♥  4/5

15 réflexions au sujet de « « L’île sans sourire » d’Enrique Fernandez »

  1. Les défauts que tu évoques ne me donnent pas très envie de lire cette BD, dommage surtout que j’adore les univers fantastiques… En tout cas, contente que la deuxième partie t’aie plu 🙂 !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s