Young adult·Fantastique/Fantasy

« Kereban » de Dario Alcide

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Kereban »
Auteur : Dario Alcide
Genre : Science-Fiction / (Young Adult ?)
Éditeur : 404 Editions

.

résumé du livre

Kereban, à l’origine, est une ville qui ne paye pas de mine… Mais le jour où l’on découvre un nouveau gisement d’akos, la vie va se transformer dans cette petite ville côtière. Les bouleversements de cette découverte vont, petit à petit, modifier l’économie et le fragile équilibre politique international. Pour maintenir sa suprématie, l’Empire est prêt à tout, même à déclencher une guerre…

.

Ma critique

Bon… Il est temps pour moi de rédiger la critique de cet ovni. Je ne sais toujours pas quoi en penser, même une semaine après avoir terminé cet ouvrage ! J’ai relu mes ressentis notés pendant et après ma lecture, j’ai de nouveau feuilleté et parcouru en diagonale certains passages qui m’avaient marquée… Hélas, je ne sais toujours pas où j’en suis ! Lorsque j’ai reçu « Kereban » grâce au swap avec Kin et Kara du blog Plumes de Lune, j’étais vraiment contente de découvrir cette œuvre dont le style me rappelait « Dossier Alexander » (Illuminae) de Jay Kristoff et Amie Kaufman. J’étais conquise par le travail visuel et artistique, tout en me délectant de partir à l’aventure dans cette ville futuriste où il existe des drones ainsi que divers objets technologiquement avancés… Je suis désolée les filles cependant, je suis très partagée… Tout d’abord, je ne me suis pas spécialement attaché aux personnages trop nombreux et jamais décrits, que ce soit psychologiquement ou physiquement… couv31862341On les découvre grâce à des échanges sur des tchats ou grâce à leur journal de bord. Certains protagonistes sont un peu plus récurrents que d’autres, mais on ne peut pas dire qu’on les connaisse bien ou que l’on est touché par ce qu’il leur arrive… En fait, c’est à peine si on connaît leur nom, leur camp et leur métier ! C’est à la fois dommage et frustrant…

En réalité, le personnage principal est la ville de Kereban. Nous allons vraiment suivre son évolution au fil des années 3008 à 3026… On va la découvrir tranquille, puis plus mouvementée à cause d’un gisement d’Akos (un métal précieux rare que l’on pensait épuisé). Telle la ruée vers l’or, les citoyens des pays voisins vont s’installer à Kereban afin de faire fortune. Le travail est, certes, plus difficile et dangereux, mais le salaire à la clef semble en valoir la chandelle… Hélas, les choses tournent assez mal, puisque des actes terroristes vont survenir dans la petite ville côtière devenue capitale à force de s’étendre. Les tensions grandissent jusqu’à exploser, puis devenir une guerre déchaînée. La mort va emporter de nombreux individus dans ses sillons. Il est intéressant de voir l’évolution de cette cité au fil des pages toutefois, on ne peut pas dire que c’est non plus transcendant… Le fait que l’on ne connaisse aucun personnage nuit à l’immersion dans le récit et à l’appréciation générale. Bien sûr, je ne suis pas restée insensible aux descriptions des blessés de guerre ou à celle des conflits sanglants et explosifs… Mais, en aucun cas, je me suis inquiétée pour le sort de chacun. C’est difficile de s’impliquer lorsque le personnage principal n’est pas un être vivant et que les citoyens ne sont découverts qu’en surface.

Pendant toute ma lecture, je me suis demandée à qui était destiné ce livre… Les ados ne sont-ils pas un peu trop jeunes ? Les adultes vont-ils trouver ce récit passionnant ? (En tout, ce sont eux les plus à même d’analyser ces tensions politico-économiques, de comprendre cette lutte pour le pouvoir, de faire le parallèle entre l’Akos et des énergies comme le pétrole, ou d’avoir assez de recul face aux scènes difficiles…) Est-ce pour les grands ados ? Honnêtement, je n’arrive pas à trancher. J’aurais tendance à classer cet ovni en young adult à cause d’Illuminae, mais je ne mettrais pas ma main à couper pour autant !… Quoi qu’il en soit, j’ai vraiment adhéré au concept qui fait vraiment la force de ce roman : on n’est pas dans de la narration classique et on trouve tout type de documents (mails, messagerie instantanée, affiches de propagande, extraits de journaux, rapports officiels, sites internet, etc.). C’est un type de lecture que j’affectionne, car cela sort des sentiers battus, on prend plaisir à découvrir chaque support, on se prend au jeu, tandis que la lecture se révèle totalement insolite ! C’est vraiment dommage que l’intrigue n’ait pas pris avec moi… Je remercie quand même les filles pour leur cadeau. Cet ouvrage pouvait vraiment me plaire, car il réunissait réellement des ingrédients plaisant (SF, design, originalité) ! 

.

Citations

Je ne sais pas où va nous conduire cette guerre. Mais il y a de quoi avoir peur…

—————

Cette barre de métal est entrée par la base du cou en haut à gauche et est ressortie par sa hanche du côté droit. Je ne sais pas comment aucun organe vital n’a été sévèrement touché. Et je ne sais pas comment cet homme, que tous condamnaient, a réussi à nous tenir tous éveillés avec ses blagues et ses chansons. Du haut de son brancard posé sur une table, il ne pouvait voir que le plafond ; nous l’avions sanglé pour qu’il ne risque rien. Et pendant plus de dix heures, il a fait le clown. Dix heures qui n’auraient dû être que souffrances et désespoir. Mais il en avait décidé autrement, et jusqu’à la fin, il a souri.

—————

– Bordel, t’étais où ?
– Les fenêtres du salon ont pété.
– A cause de l’explosion ?
– Non, j’ai pété trop fort. Bien sûr à cause de l’explosion !
– Très drôle…
– Le ciel s’est illuminé pendant près d’une minute. J’ai jamais vu ça. Mes meubles ont tremblé. Pratiquement tout le monde est dehors. Allume ta télé, ils vont sûrement en parler.
– Et tu vas bosser dans combien de temps ?
– Dix minutes !

.

Ma note

♥  2/5

Publicités

11 réflexions au sujet de « « Kereban » de Dario Alcide »

  1. Je ne suis vraiment pas très SF, mais même si ton avis est mitigé, tu as su m’intéresser. Tu as ainsi titillé ma curiosité en expliquant que la ville était le personnage principal. Je crains, comme toi, d’avoir des difficultés à m’immerger dans le récit en absence de « vrais » personnages auxquels s’attacher et/ou s’identifier… Mais pourquoi pas si je le trouve d’occasion d’autant que je suis curieuse de découvrir les différents documents qui s’insèrent dans le livre.

    Aimé par 1 personne

  2. Ah bah c’est pas grave hein, il faut de tout pour faire un monde XD
    Sur les persos, c’est tout à fait ça : on s’attache pas, mais en même temps, pour moi c’était fait exprès et c’était pas gênant d’avoir justement la ville comme personnage central. Je trouve ça innovant et pour le coup et ça a bien marché pour moi ^^.
    Des bises !
    Kin

    Aimé par 1 personne

    1. Oui ! ^^
      C’est vrai que c’est totalement innovant. Il ne me semble pas avoir déjà lu ça ailleurs. Vraiment original. Mais je suis quelqu’un qui a besoin de personnages pour m’identifier/m’attacher/ne pas être déboussolée. Du coup, ça n’a pas fonctionné.
      Par contre, les docs visuels sont top !
      Des bisous :*

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s