Fantastique/Fantasy

« Cœur de menhir » d’Adrien Hortemel

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Cœur de menhir »
Auteur : Adrien Hortemel
Genre : Fantasy
Éditeur : Donjons éditions

.

résumé du livre

Une paix fragile règne entre les différents peuples de la forêt de Déremkas. Les habitants sont menacés par une prophétie oubliée qui annonce le retour des ténèbres. Parmi eux, Dairen, un jeune homme ordinaire, va se retrouver au milieu d’une lutte de pouvoir. Les rencontres seront nombreuses, mais ces personnes vont-elles l’aider à se frayer un chemin dans un monde cruel où les légendes sont devenues réalité ?

.

Ma critique

« Cœur de menhir » est un ouvrage qui avait retenu mon attention sur le site Simplement grâce à son résumé et grâce à sa jolie couverture me faisant directement songer à de la mythologie nordique !  Je tiens donc à remercier Adrien Hortemel de m’avoir proposé de découvrir son premier roman qu’il m’a gentiment dédicacé ! J’ai grandement apprécié cette attention, tout comme j’ai été conquise par les illustrations de Christophe Le Galliot que l’on va découvrir au fil des pages… couv54418466En effet, l’auteur a pris l’initiative de proposer une carte du monde afin que le lecteur puisse suivre la progression des héros. À mes yeux, c’est un véritable atout. De plus, la quinzaine de dessins représentant les lieux ou les personnages sont très réussis. Grâce aux descriptions, j’avoue que je me représentais assez bien les protagonistes ou les créatures ainsi. J’ai donc totalement adhéré à leur représentation… En ce qui concerne les créatures, sachez qu’il y en a plusieurs : des plus classiques dans le genre fantasy (revenants, démons, etc.) aux plus insolites (lutins, banshees, kobolds, etc.). Adorant les bestiaires, j’ai été satisfaite de rencontrer tous ces êtres imaginaires, en particulier ceux du folklore  gallois/breton/nordique ! On sent que l’auteur est passionné par les contes et les légendes de tous les horizons… Il a réussi à créer un bon mélange et à distiller les créatures au compte goutte…

Cet amour pour l’imaginaire, Adrien Hortemel est également parvenu à le retranscrire à travers son univers riche et développé. Ainsi, il a créé tout un monde et une société. Il y propose un mode de vie différent du notre, avec des villages et des peuples vivant chacun différemment. Il va surtout s’attarder sur Kêrstrud dont le peuple est réparti selon ses compétences et son métier. Ainsi, on distingue donc des fondateurs, des moissonneurs, des éducateurs, des guérisseurs et des gardes… C’est très hiérarchisé et fouillé, puisque l’on va découvrir que toute la société a été travaillée : la religion, l’éducation, les croyances et le mode de vie. Je me suis régalée à découvrir les spécificités de ce village médiéval… Tout comme j’ai pris plaisir à découvrir quelques-uns de ses habitants ! Certains dissimulent bien leur jeu et comploteront dans l’ombre… Ne vous attendez pas à découvrir une vie simple et paisible : certains habitants œuvrent dans l’ombre, tandis qu’une haine non dissimulée pour les étrangers pourrit le quotidien d’une poignée de citoyens. C’est par exemple le cas de Dairen, le personnage principal du récit. Venu d’une contrée voisine, il va être confronté à cette animosité qui hante la plupart des villageois. Cela se retranscrit par de la méchanceté gratuite, le rejet, le jugement faussé, l’intolérance et l’injustice… Les natifs de Kêrstrud ne sont vraiment pas tendres et, même si un étranger fait ses preuves, ils seront toujours rejetés ou jugés d’une façon ou d’une autre. J’aime beaucoup les intrigues mettant en scène ce genre d’inégalités, car cela conduit souvent à une révolte ou à des manipulations en tous genres de la part de chaque camp. Or, j’ai trouvé que l’on sentait vraiment bien la haine de l’Autre ! J’ai d’ailleurs été étonnée de voir jusqu’où certains antagonistes sont allés ! Un conseil : ne vous attachez pas trop vite… L’auteur n’hésite pas à faire tomber des têtes, ce qui, d’ailleurs, me plaît beaucoup, car cela créé de la surprise et du suspense…

coeurdemenhirOn est donc dans un univers fantastico-médiéval intéressant avec un sombre conflit qui perdure depuis longtemps… Ajoutons à cela une prophétie qui va chambouler davantage l’ordre des choses. L’action, les rebondissements et les révélations sont donc au rendez-vous et se révèlent être les points forts de cet ouvrage. De ce fait, le rythme est dynamique et tout peut basculer d’un chapitre à un autre. Malheureusement, ce rythme effréné n’est pas sans conséquences : j’ai trouvé l’intrigue bien trop rapide ! Certaines scènes défilent à toute allure, d’autres sont surtout retranscrite grâce aux dialogues et, parfois, il m’a fallu relire certains paragraphes, car je n’avais pas tout saisi ! (À noter que ce dernier constat était peut-être dû à mon état de fatigue…) Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé certains passages trop vite expédiés, en particulier au début où l’on découvre et assimile tout. Ce n’était pas toujours évident. J’ai parfois été perdue à cause des nombreux personnages (beaucoup de noms à retenir), des narrations alternées assez nombreuses ou encore à cause des événements qui s’enchaînent à toute allure. Je pense que l’auteur aurait davantage pu broder plus quelques scènes, notamment celles du début ou celles mettant en scène la psychologie des personnages principaux…

Les protagonistes sont intéressants, mais manquent parfois de profondeur… C’est en particulier le cas de Tosla, Raudan et Sigrid… J’avoue ne pas savoir sur quel pied danser avec eux et aurais souhaité les voir davantage tisser des liens entre eux… Toutefois, je suis certaine que l’on va apprendre à les découvrir par la suite… Alyssa, une demoiselle ayant suivi la même formation que Dairen avant leur spécialisation, a été mon personnage favori. Elle a son petit caractère et n’hésite pas à envoyer des piques à ses interlocuteurs. Adorant les joutes verbales, ses échanges avec notre jeune anti-héros m’ont arraché plusieurs sourires. Dairen m’a assez plu dans le sens où il n’est pas un héros classique : c’est quelqu’un de silencieux, assez peureux, observateur, déterminé et pas forcément beau. Il est très appréciable d’avoir affaire à un personnage principal nuancé et sortant de l’ordinaire… Ajoutons à cela que son caractère et ses capacités se développent au fil des péripéties, ce qui permet de le voir évoluer voire de s’y attacher… Tout ce petit monde va avoir affaire à plusieurs antagonistes qui n’hésiteront pas à traquer et à tuer pour parvenir à leurs fins…

Pour conclure, j’ai plutôt passé un bon moment, mais ressens quelques réserves, en particulier sur le rythme trop rapide à mon goût. J’ai également relevé quelques coquilles cependant, il n’y avait rien d’alarmant. J’ai grandement apprécié l’univers, le bestiaire et l’ambiance bretonne (noms des personnages, lieux, folklore, auteur et illustrateur bretons) qui se dégagent du récit ! Enfin, j’ai trouvé que la fin relançait totalement l’aventure et appelait une suite ! C’est donc un premier tome d’heroic fantasy intéressant, non sans défauts, qui se lit rapidement… Merci encore à Adrien Hortemel pour la découverte de « Cœur de menhir ».

.

coeur-de-menhir-logo-2

simplementlogo.

Citations

Le jeune homme qu’il était devenu représentait à lui seul l’intégration des exilés et la volonté ainsi que l’honneur de redorer leur étiquette de porteur de gènes hérétiques.

—————

Plusieurs épouvantails étaient là pour l’entraîner à l’épée et à l’arc. Dairen était l’attraction du moment mais l’agacement se lisait sur son visage. Raudan vociférait comme un cerf en période de rut. Et le tout sonnait comme des coups de fouet aux oreilles du jeune novice.
– Bien ! Arrête. Tu es lent, tu manques de coordination mais je vais devoir m’en accommoder. Reprends ton souffle, évite d’y rester, j’aime pas trop devoir cacher des corps avant d’aller manger.

—————

– J’ai une question qui me brûle les lèvres, si tu veux bien ?
– Vas-y, je t’écoute.
– Comment une femme arrive-t-elle à s’imposer auprès des hommes ?
– C’est-à-dire ?
– Je t’ai vu lorsque nous étions dehors mais également ici. Ton comportement force les hommes à te montrer du respect. Pourquoi ?
– Ce n’est pas du respect mais de la crainte. Si tu leur montres que tu es aussi dangereuse qu’eux, en général, ils ne font qu’aboyer ?
– Et si ce n’est pas le cas ?
– Il faut espérer que tu saches manier efficacement ton arme.
.

Ma note

♥  3/5

2 réflexions au sujet de « « Cœur de menhir » d’Adrien Hortemel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s