Romans

« La tresse » de Laetitia Colombani

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La tresse »
Auteur : Laetitia Colombani
Genre : Roman contemporain
Éditeur : Grasset

.

résumé du livre

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

.

Ma critique

Roman incontournable depuis sa sortie, conseillé par mes proches et apprécié par les médias ainsi que la blogosphère, « La tresse » se devait d’atterrir un jour dans ma PAL, ne serait-ce que pour conseiller les lecteurs de ma médiathèque… Je suis ressortie conquise, révoltée et un peu frustrée par cette lecture. Je pense que cela aurait pu être un coup de cœur toutefois, à force d’entendre des éloges, je dois reconnaître avoir été un peu sévère au niveau de mes attentes. Par exemple, je pensais qu’on irait plus loin dans certaines thématiques abordées… Je pense notamment au cas de Sarah. Cela m’a plu de découvrir ses pensées criantes de vérités cependant, j’ai trouvé qu’il aurait été intéressant de confronter sa maladie à ses proches, en particulier ses enfants. Ce passage est, hélas, éludé afin de ne placer le point de vue du cancer uniquement du côté du travail. On met vraiment en avant l’idée de rejet et de discrimination au travail à cause de la maladie. Certes, c’est révoltant et intéressant néanmoins, j’aurais souhaité avoir le point de vue de les proches… Ou, tout du moins, quelques échanges avec les trois enfants. couv73540014J’ai également ressenti un manque du côté de Smita dont j’aurais souhaité lire encore quelques chapitres… Il me manque vraiment un « après » ! Honnêtement, l’auteure pourrait se lancer dans une suite les yeux fermés : cela permettrait au lecteur de ne pas être frustré, d’améliorer certains points et de creuser davantage les thèmes abordés.

Malgré ces regrets, j’ai adoré ma lecture qui a vraiment su me toucher. Le parti-pris de limiter les dialogues intéressant (même si on aimerait quand même savourer quelques échanges)… Laetitia Colombani a préféré se concentrer sur les monologues intérieurs de ses héroïnes afin de mettre en avant leurs pensées les plus intimes ainsi que leurs sentiments sur ce qu’elles traversent… Et cela marche ! Le lecteur fait directement preuve d’empathie et s’attache au moins à l’une de ces trois femmes. Il est difficile de rester de marbre face au combat de Smita, une Intouchable, femme paria de la société chargée de ramasser les excréments de la population. À notre époque, il est difficile d’imaginer que l’on puisse à ce point traiter les gens de sous-hommes comme cela… Et pourtant… ! Ce que vit une Femme indienne (qu’elle soit Intouchable ou non) à notre époque est tout simplement révoltant. Certes, c’est une thématique que j’ai déjà vue dans d’autres ouvrages toutefois, le cas de Smita m’a particulièrement émue ! Par amour pour sa fille, elle a décidé de bouleverser l’ordre établi et la tradition et ce, au péril de sa vie. Au fil des chapitres plaçant la narration de son côté, je compatissais à sa colère, son envie de changement pour sa fille et son combat pour la liberté. Sans hésiter, Smita est réellement LE personnage que j’ai préféré dans « La tresse ».

Dans ce roman à trois voix, on distingue également Giulia, une sicilienne qui travaille dans l’usine de postiches de son père. Au risque de me faire lyncher, je dois avouer que son cas m’a moins touchée que les deux autres, dans le sens où ce qu’elle traverse est moins intense… De plus, elle va rapidement trouver une solution pour s’extirper de ce que sa famille va chercher à lui imposer… Son amour interdit avec le beau Kamal m’a plu, mais ce que j’ai ressenti est moins puissant à côté de la bataille de Smita ou de la pauvre Sarah qui vit dans un monde de requins… Bien évidemment, ce ressenti est purement personnel. Quoi qu’il en soit, ce livre féministe mettant en scène trois femmes se battant pour leurs propres choix mérite amplement son succès. La plume est fluide, très simple, accessible à tous et dégage plein d’émotions. Voilà un petit bijou littéraire avec quelques défauts à découvrir !

.

Citations

Dans certains villages, les Dalits doivent signaler leur présence en portant une plume de corbeau. Dans d’autres, ils sont condamnés à marcher pieds nus. Tous connaissent l’histoire de cet Intouchable, lapidé par le seul fait d’avoir porté des sandales. Smita entre dans les maisons par la porte arrière qui lui est réservée, elle ne doit pas croiser les habitants, encore moins leur parler. Elle n’est pas seulement intouchable, elle doit être invisible.

————-

Sarah le sait maintenant: elle est stigmatisée. Dans cette société qui prône la jeunesse et la vitalité, elle comprend que les malades et les faibles n’ont pas leur place. Elle qui appartenait au monde des puissants est en train de basculer, de changer de camp.

————-

Smita sent son cœur se serrer. Elle a aimé cet homme, s’est habituée à sa présence rassurante auprès d’elle. Elle lui en veut de son manque de courage, de ce fatalisme amer dont il a recouvert leur vie. Elle aurait tant voulu partir avec lui. Elle a cessé de l’aimer à l’instant où il a refusé de se battre.

.

Ma note

♥  4,5/5

Publicités

22 réflexions au sujet de « « La tresse » de Laetitia Colombani »

    1. Je t’avoue que je ne l’aurais pas acheté de moi-même, car je me méfie toujours des romans qui font des vagues unanimes sans laisser de commentaires négatifs sur la toile… Mais mon réseau de bibliothèques l’a acquis, du coup, j’ai cédé et ne le regrette pas.^^ A voir si tu peux l’emprunter quelque part ? Ca se lit rapidement, en plus (200p).
      Merci beaucoup ! ❤ ❤

      Aimé par 1 personne

  1. Un roman qui me fait tellement envie!!! J’ai envie de connaitre moi aussi les destins de ces 3 femmes … Je trouve bien que tu précise ta petite frustration sur le fait de ne pas aller assez loin sur certaines choses, ça me permettra de ne pas mettre la barre trop haute lorsque je le lierais 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s