Romans policiers / Thriller

« Les filles de Roanoke » d’Amy Engel

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les filles de Roanoke »
Auteur : Amy Engel
Genre : Thriller psychologique / Roman contemporain
Éditeur : Autrement

.

résumé du livre

Dans une petite ville du Kansas, les filles Roanoke sont enviées de tous. Belles, jeunes et riches, elles vivent avec leurs grands-parents sur le domaine familial, au coeur des champs de blé. Quand Allegra disparaît, après la fin tragique qu’ont connu Camilla, Penelope et Eleanor, toutes filles de la lignée Roanoke, sa cousine Lane part à sa recherche. Elle découvre de sombres secrets de famille.

.

Ma critique

Lors de sa sortie, « Les filles de Roanoke » avait attiré mon attention, car j’avais vraiment adoré la duologie d’Ivy écrite par la même auteure… Je me demandais si j’allais accrocher à ce thriller psychologique à la quatrième de couverture intrigante… J’ai finalement sauté le cap suite à la super critique de Mikasa ! couv49756810Je suis assez d’accord avec elle sur le fait qu’il est difficile d’évaluer, d’aimer et de noter cette lecture, car elle est terriblement déroutante !… Je me suis retrouvée face à une ambiance sombre, pesante, malsaine, angoissante et étrange qui ne m’a pas laissée indemne. À mes yeux, il est vraiment difficile de rester insensible à ce roman car, tel un coup de poing, il frappe le lecteur à un moment ou à un autre… Pour ma part, j’avais rapidement deviné les secrets inavouables de cette famille ainsi que la vérité concernant la disparition d’Allegra, car les conversations induisent rapidement ce qu’il se trame chez les Roanoke… Mais il n’empêche que c’était tout de même affreux, puissant et bouleversant ! Même si j’ai aisément su ce qu’il se tramait, j’avais tout de même envie d’aller jusqu’au bout afin de voir si mes ressentis étaient similaires à ceux de mon amie Mikasa…

La narration est particulièrement bien construite. De façon générale, on fait des bonds entre deux époques : on alterne entre deux récits contant le passé/l’adolescence (chapitres intitulés « Alors ») et le présent (chapitres intitulés « Maintenant ») de Lane… Mais pas que ! De temps en temps, on va suivre sa famille grâce à quelques chapitres donnant la parole aux défuntes femmes Roanoke (Jane, Sophia, Penelope, Eleanor, Camilla, Emmeline, etc.). Cela permet comprendre les similitudes entre ces damoiselles, tout en suivant l’intrigue principale… Les indices et les clefs de ces mystères nous viennent aussi lentement que progressivement, tel un poison se frayant dans nos veines… Une chose est sûre : la tension se renforce au fil des chapitres, tandis les vérités explosent et révulsent les lecteurs. Amy Engel a un certain talent pour donner de la consistance à ses personnages ou à son scénario. Elle le prouve une fois encore avec ce one-shot plutôt traumatisant.

Les personnages de cette histoire sont assez nombreux cependant, on retiendra surtout Lane (l’héroïne ayant un passé lourd et un penchant pour la bouteille), Allegra (la cousine disparue qui a tendance à se montrer bout en train, insolente, nombriliste et obstinée), Lillian (la grand-mère assez étrange), Yates (le grand-père au comportement aussi singulier que celui de son épouse), Sharon (la domestique), Charlie (l’homme à tout faire), Tommy (un flic amoureux transi d’Allegra) et Cooper (l’ex de Lane au passé torturé). On ne peut pas dire que je me sois attachée à ce petit monde, car ils ont tous une grande part de noirceur en eux… Une noirceur trop importante pour que je m’attache ou compatisse complètement. En revanche, j’ai assez apprécié certains personnages et surtout détesté d’autres… Aucun ne m’a laissée de marbre !

« Les filles de Roanoke » n’est pas un roman à mettre dans toutes les mains, notamment lorsque le mystère est aussi sombre et révoltant ! De plus, l’alcool et le sexe ont une place assez importante dans les chapitres. Je tiens donc à alerter les âmes sensibles sur ce que cache ce petit cottage sur la couverture… En revanche, si l’horreur humaine ne vous effraie pas et que vous cherchez un thriller psychologique rempli de non-dits assez bien ficelé, n’hésitez pas à sauter la barrière ! Pour ma part, je suis complètement tiraillée et incapable de dire si j’ai aimé ou non cette lecture. Cela dit, je reste tout de même dans un ressenti positif, car cette intrigue m’a marquée et fait réagir.
.

amyengel-roanoke

.
.

Citations

Nous sommes des filles de Roanoke, Lane, me surprit-elle en répondant doucement. Les blessures font partie du lot.

—————

La culpabilité, je le découvre, est une émotion quasi impossible à éliminer. C’est une plante empoisonnée qui continue à pousser en se nichant dans tous vos recoins vulnérables. Qui s’entête à vous rappeler tous vos échecs.

—————

On est tous tarés[…], d’une manière ou d’une autre. C’est juste une question de degré.

.

Ma note

♥  3,5/5

18 réflexions au sujet de « « Les filles de Roanoke » d’Amy Engel »

  1. Eh bien je vois qu’il faudra que je lise le roman pour me faire mon propre avis. J’ai déjà eu des retours positifs, d’autres comme le tien mitigés… Je suis vraiment curieuse ! (mais ma WL – et à terme ma PAL – ne sont pas trop d’accord pour l’instant 😁)

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je pense que c’est un livre qu’il faut lire pour se faire son avis (un peu comme « Chanson douce » de Leila Slimani ! Même malaise, même atmosphère bizarre et sombre, mêmes questionnements concernant les ressentis.
      Je serai curieuse de lire tes ressentis un jour ! ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Je constate que l’on a un avis similaire, à savoir que l’on a eu beaucoup de difficultés à le noter toutes les deux 🙂 . Je n’arrivais pas à dire non plus si j’avais aimé ou pas. Ce livre m’a tellement hanté longtemps et fait ressentir des choses différentes de mes lectures habituelles qu’il m’a beaucoup perturbé pour plein de raisons différentes. Je suis complètement d’accord sur le fait qu’il n’y a pas de suspense sur l’intrigue, on devine tout assez rapidement. Mais il est vrai que malgré tout ( prévisibilité, vulgarité etc…) Amy Engel à un talent fou à nous accrocher sans relâche jusqu’à la fin.

    Aimé par 1 personne

  3. Le résumé est intrigant et ta chronique encore plus ! J’aime beaucoup quand une lecture fait réagir et apprécie le fait que tu ne saches pas si tu as aimé ou non 🙂 C’est un sentiment assez déstabilisant qui pousse souvent à repenser à sa lecture…
    Le seul petit bémol, mais cela n’a pas l’air de t’avoir perturbée, est que les secrets de famille se devinent.

    Aimé par 1 personne

    1. Exact ! C’est vraiment un curieux sentiment de ne pas savoir si on a aimé ou non. Cela m’a rappelé le livre « Chanson douce » !
      Non, ce n’est pas perturbant dans le sens où la plume de l’auteure est assez addictive et donne envie d’aller jusqu’au bout…. Mais cela reste frustrant quand même un peu, car on aurait espéré un peu plus de mystère…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s