Horreur·Romans policiers / Thriller·Science Fiction·Young adult

« ReMade » d’Alex Scarrow

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « ReMade »
Auteur : Alex Scarrow
Genre : Horreur / Science-Fiction / Young adult / Thriller
Éditeur : Casterman

.

résumé du livre

Un virus foudroyant attaque partout dans le monde sans qu’on puisse le stopper. En moins d’une semaine, l’humanité tout entière est menacée. Prévenus par leur père vivant à New York, Leon, 17 ans, sa petite sœur Grace et leur mère quittent Londres au plus vite pour échapper à la propagation de la maladie. Mais le virus est déjà là, se répandant par spores et infectant les passagers du train où ils se trouvent. Leur fuite est de plus en plus périlleuse. À mesure que les jours passent, le virus devient de plus en plus intelligent. Réussissant à tromper la vigilance des survivants en prenant la forme d’animaux, et sans doute bientôt de l’être humain lui-même…

.

Ma critique

Lorsque j’ai lu la quatrième de couverture, l’idée de virus intelligent qui s’adapte et qui évolue m’a immédiatement séduite ; si bien que j’ai rapidement acquis cet ouvrage à sa sortie ! Mon amie Mikasa ayant également ce titre à lire, nous avons tenté d’affronter cette fin du monde ensemble… Et quelle claque ! Nous avons directement été prises par l’ambiance, le rythme et l’évolution du virus. Ici, il n’est pas question de zombies, mais plutôt d’une contagion que l’on va suivre dès son arrivée sur Terre. La propagation, que l’on va suivre grâce à une narration alternée, va être progressive : on va passer d’un lieu à un autre sur la planète (Afrique occidentale, Normandie, centre de Londres, etc.) afin de voir cet étrange virus se répandre et évoluer. On assiste alors aux premiers décès aussi rapides qu’abominables. Les scènes sont souvent atroces, bien décrites et font réellement frémir. couv54960833Cela ne me dérange pas, cependant les âmes sensibles ou ceux n’aimant pas le gore risquent d’être assez horrifiés… La diffusion et l’évolution de cette maladie sont déroutantes : tout prend des proportions que je n’avais encore jamais vues ou lues. En tant qu’adepte du genre, j’étais vraiment ravie de lire un récit novateur comme celui-ci !

Lorsque l’on ne suit pas le virus, on se retrouve aux côtés de Léo qui vit avec sa sœur Grace et sa mère. Comme le lecteur, Léo va découvrir les prémices du chaos grâce à différents médias, Facebook, des tchats ou des forums de discussion. Cela m’a fait songer à « Le début de la fin » (Apocalypse Z) de Manel Loureiro, car le premier contact entre le héros et le virus n’est pas immédiat et tout se fait d’abord via Internet. On apprend ainsi à découvrir chaque membre de la famille ainsi que les premières caractéristiques du virus. Avant ce moment, il y a quand même de l’action et une certaine tension, ce qui ne laisse pas de place à l’ennui. L’auteur a vraiment bien su gérer son rythme ainsi que les informations : tout est bien dosé et addictif ! Une fois la première centaine de pages passée, l’intrigue va devenir haletante et sans temps mort ! Léo et ses proches vont être obligés de fuir sans jamais s’arrêter. Hélas, la Mort n’est jamais loin… Un petit conseil : ne vous attachez pas trop aux personnages ! Alex Scarrow a réussi à me surprendre à plusieurs reprises et à me glacer d’effroi… Tout cela m’a beaucoup plu !

Léo est un personnage intéressant qui sort du lot, car il n’est pas un héros classique. En effet, en plus d’être assez asocial, c’est un garçon stressé, à la fois courageux et craintif, protecteur mais râleur, souvent silencieux tout en étant franc et déterminé. On sent qu’il est vraiment coincé entre deux âges : celui du jeune adolescent qui se cherche et qui subit les problèmes familiaux (père et mère séparés) et celui du grand-frère / dernier homme de la famille. C’est un jeune homme que j’ai beaucoup apprécié suivre et qui, à mon sens, a toujours essayé de prendre les meilleures décisions. À l’inverse, j’ai souvent eu du mal avec Grace qui a tendance à prendre de haut son frère, à se chamailler avec lui pour un rien et à ne pas mettre de l’eau dans son vin. Certes, elle se range du côté de sa mère et la défend à juste titre néanmoins, plusieurs de ses réflexions se sont avérées injustes, si bien que je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Cela dit, les épreuves qu’elle et son frère ont traversé m’ont énormément touchée… mmepandaremadeParmi les nombreux personnages secondaires, Freya m’a beaucoup plu grâce à son tempérament fort et par sa maladie. En effet, la demoiselle est atteinte de sclérose en plaques, une chose rarement exploitée dans la littérature…

Si vous aimez les ambiances post-apocalyptiques sombres, efficaces, sanglantes, oppressantes et rythmées, « ReMade » devrait vous plaire ! Même si certaines scènes sont atroces, sanglantes et détaillées (privilégiez la lecture avant un repas et non après), le tout se lit facilement ! La plume de l’auteur est vraiment fluide et addictive. Je suis totalement conquise et ravie d’avoir découvert ce roman young adult ! Ce premier tome m’a fait frissonner d’horreur et m’a fait tourner les pages avec grand plaisir. C’est presque un coup de cœur ! Je recommande vivement cette pépite où le virus révèle vraiment de sacrées surprises ! Vivement la suite. Je remercie Mikasa d’avoir partagé cette aventure avec moi. Comme de coutume, ce fut une super lecture commune et un chouette moment de partage ! N’hésitez pas à découvrir sa critique !

.

—-> Découvrez la critique de Mikasa !

mikasa

.

Citations

Ce jour-là était simplement un lundi comme tous les autres lundis. Un jour où tout avance normalement, sans rien de différent, à l’exception d’un mot qu’il était parvenu à entendre entre deux informations à la radio.
Épidémie.

—————

Tu sais, fiston, un grand sage a dit que tout ce qui séparait la civilisation de l’anarchie, c’était trois repas par jour et une connexion Internet.

—————

Quand la page du site de Reuters s’ouvrit, Léo s’attendait à voir un gros titre apocalyptique qui capterait immédiatement leur regard. Mais aujourd’hui, apparemment, pas de bombe. Pas de crash d’avion. Pas de fusillade contre des touristes, pas de massacre dans un centre commercial. Au contraire, pour une fois, il semblait y avoir une trêve dans l’imbécillité humaine.

.

Ma note

5/5

16 réflexions au sujet de « « ReMade » d’Alex Scarrow »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s