Romans policiers / Thriller

« La daronne » de Hannelore Cayre

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « La daronne »
Auteur : Hannelore Cayre
Genre : Roman policier
Éditeur : Métailié

.

résumé du livre

« On était donc fin juillet, le soleil incendiait le ciel ; les Parisiens migraient vers les plages, et alors que j’entamais ma nouvelle carrière, Philippe, mon fiancé flic, prenait son poste comme commandant aux stups de la 2e dpj. – Comme ça on se verra plus souvent, m’a-t-il dit, réjoui, en m’annonçant la nouvelle deux mois auparavant, le jour de sa nomination. J’étais vraiment contente pour lui, mais à cette époque je n’étais qu’une simple traductrice-interprète judiciaire et je n’avais pas encore une tonne deux de shit dans ma cave. » Comment, lorsqu’on est une femme seule, travailleuse avec une vision morale de l’existence… qu’on a trimé toute sa vie pour garder la tête hors de l’eau tout en élevant ses enfants… qu’on a servi la justice sans faillir, traduisant des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques avec un statut de travailleur au noir… on en arrive à franchir la ligne jaune ? Rien de plus simple, on détourne une montagne de cannabis d’un Go Fast et on le fait l’âme légère, en ne ressentant ni culpabilité ni effroi, mais plutôt… disons… un détachement joyeux. Et on devient la Daronne.

.

Ma critique

J’avoue qu’après avoir entendu trois collègues m’affirmant que ce roman était un coup de cœur, je m’attendais à ressentir la même chose ! Malheureusement, j’ai dû avoir trop d’attentescouv7371651Ma lecture s’est avérée correcte, mais pas exceptionnelle. Il y avait des passages amusants, d’autres percutants et certains assez moyens… Même si l’ensemble m’a plu, je ressors légèrement partagée par cette histoire mêlant polar, trafic de drogue et humour noir. Le principe est pourtant très bon et original : on suit Patience, une veuve ayant la cinquantaine, travaillant au ministère de la Justice en tant qu’interprète. La plupart du temps, elle traduit les écoutes téléphoniques en arabe afin d’enquêter ou de surveiller les dealers… Jusqu’au jour où elle réalise qu’à force d’être payée au noir, elle n’aura pas de retraite et ne laissera aucun héritage. Non seulement elle n’a aucune reconnaissance, mais elle pointe également le système qui condamne toute personne travaillant au black ou faisant dans l’illégalité alors qu’on la rétribue ainsi. Elle décide alors de changer son futur en prenant contact avec plusieurs dealers qu’elle écoute. Ainsi, La Daronne naquit.

J’ai adoré cette idée déjantée, réaliste, atypique et amusante. D’autant plus qu’elle est traitée avec une narration à l’humour acerbe et décapant. Le tout est ponctué de réflexions véridiques qui font froid dans le dos. Il y a, par exemple, le métier d’interprètes, le système judiciaire ou la « retraite » des chiens de flics… (Est-ce vraiment ainsi qu’on remercie les chiens de leurs valeureux services ?) Le problème, c’est qu’il y a quelques longueurs, on réclame plus de chapitres (c’est un livre assez court !) et la fin est un peu expéditive. J’ai eu la sensation de conclusion rapide, un peu bâclée, comme si l’auteure avait envie de vite terminer son roman. Pourtant, il y avait pas mal de potentiel ! Malgré mes déceptions dues au fait que je m’attendais à ce que ce soit LE livre à découvrir absolument, on passe quand même un bon moment, notamment avec le style incisif, acide, cynique, osé, assez trash et dynamique de l’auteure ! À mon avis, ce livre mériterait son adaptation cinématographique ! Cela rendrait bien…

.

clubdeslecteurs

.

Citations

Je ne dis pas que j’ai vécu comme une nonne pendant vingt ans, mais ma vie sexuelle se bornait à des rencontres d’un soir, toujours avec des avocats pénalistes par essence narcissiques, menteurs, coureurs et infidèles… et je parle d’un temps où ils me plaçaient encore dans la catégorie Milf – mother I’d like to fuck . Parce qu’une fois la quarantaine passée, c’était fini.

—————

Un circuit court de vente et de blanchiment donc, totalement calqué sur l’économie réelle. Du producteur au consommateur, comme les paniers de légumes bios pour bobos.

—————

On est des gens bien, madame, pas des voyous.
– Je sais, vous voulez juste que votre vie soit un peu plus douce. On en est tous là, vous savez.

.

Ma note

♥ 3,5/5

10 réflexions au sujet de « « La daronne » de Hannelore Cayre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s