Fantastique/Fantasy·Young adult

« Esclaves » (Les puissants T1) de Vic James

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Esclaves » (Les puissants T1)
Auteur : Vic James
Genre : Fantastique / Young Adult
Éditeur : Nathan

.

résumé du livre

Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage. Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent libres et gouvernent le pays. Abi, 18 ans et son frère, Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de les emmener accomplir en famille leurs jours d’esclavage. Abi devient domestique au service de la puissante famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité des luttes de pouvoir sans pitié. Le sort de Luke n’est guère enviable puisqu’il est exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.

.

Ma critique

Ce premier tome a réussi à me procurer plusieurs ressentis : l’impatience de découvrir cette saga dont tout le monde parle en bien, l’intérêt grâce à l’univers hyper riche, la déception due au fait que j’ai été un peu perdue, le plaisir ressenti à partir du dernier tiers et le tâtonnement pour l’évaluation de cette lecture. Je me suis retrouvée face à un roman prometteur qui a énormément de potentiel, mais qui m’a perdue pendant une grande partie du voyage

Commençons par le point fort de ce livre : son monde. Il s’agit d’un univers parallèle au nôtre où la société est différente. L’action se situe en Angleterre, un peu comme dans « Shades of Magic » T1 de V. E. Schwab… 516OTiEMYQLDans cet univers, la magie existe : seule l’élite de la société, des aristocrates, ont des capacités surnaturelles comme la manipulation mentale ou d’autres pouvoirs que je vous laisse découvrir si vous lisez ce roman… On va découvrir ces capacités au fil des chapitres ainsi que leur utilisation plus ou moins douteuse. En effet, ces individus aisés sont des adeptes du Pouvoir, de la politique et de l’ascension sociale. Par ailleurs, ils ont souvent des serviteurs. En effet, il existe une sorte de service civique consistant à donner dix années de sa vie à l’une de ces familles riches… C’est ce que va faire la famille de Luke, Abi et Daisy Hadley. Malheureusement pour eux, ils vont être séparés, puisque toute la famille va servir la famille Jardine dans un palais somptueux, tandis que Luke va être envoyé dans une zone industrielle réputée pour épuiser les travailleurs… Grâce à la narration alternée, on va découvrir le quotidien de chaque membre de la famille Hadley ET de la famille Jardine. C’est à cause de cela que j’ai été en partie perdue… Il y a beaucoup d’éléments à assimiler d’un coup : beaucoup de personnages (les secondaires sont aussi importants que les principaux), un univers riche avec son propre mode de fonctionnement et l’intrigue qui tisse sa toile lentement, mais sûrement. Je regrette de m’être plongée dans ces pages au moment du coucher, car il m’aurait fallu rester bien éveillée et attentive pour tout intégrer correctement…

Le thème de l’esclavage est bien développé. Le lecteur ressentira certainement de la colère ainsi qu’une envie de se révolter face à tant de cruauté et d’inhumanité ! Cela m’a rappelé « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett… La minorité est vraiment considérée comme une moins que rien ! On humilie ces personnes, on les marque, on les assouvit, on leur donne des ordres divers, on leur ordonne de se taire et on les interdit d’échanger des courriers. Et dire qu’il en était ainsi à une époque… À mon sens, la chose qui m’a le plus marquée est le cas de « Chien ». Comme Theon Greyjoy qui devient « Schlingue » lorsqu’il est l’esclave de Ramsay, « Chien » est un homme-bête. Nu, le collier au cou, dans un enclos et roué de coups, il obéit à ses maîtres. Sa condition est terrible et fait froid dans le dos… Mais son passé l’est tout autant ! Bien qu’il s’agisse d’un personnage secondaire qui arrive tard dans le récit, c’est lui qui m’a le plus retourné et marqué… Les autres protagonistes m’ont plu cependant, il me manquait quelque chose pour les apprécier. Je trouvais leur personnalité trop classique. De son côté, Luke est un gentil frère protecteur qui va apprendre dans la douleur et va côtoyer la révolte qui gronde. Il y a Abi, l’adolescente rusée, intelligente, instruite et sage qui va beaucoup observer, ainsi que Daisy, la petite sœur qui va tomber sous le charme de son geôlier à la manière de « La Belle et la Bête » (oui, on a un petit syndrome de Stockholm revisité façon aristocratie/valets). Le problème, c’est que je n’ai pas cru à ces deux romances. Je les conçois toutefois, j’aurais voulu les voir davantage dans le récit. Tout est expliqué en quelques lignes de-ci de-là, on n’assiste à pas grand-chose. J’aurais donc souhaité voir plus de pages mettant en scène les différents couples.

Si l’intrigue semble assez classique à cause de la rébellion qui gronde, de l’élite douée de magie et des complots à gogo, le tout fonctionne plutôt bien. Il faut simplement prendre le temps de bien rentrer dans l’histoire et de bien assimiler chaque élément. Si vous aimez les romans où il y a des mensonges, de la manipulation et des conspirations, vous devriez trouver votre bonheur avec ce premier tome. D’ailleurs, le dernier tiers est particulièrement haletant, car tout se bouscule : des masques tombent, certains abattent leurs cartes, agissent et font couler le sang. Attendez-vous à de sacrés retournements de situation ! Même si j’ai eu quelques difficultés et n’ai pas tout apprécié, je reste globalement satisfaite par cette découverte.

.

Citations

Mieux valait dissimuler un gros mensonge dans une petite vérité.
.

—————

Je sais que tu aimes bien l’histoire, Abigail. N’oublie pas : ceux qui n’en apprennent rien sont voués à la répéter. A moins que ce soit ceux qui en apprennent quelque chose qui sont capables de la répéter ?

—————

Regarde toujours les individus, pas la masse, lui avait dit Jackson. Un visage, pas la foule. Regarde le monde, pas le sol. Le moindre détail remarqué est une victoire.

.

Ma note

♥ 4/5

Publicités

22 réflexions au sujet de « « Esclaves » (Les puissants T1) de Vic James »

  1. C’est vrai que le début n’était pas évident (heureusement, je l’ai lu pendant mes congés ^^). J’avoue que les romances vont vite, mais elles sont suffisamment discrètes pour ne pas gêner, je trouve 🙂

    Et oui, la fin est incroyable ! C’est ce qui m’a permis de finir sur un coup de coeur 🙂 J’ai hâte de lire le 2 (qui est prévu pour cette année :)).

    Aimé par 1 personne

  2. Ca fait un moment que je me tâte à lire ce livre et autant certains points que tu soulèves me donnes encore plus envie de le lire, comment est vu l’esclavage et la guerre qui se prépare notamment, autant certains points me rebutent davantage à le lire, une présence très faible de la romance et une histoire qui met longtemps à démarrer,. J’ai peur que ce dernier point me fasse abandonner le livre en cours de route si je trouve le début trop lent et pas assez intéressant ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Ça fait un moment que ce livre est dans ma WL et même après avoir lu ta chronique je ne sais pas si je vais le tenter. L’univers a l’air très intéressant et riche mais j’ai peur de ne pas accrocher avec tous les points de vue présents et une bonne partie qui a l’air assez lente… J’ai souvent du mal avec ce genre de roman. Je suis partagée pour le coup ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s