Fantastique/Fantasy·Horreur

« Les régulateurs » de Richard Bachman/Stephen King

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les régulateurs »
Auteur : Richard Bachman (Stephen King)
Genre : Horreur / Fantastique
Éditeur : Albin Michel

.

résumé du livre

Dans la petite ville paisible de Wentworth, en plein coeur des Etats-Unis, règne une chaleur caniculaire. En fond sonore, ce symbole rassurant de la vie banlieusarde : le ronronnement régulier des tourniquet d’arrosage. Une fin d’après-midi comme tant d’autres ; cependant, le tonnerre se met à gronder et, au même moment une fusillade éclate, bouleversant la quiétude de la population. Puis les montres s’arrêtent, le numéro d’urgence de la police ne répond plus. Et la terreur s’empare de tous. Lorsque la voiture de Mary Jackson déboule à tombeau ouvert, on est bien loin de cette fin de journée paresseuse de juillet… Que s’est-il passé ? Qui peut bien en vouloir à cette localité sans souci ?

.

Ma critique

Je me souviens encore de ma joie lorsque j’ai trouvé cet ouvrage dans une cabane à livres : un Stephen King dont j’avais peu entendu parler ! Après quelques recherches, j’ai appris que cet ouvrage était sorti sous le pseudo du maître de l’horreur (Richard Bachman) en même temps que « Désolation », lui, bien sous le nom de King. couv59278062.gifApparemment, les récits s’entrecroisent, puisque l’on retrouve certains personnages et que les deux couvertures Albin Michel s’accolent pour former une belle illustration. Il est possible pour le lecteur de lire les deux romans ou bien de se contenter que d’un seul… Pour ma part, je n’avais que « Les régulateurs » et attendais de voir si j’allais aimer pour acheter l’autre ouvrage… Et bien, finalement, je n’achèterai rien… ! Je ressors très déçue par cette lecture pourtant prometteuse ! Je ne me retrouve pas dans l’ensemble des critiques que l’on trouve dans la toile et rejoins les quelques avis pointant du doigt les longueurs et l’ennui… D’ailleurs, j’ai même lu certains passages en diagonales ! C’est pourtant assez rare que j’agisse ainsi…

Le premiers tiers annonçait du bon : on se retrouvait dans une petite ville américaine dans l’Ohio. On découvre rapidement chaque habitant, la réputation de certains, la relation que chacun a avec le voisinage, etc. C’est une ambiance assez classique toutefois, cela me plaît. Très vite, le calme des environs va laisser place au chaos. En effet, des vans débarquent dans la banlieue et des hommes se mettent à tuer le pauvre petit livreur de journaux, un chien, puis chaque personne qu’ils croisent. Femmes et enfants ne sont pas épargnés. On assiste réellement à l’enfer qui s’abat sur la ville. D’ailleurs, les coups de feu ne sont pas les seules choses à tout détruire : des faits inexpliqués surviennent ! Une maison prend feu, une créature canine surgit de nulle part, un démon s’empare de certains villageois… C’est le tandem Seth/Tak qui m’a d’ailleurs donné envie de poursuivre ma lecture. J’étais curieuse de voir comment cette entité démoniaque et perverse allait assouvir ses sinistres desseins ou s’il allait s’installer dans d’autres hôtes. Malheureusement, cela n’était pas suffisant pour que je passe un bon moment.

Très vite, l’ennui s’est fait ressentir. Il faut dire qu’à chaque chapitre, on développait un nouvel habitant en plaçant la narration de son côté. Cela aurait pu être intéressant cependant, j’ai vraiment eu l’impression que l’on s’attardait sur des détails sans importance. De plus, à force de creuser le passé des personnages, on en oubliant l’avancée du scénario ! La personnalité des protagonistes se faisait vraiment aux dépens de l’action. De ce fait, j’ai commencé à ressentir quelques longueurs, jusqu’à me désintéresser de l’intrigue une fois la moitié du livre passée ! Certes, l’intégration d’éléments comme des dessins, des cartes postales, des lettres, des articles de journaux ou des téléfilms retranscrits entre chaque chapitre était intéressant néanmoins, cela alourdissait davantage le texte. Si le milieu du livre est assez « longué », la fin, en revanche, est brutale, violente et dynamique. Hélas, il était déjà trop tard pour que je l’apprécie à sa juste valeur. Apparemment, il aurait mieux fallu que je lise « Désolation » qui semble être l’idéal pour commencer, s’attacher à certains et mieux comprendre. Dommage ! Tout ce que je retiendrais, c’est que je suis malheureusement passée complètement à côté de cette duologie… Si vous souhaitez découvrir la plume de Stephen King, je pense qu’il y a largement mieux que ce titre… Ou alors, ne faites pas la même erreur que moi et commencez avec « Désolation ».

.

lesregulateurs

.

Citations

Marinville voit tout.
Une bénédiction, certes, mais aussi une malédiction quand on est écrivain. Le monde lui saute aux yeux comme ceux d’un enfant, de tout le poids de sa lumière.

—————

Sauf que s’il y avait un peu plus de Dieu et un peu moins de bordel dans le monde, on verrait peut-être pas autant de choses de ce genre.

—————

Les mensonges, même avec les meilleures intentions du monde, ne font en général qu’aggraver les choses.

.

Ma note

♥  1/5

Publicités

17 réflexions au sujet de « « Les régulateurs » de Richard Bachman/Stephen King »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s