Romans policiers / Thriller

« Lux » de Maud Mayeras

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Lux »
Auteur : Maud Mayeras
Genre : Roman noir
Éditeur : Pocket

.

résumé du livre

2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, une petite ville perdue au ciel rose et à la poussière collante, dans les terres arides du sud de l’Australie, pour des vacances chez sa mère. Vingt ans auparavant, il y a passé un été inoubliable, un été au cours duquel il a connu la joie, l’amitié, l’amour, mais aussi l’horreur. Aujourd’hui, il est un homme. Il n’a pas oublié, il n’a rien pardonné. Son but ? Se venger. Mais Antoine est frappé de plein fouet par la dure réalité. La justice prend d’étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l’apocalypse…

.

Ma critique

Ma première lecture commune de l’année s’est faite avec Siabelle. Parmi notre PAL commune, nous avons choisi « Lux » de Maud Mayeras, car les deux autres romans de l’auteure (« Hématome » et « Reflex ») nous avaient énormément plu. On frôlait systématiquement le coup de cœur à un cheveu… Nous avions donc hâte de découvrir sa dernière publication. Malheureusement, notre enthousiasme est rapidement retombé… Nous pensions avoir affaire à un thriller normal ou psychologique, mais on est plus parti sur du roman noir. Le scénario, la conclusion et les personnages n’ont pas su nous convaincre. couv50941099L’une comme l’autre retenons surtout la plume envoûtante de Maud Mayeras ainsi que sa facilité à créer une ambiance glauque, sombre et dérangeante qui ne laisse pas indemne. Hélas, ces deux points n’ont pas suffi à nous faire savourer cette lecture : nous sommes toutes les deux déçues. Peut-être avions nous trop d’attentes après deux super lectures ? Peut-être que le récit ne nous convenait pas ? Y avait-il trop de thèmes abordés ? En effet, on mêle beaucoup de sujets comme les secrets de famille, le sexe, la vengeance, les sectes, la pédophilie, la folie, la mort, le deuil, les tsunamis ou encore l’apocalypse…

Le début était assez prometteur : il suit Antoine Harelde qui débarque en Australie. OIl s’agit d’un personnage principal étrange, renfermé, obscur, blessé, rempli d’idées sanguinaires et de souvenirs douloureux. Grâce à une narration alternée oscillant entre passé et présent, on va découvrir la jeunesse de cet anti-héros. On apprend alors quel lien il entretenait avec sa mère et on va surtout faire la connaissance de son entourage : Cockie, Lark et Hunter. Un terrible événement a démoli le jeune homme qui en paye à présent le prix fort en étant lui-même un monstre. Maud Mayeras arrive toujours à nous montrer des personnages sombres, torturés et hauts en couleurs. Antoine ne fait pas exception… Cette ambiance malsaine et glauque avait réussi à captiver mon attention. Je me demandais ce qu’il allait se passer et ne m’attendais pas à certains agissement d’Antoine. Hélas, tout s’est vu bousculé vers la moitié du roman. Étrangement, le récit a pris des allures de roman post-apocalyptique, puis a dérivé sur un étrange lieu que l’on nomme la Réserve. C’est à partir de ce moment que j’ai été très déçue. Je n’ai pas aimé cette communauté échangiste… D’ailleurs, contrairement aux autres romans où j’avais été surprise par les twists, je me doutais du retournement de situation final.

Au risque de me faire lyncher, j’ai trouvé cette histoire totalement décousueLes personnages n’ont pas su me toucher. D’ailleurs, je n’en ai trouvé aucun qui soit attachant… De plus, je n’ai pas compris pourquoi l’auteure a amené le lecteur dans cette secte, ni pourquoi elle a choisi ce scénario. On pourrait parler d’aventure servant de quête initiatique pour notre anti-héros, mais ce n’est pas pour autant que j’ai apprécié le périple. Ce texte n’a rien à voir avec les deux autres que j’ai beaucoup aimé. A mon sens, on est presque face à ovni ! C’est donc avec regret que j’ai refermé cet ouvrage qui a pourtant eu de belles critiques sur la toile… Comme quoi, on ne peut pas tout aimer, même si la plume de l’auteure nous plaît et nous fait ressentir énormément d’émotions. Heureusement, le fait que Siabelle soit du même avis que moi me rassure. Je me sens moins seule et me dis simplement que ce livre n’était pas fait pour moi. Le prochain Maud Mayeras que je lirai sera sans doute bien meilleur et égalera (voire surpassera ?) sans doute les deux autres. Je ne m’en fais pas. En attendant, je vous invite à découvrir la critique de Siabelle ou à vous forger votre propre opinion en découvrant « Lux »…

.

——-> Découvrez la critique de Siabelle !

siabelle

.

Citations

Son rire c’est certainement cela qui lui manque le plus encore, quand il y pense, ce rire-colibri qui vous rentrait par une oreille et consumait les nuages à l’intérieur de votre tête.

—————

Les mères ont ça dans le sang, imaginer le pire. Et lorsqu’il se produit, elles semblent toujours surprises.

—————

L’armée, c’est l’endroit où on confie des armes à tous les fous qui n’ont pas encore été enfermés.

.

Ma note

♥  2/5

8 réflexions au sujet de « « Lux » de Maud Mayeras »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s