Littérature jeunesse·Manga

« A silent voice » T1 de Yoshitoki Oima

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « A silent voice » T1
Auteur : Yoshitoki Oima
Genre : Manga / Littérature pour adolescents
Éditeur : Ki-oon

.

résumé du livre

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations et à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Quand elle est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.

.

Ma critique

En ouvrant ce manga, je ne m’attendais à rien de spécial. On me l’avait conseillé en me disant que c’était une belle histoire. Or, comme il s’agit d’une personne que j’apprécie, j’ai à peine lu la quatrième de couverture afin de ne pas en savoir trop. Les thématiques étant le harcèlement et le handicap, j’étais quand même curieuse de voir ce que l’auteure allait proposer cependant, je craignais de tomber dans une énième histoire avec une leçon de morale prônant la tolérance. Et bien, je n’avais rien à craindre ! À vrai dire, j’ai directement accroché à l’intrigue. couv39733789Le manga commence sur une scène étrange mêlant une certaine Shoko et Shoya. Pour une raison inconnue, la jolie Shoko s’enfuit à toute vitesse en laissant derrière elle un Shoya troublé. Le lecteur plonge alors dans un flash-back de six ans en arrière afin de comprendre qu’elle a été la relation entre ces deux protagonistes. On découvre alors à quel point Shoya a persécuté la pauvre Shoko à cause de son handicap. C’est vraiment un garçon impétueux, bagarreur, violent, mauvais, taquin, casse-cou et bout en train.

Honnêtement, j’ai été surprise de voir à quel point les émotions des deux héros étaient bien retranscrites que ce soit par le dessin ou par le texte. J’ai ressenti énormément d’empathie pour Shoko qui est très gentille, patiente, douce et studieuse. Elle fait beaucoup d’efforts pour s’intégrer, mais se voit quand même devenir le mouton noir de la classe… Les brimades vont vraiment très loin : Shoya et sa bande ne se contentent pas de se moquer d’elle : ils l’insultent, la violentent, lui jettent des choses dessus et détruisent ses appareils auditifs. Comme la demoiselle est adorable, ne supplie pas ou ne se défend pas, les persécutions sont de plus en plus ignobles…

Même si je n’aime pas la violence gratuite et l’injustice, j’ai apprécié le personnage de Shoya. On sent que c’est un gamin perdu, qui n’a pas beaucoup de repères, qui est livré à lui-même et qui ne se fait pas vraiment remettre à sa place alors qu’il fait beaucoup de bêtises. On a l’impression qu’il cherche à se faire remarquer ou qu’il jalouse toute l’attention qu’a la classe pour leur nouvelle camarade malentendante. Humilier devient sa manière d’exister. En effet, tout l’ennuie et il déteste tout le monde. Mal dans sa peau, il décide alors de blesser autrui à son tour… La psychologie de ce personnage est intéressante, en particulier lorsqu’il va réaliser ce qu’il a fait ainsi que la gentillesse extrême de Shoko qui faisait vraiment tout son possible pour se faire accepter par lui… De ce fait, j’ai grandement envie de savoir comment le jeune homme va réagir pour se faire pardonner !

On a là un premier tome qui pose à merveille les bases de son intrigue et qui ne laisse pas le lecteur indifférent. Les illustrations sont travaillées, expressives et dynamiques. J’ai mis un peu de temps à m’habituer à certains visages néanmoins, je suis ressortie conquise ! J’ai adoré la façon dont Yoshitoki Oima a abordé les thématiques. D’ailleurs, je regrette de ne pas avoir la suite sous le coude pour enchaîner ma lecture ! Je pense que je vais regarder le film/l’anime dans les prochains jours, car je suis vraiment très frustrée de ne pas posséder les autres opus. Il me tarde de découvrir la rédemption de Shoya…

.

Citations

Chaque jour était une nouvelle bataille dans ma guerre contre la morosité…
.
—————
.
Tous les gamins de mon âge mettent du sel sur les limaces, courent après les pigeons, coupent la route aux fourmis, et dessinent des sourcils aux chats ! Poursuivre Shoko avec un jet d’eau, la faire trébucher, gribouiller dans son cahier, c’est pareil !
.
—————
.
Je ne suis pas là pour me trouver des amis… Je vous méprise au moins autant que vous me méprisez !
.

Ma note

  5/5

16 réflexions au sujet de « « A silent voice » T1 de Yoshitoki Oima »

          1. Si tu en as la possibilité, fonce ! 🙂
            J’ai trouvé l’animé en VOST hier et, comme je m’y attendais, c’était super… J’ai été très émue par l’intrigue qui a vraiment creusé les personnages et leur entourage. Le héros paraît moins abject que dans le manga et va vraiment vivre l’horreur, lui aussi. Je pense que ça te plairait et te toucherait aussi. ^^

            Aimé par 1 personne

          2. Oui, l’animé a l’air bien, c’est un long métrage c’est ça ?
            Par contre, j’attendrais d’avoir lu tout le manga avant de le regarder, tu sais, avec ma petite manie de toujours prioriser le support original ^^

            Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s