Fantastique/Fantasy

« L’épée de la providence » (Sorceleur T2) d’Andrzej Sapkowski

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « L’épée de la providence » (Sorceleur T2)
Auteur : Andrzej Sapkowski
Genre : Fantasy / Recueil de nouvelles
Éditeur : Milady

.

résumé du livre

Geralt de Riv, le mutant aux cheveux d’albâtre, n’en a pas fini avec sa vie errante de tueur de monstres légendaires. Fidèle aux règles de la corporation maudite des sorceleurs et à l’enseignement qui lui a été prodigué, Geralt assume sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu qui ne laisse aucune place à l’espoir. Mais la rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir devant la mort pour affronter la providence et percer à jour son véritable destin ?

.

Ma critique

Ayant de nouveau envie de replonger dans l’univers du Sorceleur, j’ai décidé de poursuivre la saga d’Endrzej Sapkowski. Le premier tome m’avait laissé un sentiment mitigé, mais globalement positif. couv62213886Il s’agissait de nouvelles reprenant les contes classiques à la sauce The Witcher. Cette fois-ci, il n’est pas question de contes de fée néanmoins, on reste sur l’idée de nouvelles. Celles-ci vont permettre au lecteur de découvrir des nouvelles aventures avec Géralt de Riv, de son ami barde Jaskier et de la sorcière Yennefer. C’est surtout une belle manière d’enfin mettre en place un scénario, en particulier avec le personnage de Ciri. On va aussi faire la rencontre de protagonistes récurrents comme Doudou, Sac-à-souris et bien d’autres. J’ai adoré retrouver tous ces personnages et découvrir comment ils ont fait la rencontre de Géralt, car je n’ai malheureusement pas pu jouer à toute la firme éponyme. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai préféré me tourner vers la série de romans… Le seul petit regret que je peux avoir est la simple mention de la sorcière Triss uniquement dans la dernière nouvelle ! Triss avait l’air d’être présente sur la couverture, mais ces mèches rouges ne doivent être que des effets lumineux dus aux flammes. Il doit en fait s’agir de Yennefer… Dommage, je pensais enfin découvrir la façon dont Géralt avait croisé la route de notre chère rouquine !

Plusieurs récits ont réussi à me conquérir toutefois, je trouve que les textes sont assez inégaux. Mes deux favoris sont « L’épée de la providence » qui met en scène la petite Ciri qui s’est enfuie et s’est perdue en pleine forêt ainsi que « Le feu éternel » qui introduit Doudou, un doppler (une créature capable de reprendre le physique et les traits de caractère d’une personne) qui a su me plaire. J’ai également apprécié « Une once d’abnégation » qui fait référence au conte de « La petite sirène » en bien moins romantique et merveilleux. « Les limites du possible » n’était pas trop mal. J’ai surtout été surprise par la révélation finale que je n’avais pas vu venir. Les petites touches d’humour, la chasse au dragon, la petite référence au « Hobbit » et la suave présence de Tea et Vea m’ont fait passer un bon moment. J’ai trouvé que l’on retraçait plutôt bien l’ambiance du jeu avec ces petites missions, ces coopérations parfois loufoques et les traques de monstres. En revanche, je n’ai pas forcément adhéré à « Éclat de glace » dont le scénario est basé sur Yennefer, Géralt et Istredd. On a le droit à un long texte mettant en scène un triangle amoureux peu passionnant… Je préfère lorsqu’il y a un peu plus de mystère ou d’aventure ! En ce qui concerne Géralt, je dois avouer vraiment apprécier son personnage : on découvre le bretteur sous un autre angle ! En effet, il a une véritable personnalité et des principes. Il sait également faire preuve de clémence et prendre du recul vis-à-vis d’une situation compliquée.

il_570xn-1311322317_46h8Ce second tome est une sorte de transition entre le recueil de nouvelles et l’idée de roman complet. En effet, contrairement au premier opus, cette suite propose diverses histoires qui vont permettre à l’auteur de poser une base scénaristique. Géralt va devoir prendre la petite Ciri sous son aile et la protéger. La guerre arrive, notre cher sorceleur ne sait plus où il en est avec Yen’ et le destin semble proposer un chemin tout tracé pour les héros. Il me tarde de poursuivre cette intrigue dans les prochains tomes ! En tout cas, ce fut une bonne lecture distrayante qui conviendra sûrement aux joueurs de The Witcher. Cela dit, j’ignore si les simples lecteurs non-adeptes de la firme y trouveront leur compte… Je pense que, étant donné la quantité de personnages, il est aisé de se perdre, surtout si on n’enchaîne pas les tomes rapidement…

.

ltgwe.

Citations

Le possible ne connaît pas de limite, tout au moins dans la nature.
.

—————

Seules les légendes permettent de perpétuer ce que la nature condamne. Seuls les mythes ne reconnaissent pas de limite au possible. 

—————

L’amour, ce n’est pas seulement prendre, c’est aussi savoir se dévouer et se sacrifier.

.

Ma note

4/5

Une réflexion au sujet de « « L’épée de la providence » (Sorceleur T2) d’Andrzej Sapkowski »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s