Bit-Lit·Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse·Young adult

« Lune de printemps » (Indiana Teller T1) de Sophie Audouin-Mamikonian

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Lune de printemps » (Indiana Teller T1)
Auteur : Sophie Audouin-Mamikonian
Genre : Fantastique / Bit-Lit / Urban Fantasy / Littérature pour ados – young adult
Editeur : Michel Lafon

résumé du livre

Né de l’union d’une humaine aux pouvoirs mystérieux et d’un loup-garou, Indiana est le petit-fils et seul héritier du chef de la meute. Se sentant étranger parmi les siens, il part en quête d’une vie normale et rejoint l’université du Montana. Là-bas, il fait la connaissance de la troublante Katerina O’Hara et de Tyler Brandkel, le fils d’un éternel rival de son grand-père. Quand Indiana sort miraculeusement indemne d’un terrible accident en se volatilisant au dernier moment, il comprend qu’il a le pouvoir de rebrousser le temps lorsqu’il est en danger. Voilà un atout précieux, car son accident semble suspect. Quelqu’un a-t-il tenté de l’éliminer ? La sécurité des loups n’a jamais été aussi menacée. 

.

Ma critique

Oh, l’agréable surprise que voilà ! J’ai pris ce premier tome plus ou moins par hasard, dans le cadre d’une offre promotionnelle en librairie. La couverture était intrigante, le nom du héros m’a arraché un sourire et le fait que l’histoire tourne autour des loups-garous m’avait plu… Il faut dire que j’ai toujours été fascinée par ces créatures hybrides aux instincts sauvages ainsi qu’à l’idée de meute avec toute une hiérarchie. couv42849508J’ai donc décidé de laisser sa chance à Indiana… Cela dit, même si j’ai lu ce roman sans réellement avoir d’attentes, j’avais tout de même reconnu le nom de l’auteure : Sophie Audouin-Mamikonian à qui on doit la célèbre saga pour ados « Tara Duncan »…

Je suis ressortie conquise par ma lecture au point que j’aurais pu enchaîner avec la suite si je l’avais eue sous le coude ! Cette série bit-Lit masculine est très chouette ! Tous les éléments sont réunis pour plaire aux garçons comme aux filles : un héros déterminé qui, même s’il est faible au début, va tout faire pour devenir fort, une ambiance de fac américaine, de l’action, un bestiaire apparemment riche même si on se concentre sur les êtres lupins, du suspense et de la romance. Indiana est un garçon plein de ressources. J’ai aimé le fait qu’il soit puissant mais pas trop, intelligent mais naïf par moment, amoureux mais pas niais pour autant et qu’il ait du répondant. L’auteure a su trouver un juste milieu et proposer un héros crédible. De plus, notre jeune narrateur emploie un peu d’auto-dérision, ce qui est agréable !

En commençant ma lecture, j’ai pourtant eu des doutes… En effet, le début est lent et il a fallu beaucoup de chapitres pour que les choses s’accélèrent peu à peu. J’aimais le fait que Sophie Audouin-Mamikonian prenne le temps de planter son décor, de creuser le passé d’Indiana et de développer les personnages secondaires cependant, je ne pensais pas que l’action arriverait seulement à la moitié du livre… Ainsi, même si j’appréciais ce que je lisais, je trouvais que l’histoire commençait de façon banale avec un énième trio amoureux, une ambiance universitaire où évoluent les jeunes héros, des pouvoirs surnaturels à assimiler et à cacher ainsi que l’idée de guerre entre divers clans… Heureusement, le pouvoir d’Indiana a changé la donne, car il est vraiment original. Finalement, on ne se retrouve pas face à une simple querelle entre deux meutes ! Les choses sont plus compliquées que cela… De plus, les loups ne sont pas les seuls concernés par cette guerre imminente ! Ajoutons à cela une bonne tension avec l’arrivée d’une tentative de meurtre à l’encontre d’Indiana. Après avoir échappé au pire, le jeune homme va réaliser qu’il est réellement en danger et que quelqu’un brouille les pistes… Pour une fois, j’étais tellement prise par l’évolution de caractères de chaque personnage que je n’ai pas cherché à savoir qui agissait dans l’ombre. Du coup, je reconnais avoir été surprise par une révélation… Il est d’ailleurs à noter que si le rythme monte crescendo, le dernier tiers est, à l’inverse, véritablement haletant, sombre et plein de retournements de situation.

indiana-teller-31

Les personnages secondaires sont intéressants. Certains se démarquent très vite comme la fougueuse Serafina, la gardienne Nanny aussi sympathique que protectrice, Chuck qui commencera à être un rival puis qui ouvrira les yeux, Axel le semi qui est à la fois taquin et dynamique, les grands-parents d’Indiana, ou encore Tyler qui va devenir LE rival amoureux. Cela va paraître idiot mais, par contre, je n’ai pas accroché à Katerina, celle dont le jeune rebrousse-temps tombera amoureux. Son caractère n’est pas remis en cause, car elle est à la fois douce, franche, entêtée et agréable, toutefois je n’ai pas aimé le fait que deux à trois garçons succombent à son charme naturel. Parmi toute la faculté, il faut vraiment qu’une seule demoiselle fasse chavirer les cœurs ?! J’ai trouvé cela peu réaliste… De ce fait, je n’ai pas accroché à son personnage.

Après toute cette action et les twists de dernière minute, honnêtement, j’en redemande ! Je suis vraiment curieuse de découvrir davantage les meutes, les semis (humains mordus par des loups-garous qui deviennent souvent des créatures sanguinaires), mais aussi les autres races dont l’auteure fait allusion… J’espère également que certaines choses seront un peu moins prévisibles, notamment en ce qui concerne Katerina (les grands-parents d’Indiana lui interdisent d’aimer une humaine et, comme par hasard, il flashe sur elle dès qu’il arrive à l’université). Il ne manquerait plus qu’elle devienne un semi, histoire de renforcer l’idée d’amour interdit et impossible ! (Si c’est le cas, ne me spoilez pas ; je n’ai pas lu les quatrièmes de couv’ des autres tomes…) Bref, ce premier tome a su éveiller ma curiosité et saura plaire aux adolescents adeptes de récits fantastiques.

.

Citations

Je la méprisais hier. J’avais envie de l’embrasser aujourd’hui.
Foutue puberté.
.
—————
.
Bon, au moins il m’avait reconnu, je n’allais peut-être pas mourir tout de suite finalement. Je me frottai la tête là où la douleur me lançait.

– La vache, ce serait un peu compliqué comme machination. Mon grand-père n’a pas besoin de prétextes pour boxer ton cul poilu !
Il grogna.
– Me provoquer ne me semble pas une bonne technique de survie.
– Me bouffer n’en est pas une non plus.
.
—————
.
Normalement, dans les films, lorsque le héros se réveille, il est propre, dans un lit et une jolie fille se penche tendrement sur lui. En général, elle dit que tout va bien, qu’il est évanoui depuis plusieurs jours, mais que du coup, tout a été nettoyé et réparé pendant qu’il roupillait.

Pas moi.
Lorsque je me réveillai, ce fut le visage, certes familier mais pas particulièrement ravissant, de mon grand-père qui se penchait sur moi. Il était verdâtre, couleur intéressante mais inhabituelle.
J’étais toujours par terre, au milieu d’une pagaille totale. Et tout mon corps me faisait un mal de chien.
– Où sont le lit et la jolie fille ? murmurai-je.
– Mon Dieu, Karl, il délire ! fit la voix très inquiète de grand-mère derrière.

.

Ma note

♥ 4/5

7 réflexions au sujet de « « Lune de printemps » (Indiana Teller T1) de Sophie Audouin-Mamikonian »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s