Science Fiction·Young adult

« Erreur 404 » d’Agnès Marot

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Erreur 404 »
Auteur : Agnès Marot
Genre : Young Adult / SCience Fiction
Éditeur : Gulf Stream
.

résumé du livre

Salut ! Moi, c’est Moon. J’ai toujours voulu devenir gamer professionnel, mais ce n’était pas aussi simple… Disons que je ne corresponds pas vraiment au profil habituel. C’est pas grave, j’ai un plan B. Je n’aurai besoin que d’Orion – ma moitié dans la vie comme dans le jeu – et de Loop, notre adorable petite boule de poils orange qui fait « pouic ». (Ça ne s’invente pas.) Bref, je vais te raconter, mais pour ça tu dois être prêt à entrer dans la partie, toi aussi. Ah, et à remettre en question tout ce que tu crois savoir. Ça ne te fait pas peur ? Alors, appuie sur « Commencer une nouvelle partie », tourne la page et… Let’s play !

.

Ma critique

Je fais partie de ceux qui avaient aimé « I.R.L. ». Certes, cet ouvrage avait comporté des défauts cependant, j’avais été conquise par les idées soulevées et j’avais passé un très bon moment de lecture. Alors, lorsque j’ai vu aux Imaginales que l’auteure venait de sortir un nouveau roman dans la même veine que son prédécesseur, je n’ai pas hésité à l’acheter… D’autant plus que j’ai été immédiatement charmée par le design du livre objet : les pages sont violettes tandis que la couverture a des effets en surbrillance. couv17139445« Erreur 404 » a été une chouette découverte, à la fois atypique, dynamique, surprenante et avec de bonnes idées… Mais je ne vous cacherais pas le fait que c’est un véritable ovni qui ne plaira pas à tout le monde ! Honnêtement, à deux ou trois reprises, je me suis vu interrompre ma lecture en me disant « Hein ?! Mais que suis-je en train de lire ?… ». Je n’avais encore jamais lu un scénario de ce genre. C’est très novateur et original ! Néanmoins, c’est également déstabilisant. Je devine aisément que cet ouvrage peut aussi bien rebuter les lecteurs que leur plaire…

L’histoire se concentre autour d’un tandem de joueurs en ligne du nom de Moon et Orion. Leur vie est quasiment concentrée uniquement sur le jeu auquel ils s’adonnent quotidiennement. En tant que joueuse aguerrie avec mon conjoint, je peux parfaitement comprendre cette addiction toutefois, j’ignore s’il en sera de même pour les lecteurs non-joueurs… En effet, l’ouvrage est truffé des références à d’autres jeux (Beyond : Two Souls, Assassin’s Creed, etc.) et comporte énormément de scènes dans le jeu avec un tournoi, un escape game virtuel, du tower defense en équipe et des duels 1VS1, … Ça y est ? J’ai déjà perdu la moitié des internautes avec plusieurs termes ?… La plupart de ces éléments sont assez bien expliqués néanmoins, je pense que les lecteurs qui ne jouent pas à des MMORPG ou sur une console seront peut-être perdus ou lassés par l’ambiance de la première partie qui se concentre uniquement sur le grand tournoi devant servir de tremplin pour la carrière de Moon… Pour ma part, j’ai beaucoup aimé l’atmosphère, car cela m’a rappelé plusieurs jeux sur lesquels j’ai passé quelques heures/mois/années. D’ailleurs, je me suis pas mal identifiée à l’idée de duo, car Moon et Orion sont complémentaires et à la fois très différents… Ce que nous sommes avec mon chéri dans nos sessions gaming…

Même si j’ai adhéré au couple, je ne me suis pas beaucoup attachée aux héros. Moon, dont j’ai vite compris le secret (Dommage… Cela m’a sauté aux yeux dès les premiers chapitres…) est un personnage m’a vite exaspéré. Je comprends son combat néanmoins, je n’ai pas été touchée par son comportement souvent vulgaire, grossier et impulsif. Bien que ce soit un joueur vif, meneur et intelligent, ses propos ou ses crises à répétitions m’ont fait serrer les dents… Moon a été blessé par le passé : suite à un événement sur le jeu et à des réflexions liées à son physique, il est tombé dans une profonde dépression… L’idée de « haters » est d’ailleurs assez bien développée… Sous l’anonymat, beaucoup déversent leur rage au quotidien sans penser aux conséquences… C’est finalement Orion, mon personnage favori en raison de son caractère réfléchi et posé, qui a pris le temps de remettre son compagnon en confiance et qui lui a redonné peu à peu le sourire. Reboosté, Moon fait donc son grand retour, bien déterminé à prouver aux autres qu’il est capable de devenir pro-gamer et l’égérie de plusieurs firmes dédiées au jeu ou à la technologie.

Homosexualité, place de la Femme, âge, physique différent… La thématique de la tolérance dans le jeu est bien abordée grâce à Moon. Cela sonne juste… En tant que joueuse, j’ai souvent eu affaire à des personnes idiotes faisant soit du rentre-dedans pour se faire remarquer, soit me rabaissant en tant que Femme. En outre, même si on joue avec son aimé, cela ne change pas forcément le comportement des autres… Bien sûr, la plupart des joueurs sont matures et se fichent de savoir s’ils ont affaire à une demoiselle ou à un confrère cependant, l’identité de la personne derrière est parfois un frein, c’est clair ! Il faut dire que dans les jeux, la Femme est souvent réduite à un avatar suave, désirable, avec des rondeurs où il faut et une tenue affriolante… D’ailleurs, même les armures de guerrières/tank, censées protéger contre les coups, sont sexy ! Le problème, ce ne sont pas uniquement les joueurs qui considèrent les femmes comme une paire de seins ou un accessoire devant uniquement rester en cuisine ou auprès des enfants (Ne levez pas les yeux aux ciels, j’ai eu le droit à ces propos !), c’est le système et plus globalement la société qui prône parfois cela… Heureusement, il existe des personnes engagées qui se battent pour que les mentalités changent et pour que les disparités s’amenuisent. Heureusement, il existe également des œuvres comme celle-ci pour pointer du doigt des injustices liées au sexe. Dans une période où les combats féministes sont de plus en plus nombreux, « Erreur 404 » prouve qu’il s’intègre parfaitement à l’actualité.

erreur404-01marotagnes.jpg

Les personnages secondaires ne m’ont pas spécialement marquée. Hormis Orion et Moon, les autres ne vont être que de passage et ne seront pas développés… Il faut dire qu’il y a déjà bien à faire avec le couple et avec un troisième personnage dont je n’avais pas soupçonné l’importance ! Les deux héros possèdent Loop, un Beasties. Pour les joueurs, cela s’apparente à un pet/un familier dont les capacités sont variées. Pour les non-joueurs, voyez cela comme un pokemon qui combat contre d’autres joueurs et qui évolue selon les propriétaires. Loop est une créature virtuelle à poils oranges capable de changer de forme et de prendre l’apparence de n’importe quoi, que ce soit vivant (animal), fictif (Disney, « Ça » de Stephen King, Pirates des Caraïbes) ou utilitaire (casserole, boîte de TNT). Autant dire que les possibilités sont infinies et qu’Agnès Marot a fait énormément de clins d’œil à notre culture ! Au départ, Loop m’a donné l’impression d’être un Smourbiff (saga « Noob ») évolutif. Ses petits cris incessants et ses danses du popotin ont vite fait par me lasser… Personnellement, un truc qui fait « Pouic » toutes les deux pages, cela finit par me taper sur le système… Alors, lorsque j’ai vu l’importance qu’avait cette bestiole dans l’intrigue, j’ai commencé par maugréer toute seule devant mon livre… Puis, au fil des révélations, j’ai peu à peu revu mon jugement. Grâce à Loop, le récit a pris une tournure complètement diverse ! On a l’impression de lire deux histoires différentes ! L’idée du réel et du virtuel abordée par l’auteure en seconde partie est vraiment très intéressante. Comme Moon, j’ai commencé à me perdre : je me demandais si ce qu’elle vivait était vrai ou non. La frontière était si fine que c’était difficile à suivre ! C’est dans le dernier tiers que je me suis demandée à plusieurs reprises ce que je lisais… Honnêtement, c’était très « WTF !? »… Durant cette seconde partie, Agnès Marot a vraiment réussi son coup en perdant le lecteur et son héroïne. L’idée est vraiment bonne et m’a agréablement étonnée à bien des reprises, toutefois je comprends que cette idée de démence, d’addiction qui prend le dessus sur la raison et de perte de contrôle puisse déplaire…

erreur404-02marotagnes.jpg

L’auteure n’a pas proposé qu’une seconde partie surprenante ! Il y a également l’utilisation d’un narrateur inconnu qui va intervenir plusieurs fois. Il utilise la seconde personne en décrivant ses actions et en commentant celles de Moon, comme s’il s’adressait directement au lecteur ou cherchais à le faire s’identifier. On devine que c’est une personne qui suit les lives du couple, mais il faudra attendre la fin de la moitié du livre pour connaître son identité. J’ai mis un temps à me faire à cette étrange narration… Sur ce point, j’avoue être assez mitigée… En revanche, j’ai adoré la conclusion ! L’idée est géniale et atypique…

Des thématiques importantes, des personnages plus ou moins attachant, un univers complexe, une ambiance gaming, un monde mélangeant fiction et réalité, plusieurs clins d’œil à « I.R.L. » (Je recommande d’ailleurs cette lecture AVANT celle-ci…), « Erreur 404 » a le mérite d’être original et d’entrer dans la catégorie « Ovni littéraire ». À vous de voir si vous souhaitez vous y frotter ou non. Dans tous les cas, vous ne serez pas indifférent ! Pour ma part, je ne regrette pas le voyage.

.

Citations

Salut !
Moi, c’est Moon.
Enfin, pas vraiment.
J’ai un prénom, comme tout le monde, mais on ne se connaît pas assez pour que je te le donne. C’est précieux, un prénom. C’est comme un mot de pouvoir qui permet de distinguer le réel du virtuel.

—————

Dans les jeux, on a toujours un objectif clair, une mission définie. On avance une étape après l’autre, inlassablement, jusqu’à obtenir ce qu’on veut. Mais la vraie vie est beaucoup plus compliquée. Dans la vraie vie, il n’y a personne pour nous dire ce qu’on doit faire. Et trop de gens qui essaient de nous rentrer dans des cases. C’est à nous de choisir notre mission sans savoir si c’est la bonne, ni même si elle va nous mener quelque part. […] Ça ne te fait pas peur, à toi ?

—————

J’ai toujours aimé les plats épicés : avant de goûter, on ne sait jamais si on va se régaler avec juste ce qu’il faut de piment ou cracher du feu pendant une heure. Chaque bouchée est une aventure, un acte de bravoure. Et c’est comme ça que je veux vivre, désormais.

.

Ma note

♥ 4/5

Publicités

19 réflexions au sujet de « « Erreur 404 » d’Agnès Marot »

      1. De toute façon, je l’ai noté, mais je ne le lirai pas tout de suite pour la bonne raison que je ne vais pas en bibliothèque en ce moment parce que je me concentre sur les miennes, de bibliothèques ! ^^ Mais plus tard, j’aimerais le lire.

        Aimé par 1 personne

  1. Je n’étais pas plus tentée que ça, mais ta chronique me tente carrément! Je suis intriguée 🙂
    Je suis totalement d’accord avec le comportement insupportable de certains en ligne envers les femmes! Je ne l’ai que trop subi aussi, heureusement que ce n’est pas la majorité comme tu le dis 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je te rejoins sur le fait que ce livre est un ovni littéraire et que la dernière partie peut perdre le lecteur ! Et je te rejoins sur les termes abordés, et je trouve ça très important qu’un livre en parle 🙂 Pour moi, c’était une excellente lecture bien que parfois complexe, heureusement que j’avais mes heures passées à jouer à Pokemon pour me guider car certaines références sont complexes à comprendre 🙂 Et oui, les rappels avec I.R.L. étaient les bienvenus et j’ai adoré ces clins d’oeil 🙂 Après, personnellement, je suis fan de Loup ! Je l’ai adoré ce petit et je trouvais qu’il rythmait très bien le récit 🙂 Pour Moon et Orion, j’avoue aussi avoir préféré Orion car certains choix de Moon m’ont agacée 🙂 Mais ce trio se complète à merveille et mène très bien ce livre 🙂 La dernière partie, bien que complexe m’a plu car le sujet du réel et du virtuel est très bien mené 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, ce fut une bonne lecture malgré sa seconde partie complexe qui peut perdre le lecteur (mais comme c’est volontaire..^^).
      Ha, cela me plait de voir quelqu’un avec l’avis inverse pour Loop. Comme quoi, il en faut pour tous les goûts.
      Tu as raison, le trio se complète bien !
      SPOIL
      .
      .
      .
      .
      Et sinon, qui as-tu choisi à la fin ?^^ Moi, ayant adoré Orion, le choix était tout trouvé. Mais toi qui aime les deux ?…

      J'aime

      1. Suite du Spoil
        .
        .
        Cela me rassure que tu penses comme moi concernant Moon.^^ Clairement, le jeu est toute sa vie et elle l’a toujours répété… Donc, comme toi, je pense qu’elle n’opte pas pour notre choix.

        J'aime

  3. mdr le Smourbif ! Bin tu sais comme j’avais pas trop trop accroché sur IRL j’avais pas trop envie de lire celui-ci (le premier d’Agnès Marot sur lequel je ne me jette pas XD) et bin ton avis renverse un peu la tendance et je suis maintenant curieuse de découvrir ce titre (bon pas dans l’instant, mais pourquoi pas quoi !)
    D’ailleurs ta chronique est vraiment chouette, bravo 🙂
    Kin

    Aimé par 1 personne

    1. Ah si si !^^ Tu verras, c’est trop ça ! Sparadrap serait content !
      Cela me fait plaisir que je titille ta curiosité avec cet ovni. Honnêtement, ce n’est pas du tout la même ambiance que IRL.^^ On est vraiment dans le gaming et la tolérance d’un jeu qui a des répercutions sur une vie.
      Merci ! ❤

      Aimé par 1 personne

  4. Alors ça me tente énoooormément … mais n’étant pas une gameuse j’ai peur de me noyer dans les termes techniques XD mais savoir que tu peux me servir de traductrice, c’est un plus 😛

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s