Romans

« Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs » de Charles Haquet et Bernard Lalanne

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs »
Auteurs : Charles Haquet et Bernard Lalanne
Genre : Recueil de nouvelles / Roman contemporain / Humour
Éditeur : Folio

.

résumé du livre

Une fourchette pour analyser nos repas, un bracelet pour contrôler le fonctionnement de nos organes, bientôt une voiture qui se conduit toute seule… Plus intelligents les uns que les autres – et que nous-mêmes, bien entendu –, les objets connectés font tout à notre place. L’âge d’or ? Pas si sûr. Il suffit de voir à quel point ceux qui promettaient hier de nous faciliter la vie nous tourmentent aujourd’hui : le grille-pain, le parapluie, la chaise longue, le rouleau adhésif, le portable… L’intelligence n’exclut pas automatiquement la malfaisance.

.

Ma critique

Ouvrage choisi avec ma mère lors de l’une de nos virées entre femmes, j’avoue que j’avais hâte de découvrir ce titre. Le concept nous plaisait à toutes les deux et annonçait bien la couleur : des plaintes sur des objets du quotidien qui nous pourrissent la vie ou nous agacent ! C’est tout à fait le type de lecture légère que l’on peut lire en week-end, l’été ou après une lourde journée de boulot. De plus, il y a une cinquantaine d’objets. couv66105002Vous pouvez donc lire deux/trois nouvelles, puis reposer votre livre ou bien tout enchaîner. Le mieux est encore de picorer quelques textes au cours de la journée, d’autant que cela se lit vite…

On a là un ouvrage sympathique sans prétention écrit à quatre mains. Tout n’est pas drôle, mais certains textes ont réussi à m’arracher plusieurs sourires ou à me soutirer quelques gloussements. Ma préférence va au premier texte parlant du rideau de douche, ce vil taquin qui vous « colle comme un gros phoque en manque d’affection » que l’on tente de repousser du pied, mais qui revient toujours en force tel un aimant. Je me revois tellement en train de repousser ce vieux rideau gluant dans l’un de mes anciens appartements… D’autres objets ont réussi à m’amuser, soit parce que cela me rappelait des tranches de vie, soit parce que j’étais totalement d’accord avec ce qui était dit, soit parce que les auteurs faisaient preuve d’humour. Mes autres chouchous sont : le chariot du supermarché (maudite roue qui couine !), le composteur à billets de train (tournez le billet… non, l’autre côté !… tournez encore…), la notice IKEA (dont le texte est un poème tout en vers !), le GPS tyrannique (que j’insulte toujours copieusement quand il me perd au beau milieu de nulle part), la table bancale (avouons-le : sur tout le restaurant, c’est sur vous que le maudit pied bancal va tomber…), la télécommande (qui « fait des petits » puisqu’il y a de plus en plus d’objets technologiques qui a SA télécommande… Et gare à ne pas vous tromper !…), la chaussette orpheline, les étiquettes de vêtements qui grattent (oui oui, je fais partie des maniaques qui ont besoin qui arrachent/décousent leurs étiquettes parce que ça gratte et parce que c’est moche), la fermeture éclair (qui lâche un jour, sans crier gare) et le rouleau de scotch (où on met vingt ans à retrouver le bout si on ne l’a pas soigneusement plié lors du dernier usage).

Outre le fait de me divertir, ce livre rempli de petites contrariétés quotidiennes m’a donné envie d’écrire à mon tour sur la tyrannie de ces objets du quotidien. Je pense donc garder cette idée en tête lors d’un prochain atelier d’écriture organisé par ma médiathèque. De plus, je lirai certainement quelques extraits à certaines collègues avec qui on a déjà parlé de quelques objets malicieux qui nous en ont fait voir de toutes les couleurs ! Si vous cherchez une lecture légère sans prise de tête et qui ne demande pas un temps de lecture trop long, n’hésitez pas à vous lancer dans ce recueil de nouvelles. Ce n’est pas un incontournable cependant, il remplit son travail : il divertit le lecteur en le projetant dans ses propres expériences… Et c’est très bien comme ça !

.

Citations

Oui, les objets ont une âme et celle-ci n’est pas toujours très pure. Sinon, comment expliquerait-on qu’un aspirateur refuse soudain d’avaler son fil rétractable, qu’un T-shirt se mette à « vriller » dès le premier lavage ou que des boutons se décousent sur un vêtement qui sort de l’atelier ? Nous avons du mal à croire qu’il s’agit de défaillances accidentelles et non de comportements malins.
.
—————
.
DISPARITION DE CHAUSSETTE. Le 15 novembre, aux alentours de 18 heures, une chaussette de taille 40, verte à motifs jacquard, a disparu à la sortie d’un lave-linge, où elle était rentrée trente-cinq minutes auparavant en compagnie de sa sœur, dont elle partageait le quotidien. Son absence a été constatée alors qu’elle était attendue sur l’étendoir et les recherches entreprises aussitôt n’ont pas abouti : aucune trace.

.
—————
.
Divorce de la fermeture éclair. La nouvelle a fait l’effet d’un coup de tonnerre : après plusieurs années sans accroc, la fermeture éclair et le tissu auquel elle paraissait solidement attachée ont brutalement rompu hier.
.

Ma note

4/5

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Procès du grille-pain et autres objets qui nous tapent sur les nerfs » de Charles Haquet et Bernard Lalanne »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s