Bit-Lit·Fantastique/Fantasy·Romances

« Fascini » (La dernière nymphe T3) de Marjorie Burbaud

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Fascini » (La dernière nymphe T3)
Auteur : Marjorie Burbaud
Genre : Bit-Lit / Fantastique / Urban Fantasy / Romance
Éditeur : Rebelle

.

résumé du livre

Si Enza Vergara avait su ce qu’allait devenir sa vie, elle aurait sûrement profité du temps où elle était encore la dernière nymphe de la ville. Aujourd’hui, il est déjà trop tard. Condamnée par sa propre ville, Enza passe du statut de nymphe traquée à celui de criminelle. Si le monde semble en avoir fini avec elle, elle va vite s’apercevoir que New York n’a pas dit son dernier mot. Entre le vent de panique qui se lève sur la ville pour décimer la population et le nouveau règne des vampires, les nymphes se retrouvent en plein cataclysme… Finalement, Enza aurez dû se méfier… car la paix à un goût de pomme empoisonnée. Prenez garde aux lueurs féeriques qui ondulent sous la surface et aux douces mélodies portées par le vent… les nymphes n’ont jamais été plus féroces.

.

Ma critique

Voici un roman qui faisait partie de mes achats incontournables aux Imaginales ! Ayant aimé les deux tomes précédents, j’étais curieuse de découvrir la conclusion de cette trilogie mettant principalement en scène des nymphes et des vampires. Au début de l’ouvrage, on découvre Enza, notre belle héroïne, complètement au bout du rouleau. dn3-ef8584cbElle m’a fait de la peine, car elle est vraiment brisée : l’alcool est devenu son exutoire, elle se laisse dériver sans prendre soin d’elle et elle n’arrive pas à surmonter son mal-être. Les regrets, les souvenirs d’antan, les non-dits et les lieux malfamés ont eu raison d’elle. Les seules choses qui lui permet de garder le cap sont les sessions beuverie avec la goule/hyène Alerrha, les lectures que lui amène le psy Jeremiah chaque semaine ou encore les vendredis soir où Eidon vient la voir. J’ai d’abord été étonnée par ces fameux vendredis, car je pensais que l’on assisterait à la première fois entre les deux tourtereaux. Or, il y a vraisemblablement eu une ellipse entre le second tome et celui-ci, car le duo se fréquente sous la couette, mais les sentiments sont toujours aussi flous. Les œillères que se mettait Eidon m’horripilaient, car il a vraiment tardé à voir à quel point la relation qu’il entretient avec Enza est malsaine… Pire : il n’a pas vu à quel point celle qu’il aimait était au bout du rouleau… On peut ne pas oser déclarer ses sentiments, mais voir que l’autre ne va pas bien à ce point, je suis choquée qu’il ne le constate pas de suite ! Ainsi, le début de ce livre ne laisse pas le lecteur indifférent.

Une fois que l’on a découvert l’avancée de la psychologie des personnages principaux et de leur entourage, le récit va prendre un tournant auquel je ne m’attendais pas. Déjà, dans mes souvenirs, « Splendore » avait réussi à ne pas tomber dans un scénario traditionnel. Cette suite fait exactement la même chose : on part sur un événement inattendu qui va donner le titre à ce volume. En tant qu’adepte de post-apocalyptique, j’ai adoré la façon dont a évolué le récit. Étant parfois sadique, je pense même que Marjorie Burbaud aurait pu insister sur l’évolution et les retombées de Fascini en plaçant la narration du côté d’Eidon qui aurait pu aller sur le terrain en ville… Néanmoins, l’auteure a préféré pencher son intrigue sur la question de la liberté, notamment celle des nymphes. Celles-ci doivent trouver leur place dans la société… Et tenir position ! En effet, les vampires et les nymphes ne sont pas les seuls à gérer cette guerre : les humains vont avoir leur mot à dire et vont parfois le faire brutalement. Quel que soit le camp, les émeutes vont être aussi nombreuses que mouvementées et les revendications seront musclées ! Cela donne énormément de rythme et de tension à ce troisième tome. Certes, on est loin de l’ambiance du premier opus (qui reste de loin mon favori) cependant, cela m’a tout de même bien plu. J’ai trouvé qu’il était difficile de s’ennuyer, car il y avait toujours un rebondissement une fois la moitié de l’ouvrage passée. Le début est un peu long néanmoins, il permet de montrer l’évolution des tempéraments de chacun, ce qui est très intéressant. Marjorie Burbaud fait évoluer l’ensemble de ses personnages. Or, j’aime lorsque les choses ne sont pas figées. Quand on compare les trois volumes entre eux, on constate à quel point les choses ont changé. L’histoire s’est réellement développée, assombrie et approfondie. Jamais on n’a fait de redite ou on a senti que les choses stagnaient. Ce dynamisme et cet enchaînement d’événements sont, à mon sens, l’une des forces de cette saga.

dernierenymphet3fascini

La plume de l’auteure est toujours fluide, parfois mordante, dynamique et agréable à suivre. On embarque aisément dans le récit même si la lecture du tome précédent remonte à longtemps. On n’est pas perdu. L’idée de narration alternée entre les deux membres du tandem est toujours employée. C’est d’ailleurs toujours aussi efficace, puisque j’ai plus que jamais ressenti le besoin de comprendre les réflexions d’Eidon qui fut, pour moi, le plus compliqué à analyser. Cette alternance rajoute du dynamisme au texte et se révèle très utile lorsqu’il y a de gros événements où les héros sont séparés comme, par exemple, lorsqu’Alexis Allen fait son entrée. Ce passage mettant en scène ce personnage m’a d’ailleurs fait réaliser que l’auteure ne cédait pas à la facilité : ses protagonistes souffrent, doutent, sont blessés… et peuvent mourir ! C’est très appréciable, parce que cela fait plus réaliste… J’ai globalement apprécié tout ce que j’ai lu même si j’avoue que j’avais quelques attentes concernant certaines créatures… Cet univers paraît encore tellement riche ! Je sens que Marjorie Burbaud n’a pas tout dévoilé ou exploité… Mais si elle l’avait fait, cela aurait sans doute trop eu d’impact sur le scénario déjà bien touffu et travaillé.

Avec cet ultime opus, l’auteure a prouvé qu’elle savait construire une très bonne saga avec un scénario bien maîtrisé. C’est une œuvre de Bit-Lit originale avec son lot d’action, ses moments durs, de la romance en fond, des personnages attachants, des créatures aussi variées qu’originales et une intrigue qui ne suit pas les histoires habituelles avec des vampires, etc. Je garderai un très bon souvenir de cette trilogie qui mériterait presque un hors-série avec l’un de mes personnages favoris (voire d’autres créatures) ! Surtout qu’avec un tel épilogue, Marjorie Burbaud s’est créé une petite ouverture potentielle tout en concluant à merveille sa série… Bref, une plume à découvrir, à savourer et à suivre…

.

Citations

On en revient toujours à Enza, n’est-ce pas ? fit remarquer Jeremiah en ignorant ce que je venais de lui demander. Elle est toujours ton obsession. Tu veux la contrôler, mais elle t’échappe encore plus depuis qu’elle est exilée. Tu ne le supportes pas.

—————

Être nymphe a longtemps été un fardeau. Pourtant, aujourd’hui, je peux dire que je me sens moi-même. Je suis même fière de le reconnaître.

—————

N’étais-je pas toujours là où personne ne m’attendait ?
.

Ma note

♥ 4,5/5

 

2 réflexions au sujet de « « Fascini » (La dernière nymphe T3) de Marjorie Burbaud »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s