Romances·Romans

« Rendez-vous au Cupcake café » de Jenny Colgan

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Rendez-vous au Cupcake café »
Auteur : Jenny Colgan
Genre : Feel Good / Chick Lit / Romance / Roman contemporain
Éditeur : Pocket

.

résumé du livre

Izzy est une fée de la pâtisserie. Elle a passé son enfance dans la boulangerie de son grand-père, et a indéniablement hérité de son talent. Chaque semaine, ses collègues du bureau se régalent de ses cupcakes colorés ou autres ses brownies ultra-fondants… Lorsqu’elle se fait licencier par son futur ex petit ami, Izzy sent grandir en elle une idée folle : et si elle ouvrait son propre Cupcake Café ? Le projet est un peu risqué, le chemin semé d’embûches, mais lorsqu’elle découvre un magasin à louer dans une ruelle pavée, elle se lance dans l’aventure, et dans une nouvelle vie !

.

Ma critique

ltgwemoiraguineapiggamingxbox
C’est moi qui vous parle aujourd’hui !

Bonjour à tous ! Je m’appelle Moïra, alias « Miki » et, pour une fois, c’est moi qui vais rédiger cet article à la place de ma maîtresse Saiwhisper. C’est Les Lectures de Maya… et de Catya qui a soufflé l’idée à plusieurs blogueurs de laisser leurs animaux de compagnie écrire des avis littéraires (lien des participants). Alors, après avoir lissé mes petites moustaches blanches, j’ai pris mon courage à deux pattes, j’ai bondi hors de ma cage et je suis allée taper sur le clavier de ce grand truc gris avec un écran. couv38227323Le week-end dernier, ma maîtresse a lu une romance gourmande pleine de pâtisseries ! (Berk, je préfère du pain dur…) Apparemment, elle a été assez déçue, parce qu’elle n’a pas arrêté de maugréer dans son coin et de dire que c’était trop guimauve pour elle.

Il faut avouer que ce récit sent le réchauffé ! On suit Izzy/Isabel, une secrétaire qui va se faire licencier du jour au lendemain par son patron dont elle est secrètement amoureuse et avec qui elle a eu une liaison. Étant donné qu’elle est douée pour la cuisine, elle a décidé de faire de sa passion un métier ! (J’aurais préféré qu’elle soit maraîchère ou qu’elle vende des salades ! Miam !!!) On va donc suivre cette héroïne simple, naïve, trop généreuse et déterminée, lutter pour faire fonctionner son salon de thé. (Ma maîtresse m’a déjà fait sentir plusieurs thés, je trouve que cela pue atrocement ! Cela me fait souvent fuir dans ma maisonnette ! Comment peut-on humer ou boire ce genre de boisson affreuse ?) Bien évidemment, cette trentenaire va avoir des hauts et des bas… Certains vont lui mettre des bâtons dans les roues (Moi, je n’en ai pas de roue, car je ne suis pas un hamster !), tandis que d’autres vont l’aider et la soutenir.

Il ne faut pas forcément s’attendre à beaucoup d’action ou à des retournements de situation très importants… L’ensemble ne casse pas trois pépites au chocolat à un cookie. Le rythme est plat, on est plutôt dans les liens que vont tisser les personnages entre eux. C’est du déjà vu que ce soit dans des films à l’eau de rose ou dans les livres feel good. Le scénario n’offre aucune surprise, ce qui est bien dommage ! D’ailleurs, il ne faut pas non plus espérer grand chose des personnages… Stéréotypés au possible, Saiwhisper n’a absolument pas réussi à s’attacher à eux. Izzy est beaucoup trop gentillette et ingénue à ses yeux. À côté de cela, on distingue Graeme le patron qui veut une boniche à la maison et dans son lit (Le coq dans toute sa splendeur ! -Argh, ça crie fort ces bestioles à plumes !-), Austin le banquier qui gère les prêts des petites entreprises et qui s’occupe de Darny , son frère et enfant à problèmes (Le gentil mâle canon avec le cœur sur la main. -J’adore les cœurs de laitue… Comment ça, rien à voir ?-), Helena la colocataire ronde, bosseuse et qui dit ce qu’elle pense (Moi aussi, je suis rondouillarde ! Sai’ dit que je mange trop de graines ! Mais ce n’est pas ma faute : j’adore ça !), Pearl l’employée et amie sympathique ou encore Caroline la mère bling-bling odieuse qui va devenir gentille en une trentaine de pages. Il est regrettable que tous ces personnages vont rester cantonnés à leur rôle et ne seront pas développés. Le seul protagoniste qui a su toucher ma maîtresse, c’est Joe, le grand-père d’Izzy. Elle a beaucoup aimé leur relation ainsi que l’idée de placer des recettes à chaque début de chapitre. Ces recettes sont personnalisées d’annotations rigolotes qui sont en fait les commentaires que rédige Joe à sa petite fille.

En soit, le roman n’est pas mauvais. La plume est fluide, légère et facile à lire. C’est un livre sans prise de tête qui convient pour un week-end ou pour les vacances… C’est plein de bons sentiments et cela redonnera certainement le sourire à certains lecteurs ! (Pour ma part, un peu de carotte ou de pomme fraîche suffit à me donner la banane !) Néanmoins, cela reste une histoire trop classique que l’on peut vite oublier… Sai’ se demande si « La Petite Boulangerie du bout du monde » rentre dans le même moule que cette histoire… Elle essayera peut-être ce récit plus tard, afin de ne pas rester sur une impression moyenne. Ainsi se finit ma critique. C’est que j’ai mal aux pattes, moi ! Et puis, j’aimerais vous y voir ! Ce clavier fait deux à trois fois ma taille ! Hmf ! Sur ce, je vous souhaite une belle journée et retourne grignoter du foin.

.

craquageseilledecrime
Bonne journée à tous !

.

Citations

– Le pédiatre dit que ce n’est rien, qu’il fait ses dents. (…)
– Dans ce pays, vous trouvez très drôle que personne n’y connaît rien en bébés. Et les grands-mères , elles disent : « Oh, je ne me mêle pas des histoires de bébé », et les tantes, elles disent : « Oh, je suis trop occupée pour t’aider ». Tout le monde ignore les bébés, mais vous achetez des livres stupides et regardez des émissions idiotes sur les bébés. Alors qu’ils sont tous pareils. Les adultes, pas tant que ça . Donnez-moi un couteau.

—————

Les hommes aiment les femmes qui savent faire les gâteaux et qui sont belles dans une robe à fleurs, parce qu’ils croient que tu seras à leur botte et que tu leur serviras un martini, un peu comme dans les années 1950. Tu as trouvé un filon en or, crois-moi.

—————

– Comment… Comment se porte votre grand-père ?
– Suffisamment bien pour être en colère contre moi.
– C’est déjà ça.

.

Ma note

♥ 1/5

saiwhisper-1etoile-pasaime

15 réflexions au sujet de « « Rendez-vous au Cupcake café » de Jenny Colgan »

  1. Perso j’ai préféré « La petite boulangerie du bout du monde » à celui là qui j’ai trouvé un petit peu trop niais, mais c’est surtout les personnages trop stéréotypés qui m’ont agacés. C’est quand même une lecture sympathique, mais j’ai été un peu déçue.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s