Littérature jeunesse

« 2 mamans pour Mokiko » de Marie Leymarie et Charlotte Roederer

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « 2 mamans pour Mokiko »
Auteurs : Marie Leymarie et Charlotte Roederer
Genre : Roman jeunesse
Éditeur : Gallimard jeunesse (Folio Cadet)

.

résumé du livre

Youmi, petite fille adoptée, a trouvé un singe en peluche sur le trottoir. Mokiko est son premier doudou et Youmi l’emmène partout. Tant pis si à l’école on la traite de bébé. Sauf qu’un jour, une fille pointe le doigt sur elle en s’écriant : «Mais c’est Trompette !» Catastrophe ! Mokiko a déjà une maman…

.

Ma critique

J’ai découvert cette adorable petite histoire dans le cadre du challenge mystère organisé par Frogzine. Comme je ne possédais pas d’ouvrages édités chez Gallimard pour répondre à la thématique du mois, j’ai emprunté ce roman jeunesse qui me semblait intéressant. À ma grande surprise, j’ai eu le nez creux : ce fut un récit mignon et intelligent !

2-mamans-pour-MokikoPlusieurs thématiques sont judicieusement abordées : l’adoption, la famille monoparentale, le partage et la garde alternée. Avec une narration pétillante, drôle et adorable à la première personne, on va suivre le quotidien de Youmi, une fillette adoptée. Un jour, elle trouve une peluche de singe dans la rue et, après plusieurs jours d’hésitation, va décider de la garder. La présence du doudou va lui faire du bien et la calmer. Elle va finir par trouver un équilibre dans sa nouvelle vie en France. Hélas, comme l’indique le titre, elle va rencontrer Caroline, la véritable propriétaire de la peluche… Habilement, les deux mères des petites filles vont proposer la solution pour que personne ne souffre de la situation : une garde alternée. Chaque semaine, le doudou va alors se balader dans une famille, puis dans une autre, comme le font les enfants dont les parents sont divorcés. La thématique du divorce vue à travers cette histoire de doudou est originale et bien pensée. Les jeunes lecteurs voient à quel point la séparation est difficile que l’on soit un parent ou un enfant. Heureusement, les deux « familles » de Mokiko/Trompette ne manquent pas d’amour… Caroline aime autant que Youmi ce petit singe… Et toutes les deux attendent avec impatience la semaine de garde…

J’ai apprécié le développement de l’histoire qui va progressivement aborder de nouveaux sujets comme le partage et l’amitié. De très beaux liens vont se tisser entre les deux familles et la situation va pousser à la réflexion. On a là un joli roman plutôt bien ficelé qui met en avant de belles valeurs. La petite Youmi est tout simplement adorable. J’ai bien aimé l’humour employé dans la narration ainsi que le côté lucide de cette petite narratrice malgré son âge ainsi que son côté naïf sur quelques sujets. Par ailleurs, les illustrations en noir et blanc de Charlotte Roederer collent vraiment bien au texte et m’ont beaucoup plu. En plus d’être expressives, elles dégagent et retranscrivent bien plusieurs émotions. Un chouette roman qui plaira aux jeunes lecteurs souhaitant découvrir une première lecture (quatre-vingt-dix pages et une quarantaine d’illustrations).

.

froge-gallimard

(Ouvrage lu dans le cadre du Challenge Mystère. N’hésitez pas à cliquer sur la bannière.)

.

Citations

Quelqu’un qui perd son chien ne mérite pas de le garder. Je ne vois pas pourquoi ce serait différent pour les doudous. Quelqu’un qui laisse son doudou deux jours sur le trottoir, désolée, mais il y a un problème.
Je sais, vous allez me dire qu’un doudou, ce n’est pas pareil, qu’il n’a pas faim, froid ou peur. Eh bien, franchement, si vous aviez vu Mokiko étalé sur le bitume, mouillé et sale, vous n’auriez pas pensé qu’il ne ressentait rien.
Ou alors, c’est que vous avez un caillou à la place du cœur.

—————

– C’est comme ça, les doudous, on les aime même s’ils sont mous, moches et mouillés.
– Ah, bon, j’ai dit.
– Eh oui, a continué maman. C’est comme les enfants. On les aime même quand ils sont couverts de taches de boue et de chocolat, les cheveux en désordre et le pantalon déchiré. C’est mystérieux, mais c’est comme ça.

—————

J’aime bien reculer le plus possible le moment où la lumière s’éteint et où je me retrouve face à la nuit. Je trouve que les minutes qu’on gagne sont différentes des autres.

—————

Le matin au réveil, j’avais un goût désagréable dans la bouche, comme quand on oublie de se laver les dents. j’ai pensé que c’était à cause d’hier. Maman dit toujours qu’un « pardon » coincé dans la gorge, ça donne mauvaise haleine.

.

Ma note

♥ 4/5

saiwhisper-4etoiles-bonne-lecture

Publicités

2 réflexions au sujet de « « 2 mamans pour Mokiko » de Marie Leymarie et Charlotte Roederer »

  1. C’est le genre de lectures mignonnes qui invitent en douceur à la réflexion que j’adore 🙂 La présence d’illustrations n’est pas pour me déplaire. Une jolie découverte comme les challenges peuvent nous en faire faire 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s