BD

« Paroles d’honneur » de Leïla Slimani et Laëtitia Coryn

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Paroles d’honneur »
Auteurs : Leïla Slimani et Laëtitia Coryn
Genre : Bande dessinée / Biographie
Éditeur : Les Arènes

.

résumé du livre

Rabat, été 2015. Suite à la parution de son livre « Dans le jardin de l’ogre », un roman cru et audacieux qui aborde la thématique de l’addiction sexuelle, Leila Slimani part à la rencontre de ses lectrices marocaines. Face à cette écrivaine franco-maghrébine décomplexée qui aborde la sexualité sans tabou, la parole se libère. Au fil des pages, l’auteur recueille des témoignages intimes déchirants qui révèlent le malaise d’une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité.
Le code pénal punit toute transgression : un mois à un an de prison pour les relations hétérosexuelles hors mariage, six mois à trois ans de prison pour les relations homosexuelles, un à deux ans de prison pour les adultères. Soumises au mensonge institutionnalisé, ces femmes nous racontent les tragédies intimes qui égrènent leurs vies et celles des femmes qui les entourent : IVG clandestines, viols, lynchages, suicides.
Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n’entraîne l’effondrement des structures traditionnelles. A travers cette BD, il s’agit de faire entendre la réalité complexe d’un pays où l’islam est religion d’État. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.

.

Ma critique

Voici une bande dessinée biographique pertinente qui mérite les critiques élogieuses que l’on peut trouver sur les sites littéraires, la blogosphère et les médias ! En effet, les deux auteures touchent avec justesse, réalisme et brio des thématiques d’actualité. 518jqjg1g4lAvec un style fin, épuré et très agréable, Laëtitia Coryn retrace le témoignage de plusieurs femmes maghrébines au passé douloureux. Leïla Slimani y aborde la sexualité de la Femme malheureusement opprimée par la pression sociale, la famille, le conservatisme, la loi et la religion. De l’enfance au statut de mère, les personnages vont toucher aux thématiques du viol, de l’avortement, de l’homosexualité, de la vie de famille et de la violence dans le couple.

Même si l’on a l’impression d’être face à un reportage souhaitant montrer un maximum d’éléments liés à la sexualité, cette BD a l’avantage d’informer et dénoncer. On donne enfin la parole à ces femmes marocaines que la pression sociale, la honte et le secret ont longtemps muselées. Ce roman graphique pousse vraiment à la réflexion. Hélas, on constate qu’il y a encore un long chemin avant de voir l’émancipation de la Femme partout… Certains récits sont tellement durs, révoltants, injustes et atroces ! Il est important d’ouvrir les yeux sur cette réalité…

Malgré l’importance du sujet, je reconnais cependant ne pas avoir été autant conquise que je l’aurais souhaité… J’ai trouvé certains récits un peu décousus, tandis que d’autres auraient mérité d’être un peu plus détaillés… Il y a également quelques répétitions. Bien évidemment, c’est un simple regret personnel qui n’enlève rien au poids de cette lutte qu’on mené les deux auteures ! Une bande dessinée engagée à découvrir.

.

Citations

Quand tu vois ta femme comme une machine à procréer, qui n’est pas censée éprouver de plaisir, et dont le corps est quasiment ta propriété, comment veux-tu avoir un rapport sain à la sexualité ?

—————

Juste avant votre arrivée, je discutais avec des chercheuses américaines. Elles m’expliquaient que l’une d’elles avait donné une dissertation à ses élèves dont le sujet était : « Qu’est-ce que la religion pour vous, en un ou deux mots. » A cela la majorité des jeunes femmes avait répondu : « La peur ».

—————

Avant d’être un individu, une femme est une mère, une sœur, une épouse, une fille, garante de l’honneur familial, et, pire encore, de l’identité nationale. Sa vertu est un enjeu public.
Il reste à inventer la femme qui ne serait à personne, qui n’aurait à répondre de ses actes qu’en tant que citoyen lambda et pas en fonction de son sexe.

.

Ma note

♥ 3,5/5

(Mais à découvrir pour son sujet important et d’actualité !!!)

 

4 réflexions au sujet de « « Paroles d’honneur » de Leïla Slimani et Laëtitia Coryn »

    1. Le sujet est effectivement hyper intéressant et important ! Je trouve ça primordial qu’on en parle dans un tel format. C’est souvent plus accessible qu’un gros roman/documentaire pour ceux qui n’aiment pas trop lire.
      C’est effectivement dommage pour ce point négatif. :/

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s