Romans policiers / Thriller

« Code 93 » d’Olivier Norek

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Code 93 »
Auteur : Olivier Norek
Genre : Roman policier
Éditeur : Pocket

.

résumé du livre

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d’autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d’un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire. Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d’un mystérieux dossier, le « Code 93 » ? Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison…

.

Ma critique

Une lecture en demi-teinte… L’ouvrage avait sacrément bien commencé, notamment avec cette horrible idée d’homme que l’on croyait mort et qui se relève en salle d’autopsie alors qu’on était en train de l’ouvrir… Or, d’après mes échanges avec l’auteur lorsque je lui ai acheté cet ouvrage lors d’un salon littéraire, cette scène est inspirée d’un fait réel ! C’est tout simplement glaçant ! Avec une telle ambiance, Olivier Norek a rapidement su me captiver. Son groupe de policiers a également su titiller ma curiosité, notamment Ronan qui va enquêter aux côtés de Sam, Johanna une jeune femme aussi masculine qu’efficace et bien évidemment Victor Coste, le capitaine de cette petite brigade. Tout ce petit monde entretient des liens particuliers, souvent accompagnés d’une bonne dose d’humour. Je ne compte plus les ricanements qui m’ont échappé lors de nombreuses joutes verbales que les enquêteurs se sont échangés. Hélas, au fil des pages, j’ai finalement trouvé que cette troupe était assez surfaite. Chacun semble avoir un passé et une vie cependant, on en sait très peu sur eux. Or, on a envie de mieux les connaître ! L’auteur aurait pu développer un peu plus chaque membre, car le manque d’informations empêche le lecteur de s’attacher complètement. Même Coste, pourtant personnage principal, dissimule énormément de secrets. Il va devoir faire un choix entre personnel et professionnel… Bien qu’il soit intègre, la vie lui a laissé des marques qui le hantent et qui font de lui un flic à part… Comme, hélas, la majorité des enquêteurs dans le genre polar… Hormis Johanna qui va se révéler surprenante mais qui reste assez lisse, les personnages manquent donc de consistance, ce qui est bien dommage !

Ce qui fait principalement la force de cet ouvrage, c’est son rythme ainsi que son atmosphère. En effet, l’auteur a opté pour des chapitres courts et une narration omnisciente. On va donc avancer sur plusieurs fronts et avoir quelques cartes en main afin d’essayer de comprendre cette affaire… Le procédé m’a beaucoup plu, d’autant plus que les informations ou indices arrivaient au compte goutte. C’était très bien dosé jusqu’à la moitié du roman où, à mon grand regret, j’ai commencé à décrocher un peu… Entre l’excès avec les drogues dans les banlieues, les trafics des chiffres de la criminalité et les orgies des politiciens, etc. J’espérais mariner un peu avant que l’on nous annonce l’identité du coupable. Cela dit, on sent le vécu ! (Et rappelons qu’il est lui-même policier !) Comme dans « Entre deux mondes », le premier roman que j’ai lu de l’auteur, on est face à des situations inspirées de faits réels et à des problèmes existants comme le manque de moyens et la méfiance des gens à l’égard de la police. « Code 93 » est chronologiquement le premier roman qu’Olivier Norek a publié, ce qui explique certains défauts. J’ai vu une différence entre les deux lectures, notamment au niveau du style qui est plus mature et travaillé. C’était intéressant de voir l’évolution de sa plume. En tout cas, j’ai adhéré à l’humour omniprésent dans cette enquête, car cela change des polars sérieux et trop classiques. Ainsi, malgré le dénouement très moyen et plutôt expéditif ainsi que les défauts relevés, je compte bien poursuivre la découverte des aventures de Victor Coste. Il me tarde de creuser davantage sa personnalité ainsi que celle des membres de son équipe.

.

Citations– Il paraît qu’au bout de quelques années d’expérience, les flics réussissent à repérer la vérité du mensonge.
– Non. C’est à force d’entendre des mensonges que la vérité sonne différemment, c’est tout.

—————

– On commence par les tours nord et on fera retour par les sud.
– Tu te la joues pisteur indien ? C’est où, le nord ?
– Lève les yeux et cherche les paraboles sur les fenêtres, elles sont toutes dirigées vers le sud, c’est une constante. Maintenant que tu sais où est le sud, ça va aller pour trouver le nord ?
– A tes ordres, Pocahontas.

—————

Privés, journalistes, flics, c’est un petit monde dont on connaît les acteurs principaux puisque nous faisons tous à peu près le même boulot. On enquête, on essaie de comprendre. Sauf que vous, vous le faites pour moins cher.

.

Ma note

♥ 3/5

saiwhisper-3etoiles-sympa-palmal

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Code 93 » d’Olivier Norek »

  1. Le résumé m’a choqué mdr 😂 et quand tu as dit que l’auteur a affirmé que c’était un fait réel, jme suis dit « belle galère » j’imagine même pas les syncopes qui ont dû se déclencher ce jour-là 😂 je suis pas vraiment thriller mais vu qu’il y a un humour omniscient, je le garde sous le coude, malgré ses qualités et défauts, je les verrai ptet pas vu mon manque d’expérience dans ce genre.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s