Romans policiers / Thriller

« 13 minutes » de Sarah Pinborough

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « 13 minutes »
Auteur : Sarah Pinborough
Genre : Thriller psychologique / Young Adult
Éditeur : Castelmore

.

résumé du livre

Natasha Howland, seize ans et reine du lycée, est retrouvée un matin à moitié noyée dans la rivière. Déclarée morte pendant treize minutes, elle survit néanmoins, mais déclare n’avoir aucun souvenir des vingt-quatre heures précédant sa chute dans la rivière. Suicide, regrettable accident ou tentative de meurtre ? Bien vite, la police semble convaincue du caractère intentionnel de l’affaire. Becca, amie d’enfance délaissée de Natasha, se retrouve malgré elle prise dans l’engrenage de cette affaire et décide de mener sa propre enquête. Ce n’est que le début des drames et des soupçons qui vont s’abattre sur le lycée de Brackston…

.

Ma critique

En voyant la couverture et le résumé, j’avoue que je ne m’attendais pas à plonger dans une telle ambiance ! Bien que les personnages principaux soient des lycéens allant encore en cours, l’intrigue est sombre, difficile, inquiétante et mature, si bien que je rangerais un peu plus ce titre dans la catégorie adultes et très grands ados… Pour ma part, j’ai trouvé l’enquête assez efficace, notamment à partir du dernier tiers du livre qui gagne en rythme et en twists ! Cependant, le début a été assez long à se mettre en place… J’ai longtemps cherché à comprendre où voulait en venir l’auteure. Il faudra vraiment attendre le fait que Natasha, alias Tasha, retrouve la mémoire et qu’un nouveau meurtre surgisse pour que le récit soit enfin intéressant et immersif… couv45505877Ce roman plein de mystères m’a laissé un sentiment mitigé, en particulier à cause du rythme qui monte trop crescendo et, surtout, à cause des personnages !

C’est rare mais, je n’ai accroché à aucun personnage ! Je les ai trouvés tous malsains, manipulateurs, rebelles, paranoïaques, égoïstes, vulgaires et adeptes de la méchanceté gratuite. Rebecca, alias Becca,  m’a rapidement paru antipathique. Par exemple, à l’annonce du coma de Tasha au début du livre, la jeune fille n’en a que faire. Elle va finalement mettre ses différents de côté pour se rapprocher de son ancienne amie devenue une pimbêche à ses yeux. Virevoltant souvent d’un avis à un autre, elle ne va cesser d’avoir un ressenti changeant à l’égard de Tasha… Aiden, son petit-ami, est quasiment dans le même moule, à ceci près qu’il montre rapidement qu’il a beaucoup de choses à cacher et qu’il semble bien plus lâche que sa compagne… De son côté, Tasha m’a laissée de marbre. Si, au début, j’étais vraiment curieuse de comprendre et découvrir ce qu’il lui arrivé dans les bois, j’ai rapidement déchanté en découvrant ses pensées ou ses actes qui ont été retranscrits dans son journal intime. De leur côté, Jenny et Harley, les deux amies de la blessée, semblent en savoir beaucoup trop sur la situation et ne font jamais preuve de sympathie à l’égard des autres ! Leurs échanges sont toujours remplis de mépris. C’est difficile à dire, mais il n’y a pas un personnage pour rattraper l’autre… Or, j’ai besoin, soit de m’intéresser, soit de m’attacher, soit de m’identifier ou soit de faire preuve d’empathie à l’égard d’au moins un protagoniste pour apprécier ce que je lis. Cela n’a pas du tout été le cas ici…

L’atmosphère est très spéciale. On se rend rapidement compte que, dans ce lycée, beaucoup d’élèves ont des choses à cacher. Le sexe, la drogue, l’excès, le paraître, la rivalité, la notoriété et les secrets règnent en maître. Pour ma part, c’est ce qui m’a plu, car le cocktail est sombre à souhait. On a l’impression d’être dans une ambiance de film américain avec le groupe de filles hostiles, détestables et manipulatrices qui œuvrent dans l’ombre. On se demande jusqu’où iront ces demoiselles et ce qu’elles ont fait… La plume de l’auteure est plutôt fluide, ce qui permet de progresser aisément dans le récit. De plus, j’ai bien accroché au système narratif. Il y a des narrations « simples » et alternées, mais également des extraits de consultation, des dossiers, des pages de journal intime et des échanges de SMS. L’ensemble rend le contenu assez dynamique et original. On a réellement envie de tourner les pages de ce thriller psychologique. Par ailleurs, même si le dénouement est un peu attendu (j’avais deviné certaines choses vers la moitié du livre), j’ai trouvé que l’enquête était bien ficelée !

Ce fut donc une lecture en demi-teinte qui tire plutôt sur la déception en raison de mon manque d’attache pour les protagonistes. Je pense que c’est le type d’œuvre qui plaît ou qui rebute selon les goûts du lecteur. Une chose est certaine : attendez-vous à réellement enquêter aux côtés des personnages et à faire des suppositions pour essayer de comprendre le fin mot de cette histoire ! Merci aux éditions Castelmore pour la découverte.

.

logo-castelmore-noir

.

Citations

Il fut d’abord incapable du moindre geste. Il était 5h05 du matin et une fille morte gisait dans la rivière.
Je suis un cliché, telle fut sa première pensée cohérente. Je suis l’homme qui promène son chien de bon matin et découvre un cadavre.
.
—————
.
– Tu es gentille. Tu était une très bonne amie de Natasha.
Était. Becca n’émit aucun commentaire, se contentant d’acquiescer vaguement. Alison savait comme tout un chacun que Becca ne faisait plus partie du cercle des intimes. Ce cercle-là se tenait actuellement un peu à l’écart. Leurs yeux maquillés avec soin, délicatement voilés de larmes, étaient rivés sur leur portable. Jenny et Hayley, presque identiques et si différentes.

.
—————
.
T’es grave ! poursuivit-elle à l’adresse de Becca. Tu crois que tu connais Tasha parce que tu étais son amis avant nous. T’es attardée ou quoi ? Tu crois que les gens ne changent pas ? Toi, par exemple, tu es la même qu’avant ? Peut-être que tu es encore grosse dans ta tête, c’est la seule chose qui expliquerait ta stupidité et ton envie pathétique d’oublier tout ce qui s’est passé.
.

Ma note

2,5/5

 

6 réflexions au sujet de « « 13 minutes » de Sarah Pinborough »

  1. Le manque d’attachement aux personnages risque de me gêner, mais il y a d’autres points qui pourraient me faire dépasser ce problème comme la pluralité des formes narratives que j’adore ainsi que l’ambiance malsaine et sombre à souhait…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s