Littérature jeunesse

« Ma fugue dans les arbres » d’Alexandre Chardin

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Ma fugue dans les arbres »
Auteur : Alexandre Chardin
Genre : Littérature contemporaine / Roman jeunesse – ado
Éditeur : Magnard

.

résumé du livre

L’anniversaire de ses onze ans restera longtemps pour Albertine à la fois le plus beau et le pire jour de sa vie. Elle à qui son père a toujours interdit de grimper aux arbres décide d’installer dans le jardin une balançoire, à l’ombre du grand chêne. Elle va enfin pouvoir s’élancer vers le ciel, et sans vraiment désobéir ! Mais à peine accrochée, voilà la balançoire coupée, mise à terre par son père. Furieuse, Albertine monte à la corde laissée pendue, enjambe la première grosse branche, s’élève encore plus haut… et annonce que plus jamais elle ne redescendra !

.

Ma critique

Petite pépite pleine de poésie, « Ma fugue dans les arbres » m’a emportée aux côtés de la courageuse Albertine et de sa famille au bord de la rupture. Avec joie, j’ai savouré la plume d’Alexandre Chardin qui sait toujours trouver les mots justes, m’a décroché quelques sourires et m’a émue au cours de ma lecture. Bien que l’histoire soit très simple, j’ai passé un doux moment et suis ressortie avec le sourire aux lèvres ! Comme dans « Jonas dans le ventre de la nuit », l’auteur brosse un très joli portrait de la nature. mafugueHonnêtement, à un moment, j’étais vraiment avec la jeune héroïne, perchée en haut des grands arbres, avec le bruit des animaux autour et la douce brise du vent. Il ne me manquait que les fragrances boisées que j’aurais pu avoir si j’étais sortie de chez moi (c’est l’avantage de vivre pas loin des bois comme Albertine)… J’ai été ravie de me laisser transporter par ce récit…

Les protagonistes ont su me conquérir, notamment cette jeune narratrice au tempérament volcanique ! Cette dernière est une demoiselle avec beaucoup d’humour et de répartie, notamment lorsqu’elle échange avec son frère cadet Sylvain ou avec son « nounou » Nours/Pierre qui lui donne trop de légumes. Pleine de malice, elle sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à le dire. Alors, quand on lui offre enfin une balançoire et que son père la lui enlève sans raison valable, elle décide de fuguer dans les arbres… On ne peut pas parler d’insolence, car l’adolescente a de bonnes raisons de faire un tel caprice… Son géniteur, toujours en déplacement pour son travail, a énormément de mal à communiquer avec ses enfants. Il n’est jamais là pour eux, ne les embrasse pas, ne les voit pas grandir et passe plutôt son temps à les réprimander lorsqu’il est là… Cela ne veut pas dire qu’il ne les aime pas… Simplement, il n’arrive pas à parler avec eux. Un lourd secret pèse sur ses épaules, si bien qu’il a développé une véritable aversion pour les arbres et la nature. On comprend donc son bouleversement lorsque sa fille aînée a décidé de s’exiler en hauteur en hurlant qu’elle ne redescendra pas avant que les choses changent. La relation père/fille m’a réellement touchée. C’est un lien très intéressant, crédible, sensible et puissant. Au fil des échanges, le lecteur a vraiment envie que chacun ouvre les yeux sur la situation et que tout s’arrange.

mafuguedanslesarbres.jpg

En plus d’un personnage principal aussi attachant que déterminé, d’autres individus forment un joli noyau. J’ai adoré le petit Sylvain dont la relation avec sa sœur va se révéler touchante, mignonne et sincère. Il y a aussi Nours que j’aurais voulu voir davantage tant il est gentil, patient et drôle. Camille, la meilleure amie d’Albertine, est peu présente cependant, j’ai aimé ses interventions ainsi que le système de troc qu’ont instauré les deux demoiselles ! Un autre personnage, plus en retrait et qui n’arrive que vers la fin du récit, m’a également convaincue. Même si on ne développe que les personnages principaux et les liens qui les unissent tous, j’ai beaucoup aimé les suivre dans cette aventure !

Ce roman jeunesse vaut le détour, ne serait-ce que pour son idée aussi originale que poétique de fuguer dans les arbres… L’émotion est vraiment au rendez-vous ! La seule chose qui peut gêner le lecteur, c’est peut-être le rythme lent du récit. Ne vous attendez pas à énormément d’actions ou de suspense, car on est plutôt sur une atmosphère calme, propice à une réflexion. Cela dit, ce que va vivre Albertine perchée à la cime des arbres est loin d’être de tout repos ! Elle devoir faire face à quelques difficultés qu’elles soient humaines ou animales… Mais je ne vous en dis pas plus ! Il serait préférable que vous grimpiez vous-même entre les pages de ce livre pour vous forger votre propre avis. J’espère que, comme moi, vous passerez un moment riche en émotions et ce, que vous soyez un adulte ou une personne du même âge qu’Albertine… Merci encore aux éditions Magnard jeunesse pour l’envoi de ce roman qui est d’une aussi belle sensibilité que « Mentir aux étoiles ». (Au passage, je trouve que la couverture est magnifique et retranscrit bien l’ambiance de l’ouvrage…)

.

logo.

Citations

Papa s’est douté de quelque chose, bien sûr, mais mon frère n’a pas osé me trahir. Il redoute mes vengeances. Il faut dire qu’il m’arrive de laisser traîner, un peu exprès, des listes de tortures devant la porte de sa chambre…
.
—————
.

– Entre frère et sœur, il n’y a PAS de juste milieu.
J’ajoute avec un mouvement de balancier, pour être plus claire :
– Guerre et Paix.
.

—————
.
Tu fais pas l’école buissonnière, toi. C’est carrément l’école forestière ! 
.

Ma note

4,5/5

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Ma fugue dans les arbres » d’Alexandre Chardin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s