Romances·Romans

« On regrettera plus tard » d’Agnès Ledig

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « On regrettera plus tard »
Auteur : Agnès Ledig
Genre : Roman contemporain / Romance
Éditeur : Pocket

.

résumé du livre

L’irruption d’Éric et d’Anna-Nina un soir d’orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif Vosgien, est un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu’un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée.

.

Ma critique

Un petit roman feel-good avec un récit qui fait du bien malgré ses défauts ! La réputation d’Agnès Ledig n’est plus vraiment à faire cependant, je n’avais pas lu grand chose d’elle… J’ai donc voulu remédier à cela. Avec « On regrettera plus tard », j’ai passé un assez bon moment en compagnie des protagonistes qui n’osaient pas se dévoiler ou s’attacher… même si on s’attend à ce que les deux adultes développent des sentiments l’un pour l’autre et que les choses seront compliquées jusqu’au bout… D’ailleurs, je ne peux pas dire que cette romance m’aie touchéecouv70305396Ce sont surtout les personnages que j’ai apprécié suivre… Qu’ils soient principaux ou secondaires, ils sont plein de fêlures que l’on va progressivement découvrir au fil des pages…

Ce père veuf m’a attendrie. Malgré le drame qu’il a vécu et sa décision de parcourir les régions en caravane, il fait tout pour sa fille, quitte à s’oublier lui-même… Alors, lorsqu’il réalise que sa bambine se sent à l’aise dans sa nouvelle vie aux côtés de cette institutrice qui les héberge, il se sent perdu. Il n’est plus la seule bouée en mer de sa petite Anna-Nina : il doit la partager avec une inconnue et son entourage. La laisser vivre sa vie, tout simplement. Un portrait très humain qui m’a beaucoup plu… En outre, c’est avec plaisir que l’on voit la fillette aller à l’école, faire ses premières expériences et profiter au jour le jour de ce qu’on lui offre. Anna-Nina m’a fait fondre ! Elle est adorable, un peu capricieuse, observatrice et parfois très mature malgré son âge. La maîtresse Valentine m’a laissé un sentiment plus mitigé : parfois elle m’agaçait, parfois je la comprenais. Une chose est certaine, c’est réellement une femme pétillante, généreuse et un peu déjantée. J’ai surtout été touchée par son amitié avec Gaël, un autre enseignant qui m’a fait très souvent sourire ! Leurs nombreux échanges m’ont toujours plu. Enfin, on notera le vieux Gustave, un voisin, dont le passé et le caractère m’ont frappée direct au cœur.

Malgré les personnages très attachants, j’ai ressenti quelques défauts. Par exemple, certains passages étaient assez « cul-cul la praline » et comportaient quelques clichés… La romance a également été un frein, car je trouvais qu’elle n’était pas crédible. Ainsi ils se retrouvent ensemble sous la couette en très peu de temps et sans vraiment se connaître. Cela ne m’aurait pas dérangée si on ne parlait pas rapidement de sentiments… Par ailleurs, le rythme du récit est surtout calme, ce qui peut plaire ou non au lecteur. Pour ma part, j’estime que l’intrigue aurait parfois gagné à avancer un peu plus rapidement, mais que d’autres éléments comme les sentiments amoureux auraient dû prendre plus de temps. En revanche, j’ai adoré le fait que ce qu’il se passe en 2010 soit entrecoupé de chapitres datant de 1944. Au départ, je ne comprenais pas de quoi il retournait, d’autant plus que les scènes décrites étaient affreuses… Je pense par exemple à cette pauvre résistante enceinte dont on brûle le ventre avec une cigarette pour la faire parler… Sans oublier d’autres méthodes de torture aussi horrifiantes que l’auteure ne nous épargne pas… Mais sa fuite avec un adolescent m’a captivée et je me suis finalement laissée emportée. Je n’avais pas immédiatement fait le lien néanmoins, j’étais contente de cette révélation. 

Ce fut donc une lecture agréable, mais non sans défaut. Enfin, malgré la fin assez prévisible, je suis tout de même curieuse de lire « De tes nouvelles », qui est apparemment la suite de cet ouvrage…

.

Citations

Se retourner sur sa vie, c’est prendre le risque de voir les traces du passé dans le sable de nos souvenirs.
Vivre, vivre vraiment, regarder loin devant, avancer pas à pas, et laisser le temps, le vent, effacer les empreintes derrière soi.
.
—————
.Je ressens un pieu dans le cœur en me rendant compte à quel point elle me manque, cette tendresse simple. Être pris dans les bras et qu’on vous caresse les cheveux. N’importe quel être humain en a besoin, quel que soit son âge. Et celui qui le nie est certainement monté de travers. Il a forcément mis un voile sur ce besoin-là, en se disant qu’il n’en souffre pas. Balivernes ! Il en souffre, peut-être à en crever, mais sans pouvoir l’admettre. 
.

—————
.
Personne n’absorbe la tristesse qui s’installe au fond de soi. C’est une rivière souterraine, qui jaillit pour s’écouler ou qui stagne en un étang fangeux. Aucun être extérieur ne peut vider cette eau-là du fond de nous-mêmes. On espère seulement qu’avec le temps et un peu de soleil, elle s’évaporera doucement.
.

Ma note

3,5/5

 

16 réflexions au sujet de « « On regrettera plus tard » d’Agnès Ledig »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s