Bit-Lit·Fantastique/Fantasy

« Black Wings » T1 de Christina Henry

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Black Wings » T1
Auteur : Christina Henry
Genre : Bit-Lit
Éditeur : Milady

.

résumé du livre


Pour Madeline Black, escorter les défunts dans l’au-delà est un travail à toute heure et très mal payé. Certes, on y gagne des pouvoirs magiques et une paire d’ailes impressionnantes, mais aussi un patron exaspérant, une gargouille grincheuse à supporter, et bien des factures impayées. Les choses semblent s’améliorer lorsque le séduisant Gabriel Angeloscuro s’installe dans l’appartement au-dessus du sien… jusqu’à ce qu’un monstre terrifiant ravage les rues de Chicago, et que Maddy se découvre des pouvoirs inconnus, liés à un héritage dont elle ignore tout et qui fera d’elle la cible de tous les feux de l’enfer et du paradis…

.

Ma critique

Voilà une agréable surprise ! Serait-ce l’une des séries me redonnant la foi dans la Bit-Lit ? Une chose est sûre : j’ai bien aimé cette lecture et espère voir la publication de la suite bientôt ! Certes, on n’innove pas forcément le genre néanmoins, j’ai passé un très bon moment !

couv55923701Le mélange de bit-lit, d’urban fantasy et de mythologie autour des anges et des démons est très appréciable. On notera également une vision assez originale de la Mort, me rappelant énormément « La Faucheuse » T1 de Neal Shusterman. Madeline, alias Maddy, est une sorte de passeuse. Régulièrement, son agence l’envoie glaner certains individus dont on connaît la date du décès. La jeune femme doit attendre que la personne périsse, pour ensuite proposer à son âme de franchir ou non le passage… Adepte des fictions revisitant la Mort, j’ai adhéré à ce concept… D’autant que l’auteure n’hésite pas à employer l’humour, en particulier avec son héroïne qui ne prend pas toujours le temps de se vêtir correctement pour travailler… Imaginez, par exemple, qu’une femme aux ailes noires vienne vous voir en jogging, vêture un tablier plein de farine et portant des chaussons ridicules… L’univers de cette saga est assez prometteur : en plus des êtres angéliques et démoniaques que Christina Henry va bien développer, on va souvent faire allusion à d’autres créatures comme des faes, des gargouilles, des vampires, etc. Cela a vraiment titillé ma curiosité. J’espère donc en savoir un peu plus sur cette faune imaginaire aussi riche que variée dans les prochains opus !

On embarque dans le récit dès les premières pages. L’action ne manque pas tandis que surviennent régulièrement des révélations faisant chavirer les certitudes de Maddy. Je n’ai ressenti aucun temps mort et, entre chaque session lecture, j’essayais d’imaginer ce qui allait m’attendre lorsque je replongerai le nez dans mon roman. Ce fut donc une lecture prenante avec un rythme bien géré ! L’héroïne est également très attachante. Malgré sa personnalité ne sortant pas des sentiers battus (une jeune femme belle et drôle se découvrant des pouvoirs latents surpuissants mais non maîtrisés), j’ai su l’apprécier rapidement. Son humour et sa façon de voir les choses m’ont convaincue. En revanche, j’avoue avoir un peu plus de mal avec les garçons. Gabriel, dont le nom parle de lui-même, va vite devenir le beau et gentil protecteur sur lequel on peut compter dès que l’on use trop de sa magie… Malgré son passé douloureux, son tempérament m’a paru trop cliché… J’ai également failli avoir des sueurs froides lorsque j’ai cru qu’il y allait avoir un triangle amoureux… (Ce qui devrait arriver dans le second opus néanmoins, j’espère que ce sera bien développé…) Les antagonistes semblent également jouer leur rôle de méchants, ce qui m’a assez chiffonné. Heureusement, il existe des personnages troubles, que l’on a bien du mal à cerner. Bien qu’ils ne fassent pas directement de mal à Maddy, ils représentent une menace et semblent être plein de Pouvoir…

Vous l’aurez compris : la sauce a pris avec moi ! Contrairement aux autres séries Bit-Lit que j’ai lues récemment, la Femme a son mot à dire et, malgré les politiques angéliques, tente de s’émanciper. Que ce soit Evangeline ou Maddy, ces guerrières sont à la fois puissantes et pleines de faiblesses. Cela devient tellement rare… Quoi qu’il en soit, je suis curieuse de voir où le scénario va nous mener. Merci aux éditions Milady d’avoir accepté de m’envoyer ce premier opus d’une nouvelle saga prometteuse.

.

Imprimer     

.

Citations

Franchement, les menaces démoniaques sont un peu barbantes au bout d’un moment. C’est toujours « Je vais t’arracher ton cœur palpitant de la poitrine » ou « Je vais te sucer les yeux hors du crâne ». Ça fait un ou deux millénaires qu’ils n’ont rien sorti de nouveau.
.
—————
.
– Chaque fois que je dois collecter une âme, je sais que c’est elle, c’est tout, dis-je simplement.
– Tu ne reçois aucun signal ? demanda Gabriel.
– Si ce que tu entends par là c’est un gyrophare bleu et une sirène, ou encore une flèche clignotante qui annonce, « ÂME FRAÎCHE JUSTE ICI », non, répondis-je, amusée. Mais on peut dire qu’il y a une espèce de signal. C’est plutôt comme une intuition, comme si je sentais qu’elle est en ma présence, et puis mon être tout entier se verrouille en quelque sorte sur elle. Je n’y avais jamais vraiment réfléchi. Ça a toujours été instinctif.

.

—————
.
Personne n’échappe à la mort. Pas même son laquais.
.

Ma note

4,5/5

13 réflexions au sujet de « « Black Wings » T1 de Christina Henry »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s