Fantastique/Fantasy

« Le dieu oiseau » d’Aurélie Wellenstein

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le dieu oiseau »
Auteur : Aurélie Wellenstein
Genre : Dark Fantasy
Éditeur : Scrineo

.

résumé du livreUne île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

.

Ma critique

Wow ! Je dois bien reconnaître que ce one-shot mérite son succès ! Bien que l’intrigue soit très sombre, je me suis laissé emporter par les mésaventures de Faolan… Aurélie Wellenstein signe encore une fois une très bonne histoire où l’on trouve de la noirceur humaine, un univers riche, des rebondissements inattendus ainsi que des personnages profonds ! « Le dieu oiseau » m’a totalement captivée du début à la fin ! En revanche, je tiens à signaler qu’il ne conviendra pas aux âmes sensibles. En effet, on fera régulièrement mention de sévices physiques, de cannibalisme, de rites sanglants et de violence extrême. Par exemple, le clan du héros a été massacré quand il était enfant : on a dévoré les enfants et les hommes, tout en violant les femmes et les fillettes… le-dieu-oiseauFaolan ne doit son salut qu’à ses yeux bleus, une caractéristique physique rare… Cela dit, il n’a pas été chanceux pour autant, puisqu’il est devenu le « chien » de Torok, un maître sadique… Les choses atroces ne s’arrêtent évidemment pas là… On sent clairement le clin d’œil à la civilisation aztèque et aux barbarismes ignobles dont ce peuple était parfois capable… Ainsi, je recommande ce titre à un public particulièrement averti !

Torok est un antagoniste cruel qui m’a bouleversée ! Ce monstre est vraiment capable du pire : il pratique des jeux malsains, harcèle son esclave, l’humilie gratuitement et le torture de bien des façons. Sa façon d’être ou d’agir m’a fortement rappelé Ramsay Bolton de GoT… Véritable méchant, on comprend aisément pourquoi Faolan est hanté par celui qui lui a pris dix ans de sa vie et a été, hélas, toute son existence. Le pauvre jeune homme a été démoli par son abominable bourreau qui lui a laissé des marques indélébiles. Du début jusqu’au dénouement, cet individu monstrueux m’a donné des frissons… Les personnages aussi mauvais sont rares, mais ne s’oublient pas de sitôt ! De ce fait, je pense que Torok en fera partie !

Faolan est un personnage principal intéressant, complexe et attachant. Malgré tous les sévices qu’on lui a fait subir, il a gardé un tempérament courageux, réfléchi et entêté. J’ai aimé le suivre durent les épreuves, tisser des liens avec certains concurrents comme Izel et espérer aller au bout de cette compétition. À aucun moment, les choses ne seront faciles pour lui. L’auteure ne cède pas à la facilité : elle fait souffrir ses protagonistes, leur met des bâtons dans les roues et n’hésite pas à les faire échouer. Une fois encore, le scénario a été plein de surprises ! Je ne m’attendais pas à tous ces retournements de situation et, à aucun moment, j’ai anticipé ce qu’il allait arriver. Non seulement le scénario est bien ficelé et imprévisible, mais il est aussi très bien rythmé ! Tout s’enchaîne de façon extrêmement fluide, intense et sans temps mort ! En revanche, la fin peut frustrer certains lecteurs. Pour ma part, je la trouve intéressante cependant, j’aurais souhaité quelques pages supplémentaires. Adeptes de la Dark-Fantasy, n’hésitez pas à découvrir cet opus. Si mon avis ne vous a toujours pas convaincu, je vous recommande la critique de Le tempo des livres et celle Les Fantasy d’Amanda.

.

.

Citations– Je veux le faire. Je le ferai. J’attends ce moment depuis dix ans.
– Comme moi jadis. Mais si tu t’obstines, tu ne vivras pas aussi longtemps que moi.
– Je ne serai plus jamais esclave. Quoi qu’il arrive, tout ça…
Il balaya les cuisines, les autres serviteurs d’un geste du bras.
– … Ce sera terminé dans six jours.
La cuisinière secoua doucement la tête, mais dans son regard, Faolan eut l’impression de lire une fierté lasse. Si elle cherchait à le décourager, c’était par amitié, par peur pour lui, mais au fond de son cœur, elle soutenait sa démarche. En plus de ses propres espoirs, le jour des sélectifs, Faolan portrait ceux des autres opprimés. Un petit sourire éclaira son visage. Quoi qu’il arrive dans une semaine, cela en vaudrait la peine.

.
—————
.
Il voulait l’œuf. Il le voulait vraiment. Et il voulait sa vengeance. Tout ravager. Dominer.
Savoir, enfin, ce que cela faisait, d’être Torok.
.
—————
.
Il tendit la main vers son visage. Faolan ne parvint pas à bouger. Il était pétrifié par la peur. Il crut que son maître allait lui écraser la tête contre le poteau afin de le maintenir pendant qu’il officierait, mais avec une délicatesse étrange, il lui caressa la joue.
– Tu seras toujours avec moi, lui dit-il.
Ses doigts s’enroulèrent dans ses cheveux.
– Regarde moi dans les yeux. Je veux voir la vie en partir.

.

Ma note

♥ 4,5/5

28 réflexions au sujet de « « Le dieu oiseau » d’Aurélie Wellenstein »

  1. Ton avis a été hyper détaillé, merci de m’avoir nommé mais franchement je pense que ton avis est ammmmmplement suffisant 🤗👌on sent qu’il t’as beaucoup plu ! Je ne regarde pas GOT mais j’ai entendu parler de Ramsey en détails par une amie accro à cette série, c’est une bonne référence, il est vraiment ignoble lui aussi !
    Tu as décidée de mettre 4,5/5 au final est-ce dû à la fin où comme moi, tu aurais voulu plus ?

    Aimé par 1 personne

      1. J’ai déjà lu Mers mortes en fait. Ce que je voulais dire c’est que mon coup de coeur pour Mers mortes m’avait déjà donné envie de découvrir ses autres bouquins dont Le dieu oiseau, mais que ta critique en a rajouté une couche !

        Aimé par 1 personne

      2. Ah pardon, il me semblait bien que tu l’avais lu ! Je n’étais plus sûre et avais mal compris.
        Honnêtement, je trouve que ce sont ses deux meilleurs titres. Si tu as aimé cette aventure en haute mer, tu devrais accrocher à celui-ci. 😉

        Aimé par 1 personne

  2. Il est dans ma PAL, mais il me fait très peur par la violence qu’il dégage et certaines « images » choc qui risquent de me mettre mal à l’aise. Par contre, le personnage de Faolan, le rythme et les rebondissements donnent très envie de passer outre mon appréhension…

    Aimé par 1 personne

  3. C’est le livre de l’auteure qui me faisait le plus de l’œil, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai d’abord lu Le Roi des Fauves ^^ Et ça n’a pas été une franche réussite, j’ai donc maintenant un peu peur de me lancer dans celui-ci, je crois que je n’accroche pas avec le style d’Aurélie Wellenstein.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s