Romans

« Le vieux qui lisait des romans d’amour » de Luis Sepúlveda

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le vieux qui lisait des romans d’amour »
Auteur : Luis Sepúlveda
Genre : Roman
Éditeur : Points

.

résumé du livre

Lorsque les habitants d’El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d’un homme blond assassiné, ils n’hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l’étrange blessure la marque d’un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, respecte la forêt amazonienne et a une passion pour les romans d’amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d’Amazonie dont la survie même est aujourd’hui menacée.

.

Ma critique

Ouvrage que je croyais avoir lu par le passé, « Le vieux qui lisait des romans d’amour » fut en réalité en découverte totale. Le temps d’une pause méridienne, j’ai effectué une plongée au cœur de l’Amazonie où sont réunis violence, bestialité, sagesse, philosophie et nature… Là, j’ai fait la connaissance d’Antonio José Bolivar, un vieil homme plein de sagesse. Observateur, philosophe et rêveur, ce personnage a vécu énormément de choses, notamment dans la jungle. Chaque chapitre narre une partie de son passé ou fait avancer l’enquête autour d’une tigresse en colère qui assassine les Hommes. J’ai apprécié découvrir la façon dont Antonio José Bolivar a découvert la lecture. 518r1f-wtjl._sx302_bo1204203200_Le temps qu’il a passé aux côtés des Shuars, des indigènes, a également été très intéressant. Sans cesse, le vieillard a su titiller ma curiosité, m’étonner (ex : le coup des dents arrachées) ou m’émouvoir.

Autour de ce protagoniste, on distingue divers habitants : le dentiste Loachamin Rubincondo (son fournisseur de romans d’amour au langage fleuri, notamment dès qu’il pratique son métier), le maire et quelques citoyens. Bien qu’ils soient peu développés ni attachants, ils constituent un ensemble harmonieux et vont avoir leur place au cours du récit… Même la tigresse, pourtant un animal sauvage, va avoir son rôle à jouer. D’ailleurs, l’auteur n’hésite pas à analyser ce fauve courroucé, lui donnant presque une âme, comme celle des humains…

La narration emploie des phrases concises et va souvent à l’essentiel pourtant, on s’enfonce aisément dans cette jungle aride et dangereuse… Le lecteur imagine assez bien ces décors aussi verdoyants que luxuriants… Il comprend aussi le conflit qui existe entre les colons et les indigènes. Ces derniers estiment que les Blancs sont irrespectueux envers la nature et ne comprennent pas leurs coutumes… Étant donné le comportement du maire ou de certains individus, on ne peut que donner raison aux Shuars… On remarquera aussi que l’amour n’existe que dans les livres ou dans le cœur des animaux… Hélas, ici, tout est une question de fortune, de vengeance, de reconnaissance ou de pouvoir…

Cette lecture dépaysante a été assez intéressante néanmoins, je ne sais pas si j’en garderais un souvenir impérissable. L’action est peu présente, tandis que les personnages ne suscitent aucun attachement. Il faut dire que c’est bien trop court : il ne se passe pas grand chose. De plus, on ne développe que le vieil homme, si bien qu hormis avec lui, la sauce n’a pas pris… Je n’ai pas été emportée par cette aventure. Certes, il y a de belles valeurs, une morale juste ainsi qu’une belle part à la sagesse toutefois, je ressors assez mitigée. Après toutes les critiques élogieuses et le prix « Relay des voyageurs lecteurs » en 1992, je m’attendais à mieux.

.

clubdeslecteurs

(Lu dans le cadre du club des lecteurs.)

.

Citations

Il possédait le seul antidote contre le venin de la vieillesse, il savait lire. 
.
—————
.
– De quoi ça parle?
– De l’amour.
A cette réponse du vieux, il se rapprocha, très intéressé.
– Sans blague? Avec des bonnes femmes riches, chaudes et tout?
Le vieux ferma le livre d’un coup sec qui fit trembler la flamme de la lampe.
– Non. Ça parle de l’autre amour, celui qui fait souffrir.

.

—————
.
C’est à ça que ça sert, l’amitié. A chanter les mérites des amis.
.

Ma note

3/5

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Le vieux qui lisait des romans d’amour » de Luis Sepúlveda »

  1. Je me souviens avoir adoré cette histoire mais j’en garde un souvenir assez flou aha^^’ A relire et c’est clair que c’est une lecture dépaysante et très immersive, je m’imaginais facilement ce qu’il se passait !!

    Aimé par 1 personne

  2. Comme tu le sais, j’avais adoré ce roman, mais je comprends ton ressenti d’autant qu’objectivement, il ne brille pas par l’action 🙂 J’ai, par contre, bien aimé le fait que tu mentionnes la tigresse et sa presque humanisation…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s