Romances·Romans

« Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte » de Mary Adkins

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte »
Auteur : Mary Adkins
Genre : Roman contemporain / Epistolaire / Romance
Éditeur : Milady

.

résumé du livre

Pendant des années, Iris a travaillé main dans la main avec Smith, agent de célébrités. Quand Iris meurt, emportée par une maladie à l’âge de trente-trois ans, Smith ne se remet pas de la perte de sa collègue et amie. Il découvre alors qu’elle a laissé quelque chose avant de tirer sa révérence : un blog dans lequel elle raconte avec beaucoup d’humour et de justesse la fin d’une vie pas très épanouie. Et Smith a une mission : publier ce témoignage. Mais pour exaucer la dernière volonté d’Iris, il doit d’abord obtenir l’accord de Jade, la sœur d’Iris, qui n’arrive pas à faire son deuil. Ces deux-là n’ont-ils pas plus en commun que le souvenir de celle qu’ils ont perdue ?

.

Ma critique

Cet ouvrage assez touchant m’avait attiré grâce à son titre original ainsi qu’avec le petit message mis par l’éditeur « À travers une succession de mails, de billets de blog et de textos, se dessine une comédie romantique aussi drôle qu’émouvante, qui séduira les fans de Rainbow Rowell. » ! Je remercie les éditions Milady d’avoir accepté de m’envoyer ce titre ! Rainbow Rowell est plutôt une valeur sûre et, souhaitant quelque chose de léger mais avec des thématiques difficiles, j’espérais passer un bon moment… couv38198156Hélas, je suis ressortie assez mitigée

J’ai vraiment adhéré au format original du texte, puisqu’il s’agit de mails, d’articles de blog comprenant du texte, des schémas et des commentaires, des SMS et d’autres correspondances. Cela change et permet au lecteur de faire des pauses comme il le souhaite sans forcément devoir attendre la fin d’un chapitre. Ce roman épistolaire 2.0 met en scène deux sœurs dont l’une est décédée, laissant derrière elle souffrance, souvenirs et un blog à faire publier… L’ainée, Jade, tente de garder la tête hors de l’eau en essayant de comprendre si elle aurait pu changer quoi que ce soit. En échangeant et lisant les écrits d’Iris, elle va découvrir une autre facette de sa sœur, mais surtout, elle va apprendre à découvrir Smith, le collaborateur d’Iris… Et c’est là que j’ai été un peu chiffonnée… En soit, la romance ne m’a pas spécialement marquée… Je l’ai trouvée très téléphonée ! De plus, à cause du format, on ne voit pas le couple se rapprocher réellement ou entrer dans un long jeu de séduction. En quelques chapitres, on découvre qu’ils cherchent un peu puis, en deux lignes, on apprend finalement qu’il s’est passé quelque chose… En ce qui me concerne, j’aime suivre le couple de plus près et assister, par exemple, à leur premier baiser. Ici, c’est un peu frustrant… ! Bien sûr, c’est un ressenti personnel : d’autres lecteurs sauront s’en contenter et apprécieront de voir le couple échanger, douter, s’aimer et se quereller par mails… Tout est une question de goût !

La façon dont l’auteure a traité le deuil est assez intéressante, puisque l’on assiste réellement aux réflexions des personnages, soit grâce à leurs conversations, soit grâce à des messages personnels qu’ils envoient pour eux-mêmes. Pour Jade, cela se fait sur TAN (Therapist Away Network), un site qui envoie des réponses automatiques, tandis que Smith envoie des messages sur la boîte mail de la défunte en sachant qu’elle ne pourra jamais les lire. Chacun y couche ses regrets, sa douleur, ses souvenirs et ses ressentis du moment. Progressivement, on assiste à une certaine résilience : les protagonistes vont apprendre à faire le deuil et à avancer, quitte à réaliser des choses qui leur paraissaient impossibles ! Ce titre met en avant de belles valeurs et de doux messages sur la vie, la famille et la mort… Toutefois, je m’attendais vraiment à quelque chose de plus léger, notamment avec l’histoire d’amour.

A mon sens, mon sentiment partagé vient surtout du fait que l’avis sur la quatrième de couverture m’a induite en erreur. En la lisant, je m’attendais à quelque chose de réellement « drôle »… Certes, il y a un peu d’humour, notamment grâce au stagiaire de Smith, Carl, sans qui cette histoire ne serait pas pareille… Mais j’ai été loin de sourire ou de rire au cours de ma lecture. Je pensais qu’il y aurait plus de passages amusants ou que l’on aurait droit à une comédie romantique comme « PS I love you » de Cecelia Ahern… Ce ne fut pas le cas. On est quand même sur une ambiance triste durant 90% du récit… Ce n’est pas un défaut, j’avais simplement d’autres attentes : j’ai été un peu décontenancée par le hiatus entre la présentation et la lecture de ce roman, assez original. Ainsi, je ne sais pas si j’en garderai un long souvenir néanmoins, je suis assez contente d’avoir lu cet ouvrage.

.

Imprimer.

Citations

Le pire pour moi, c’est de penser que désormais, elle n’est plus qu’une somme de souvenirs. Que se passera-t-il quand il s s’effaceront ?
.
—————
.

Je suis au fond du trou, Iris. J’ai l’impression d’être brisé en mille morceaux retenus par une ficelle et que je risque de voler en éclats au moindre coup de vent.
.
—————
.

Je me demande combien de personnes continuent à envoyer des mails à leurs amis après leur mort. Ça pourrait faire une histoire pour la radio, ce serait intéressant. Ou déprimant.

.

—————
.
Je ne suis pas sûr d’être très fan de regrets. Tout le monde a des regrets, mais ça ne signifie pas que nos choix sont des erreurs, ni même que nous aurions pu agir autrement. Ça veut simplement dire qu’on regarde en arrière et qu’on a l’impression qu’on aurait pu.
Je crois que regretter est une façon de croire (à tort) qu’on a le contrôle de sa vie. Ça nous permet de penser que si on avait agi différemment, les choses se seraient mieux passées. Mais ça peut facilement ne pas être le cas. Peut-être que si on avait agi différemment, les choses auraient été encore pires.
.

Ma note

3/5

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « « Ne te sens pas obligé de me lire simplement parce que je suis morte » de Mary Adkins »

  1. C’est vrai que le petit smiley sur la couverture suggère une ambiance légère, je toruve cela dommage car l’autrice risque de perdre des lecteurs à cause d’un problème marketing… Mais l’histoire en elle-même a l’air très intéressante !

    Aimé par 1 personne

    1. Exactement ! Ce petit smiley m’a également induite en erreur… Et puis, finalement, de la défunte, on lit peu de ses messages adressés à ses proches. Ce sont plus des messages de blogs/réflexions. Je n’ai pas forcément été d’accord avec le titre…
      L’histoire est effectivement intéressante et touchante. 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. 3 sur 5 c’est très bas comme note, mais ce livre me tente bien quand-même. Peut-être est-ce parceque comme tu le dis très justement, tu es plus intéressée par les feel-good.

    Aimé par 1 personne

    1. 3/5 signifie que c’est correct/sympa mais sans plus/mitigé/neutre.^^ Or, je suis partagée.
      Effectivement, je recherchais un peu plus de feel-good. Le petit smiley sur la couv’ et la mention de roman drôle sur la quatrième et le bandeau du livre m’a induite en erreur.

      J'aime

      1. Le Smiley n’avait pas lieu d’être, Et quand on est induit en erreur on est souvent déçu, car quand on commence un livre, ne serait-ce qu’inconsciemment on se met dans un certain état d’esprit en fonction du résumé .

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s