Littérature jeunesse

« Les mots d’Hélio » de Yaël Hassan et Nancy Guilbert

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les mots d’Hélio »
Auteurs : Yaël Hassan et Nancy Guilbert
Genre : Littérature contemporaine / Roman jeunesse – ado
Éditeur : Magnard

.

résumé du livre

Suite à un traumatisme crânien, Hélio, quinze ans, orphelin de père et passionné de sciences, ne réussit presque plus à communiquer. Sa capacité de réflexion est intacte, mais les mots se sont envolés. Sa mère étant elle-même en état de choc depuis l’accident, Hélio est confié à une famille d’accueil, les Dainville, qu’elle avait désignée dans le cas où son fils se retrouverait seul. Mila et Ruben, les enfants de la famille, l’accueillent chacun à leur manière, et pour Bianca, l’employée de maison, l’arrivée de ce garçon fait ressurgir de lointains souvenirs. Quel secret cache-t-elle à tous depuis des années ??

.

Ma critique

Un très joli roman jeunesse-ado que j’ai lu quasiment d’une traite ! J’ai été très touchée par les personnages dont la psychologie est bien développée, notamment du côté des trois jeunes et de Bianca, la bonne… Je me suis attachée à ce quatuor qui a su m’émouvoir et m’arracher plusieurs sourires, mais également à d’autres personnages secondaires comme l’orthophoniste Miangaly dont la franchise et la fraîcheur apportent de la fraîcheur au roman. Quitter ce petit monde m’a fait quelque chose ! J’aurais adoré en lire davantage. L’ouvrage nous plonge dans un huis-clos : dans la maison de la famille Dainville. Suite à une chute vertigineuse dont il s’est miraculeusement sorti, le jeune Hélio va garder des séquelles physiques et surtout orales, puisqu’il va devenir aphasique. couv3355077Envoyé dans une famille adoptive qu’il ne connaît ni d’Eve ni d’Adam, il va se renfermer comme une huître. À l’inverse de son frère qui va tout faire pour se rapprocher et quitter sa solitude, Mila, une jeune en pleine crise d’adolescence, ne va pas voir cette venue d’un bon œil… Autour d’Hélio vont graviter une dizaine d’individus que l’on va apprendre à connaître progressivement.

La narration alternée offre une très belle dimension au récit. Tour à tour, chacun va confier ses ressentis sur le drame, sur la situation et sur ce qu’il traverse. Craintes, doutes, colères, incompréhensions, chagrins et secrets se bousculent. L’ouvrage, qui ne semblait aborder que le sujet de la résilience, va se révéler plus profond qu’il n’y paraît… Plusieurs thématiques vont arriver au compte-goutte comme les Folles de mai en Argentine, le handicap, la seconde chance, la botanique, le harcèlement et la solitude, etc. Or, tout est traité avec simplicité et sans pathos ! J’avais par exemple quelques craintes concernant ces mères privées de leur enfant pendant la dictature cependant, les auteurs ont su aborder le sujet avec talent, même pour les plus jeunes… Ainsi, les secrets de famille sont au cœur de cet ouvrage qui, quel que soit votre âge, saura certainement vous émouvoir !

Malgré la difficulté que chaque protagoniste rencontre, l’histoire reste positive et réaliste. On prend plaisir à voir cette étrange famille s’apprivoiser, s’écouter, tisser des liens, se faire confiance et s’unir. On constate rapidement qu’ils ont besoin des uns des autres pour se relever. De plus, même si je m’attendais à la fin depuis le début (en tant qu’adulte, on fait rapidement le lien avec cette famille adoptive), j’ai été attendrie par les réactions des personnages. D’ailleurs, je ne trouve rien à redire sur ce livre qui effleure de peu le coup de cœur. Il faudrait que je teste « Les mots d’Hélio » sur mes ados, en espérant qu’eux aussi seront touchés. J’espère également qu’ils apprécieront la mise en page sympathique qui est souvent agrémentée de dessins d’Hélio, ce héros passionné de plantes. Merci encore aux éditions Magnard jeunesse pour l’envoi de ce roman fort, plein d’émotions et de thématiques, ainsi qu’avec une psychologie bien développée.

.

logo.

Citations

Malgré mon aspect de légume-affalé-dans-un-fauteuil, j’entends tout et je ressens les choses dans chaque cellule de mon corps. Pourtant, parce que je ne communique pas et que je me borne à exécuter maladroitement les consignes du kiné ou des infirmières, on s’adresse à moi comme un handicapé mental, avec des phrases simples et un air compatissant.
Hélio, le joueur de hand, passionné de sciences, a disparu. Désormais, je suis « Bulle », parce que je suis coincé dans ma bulle intérieure, comme un cosmonaute qui ne survivrait pas sans son casque.
.
—————
.

Les mots se cueillent, se respirent et se savourent comme les plantes.
.
—————
.

Maman, il faut que tu viennes me chercher ! Je ne peux pas rester là, tu n’as pas le droit. Sors de ta bulle, s’il te plaît.
On est liés, toi et moi, tu me le répétais tout le temps. Comme un chêne et son rejeton. Tu sais bien que les arbres communiquent entre eux par leurs racines et qu’ils s’envoient des messages chimiques quand c’est la galère. Mais comment on va faire puisqu’on n’a presque plus rien à envoyer, ni l’un ni l’autre ? Tu les entends, mes minuscules signaux de détresse, là ? Parce que si tu laisses tomber, je vais crever.

.

—————
.
Je veux ma chambre, mon lit, mon chez-moi. Pas ceux des Dainville. Il paraît que ma mère les avait désignés au cas où il lui arriverait quelque chose, et voilà. La CHOSE est arrivée. Je me torture le cerveau pour savoir comment elle connaît ces gens, pourquoi elle ne me les a jamais présentés et pourquoi elle a osé penser qu’un jour j’aurais envie de débarquer chez de parfaits inconnus.
.
—————
.
Parce que j’avais tort, parce que je n’étais pas le seul à me recroqueviller dans ma bulle : chacun à notre façon, nous étions coincés dans les nôtres, par peur des autres. Et il a suffi d’avancer, un pas après l’autre, pour que les bulles éclatent une à une.
.

.

Ma note

4,5/5

Publicités

9 réflexions au sujet de « « Les mots d’Hélio » de Yaël Hassan et Nancy Guilbert »

  1. Comme tu le sais, je partage complètement ton avis sur ce très beau roman qui, je l’espère, saura conquérir tes ados, mais pas que, ce roman dégageant une telle positivité qu’il pourrait faire du bien même aux adultes.
    Avec cette phrase « Quitter ce petit monde m’a fait quelque chose ! « , tu as parfaitement exprimé mon ressenti à la fin de ma lecture. Quitter Hélio, Bianca et les autres ne fut pas chose aisée…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s