Fantastique/Fantasy

« Les masques d’Azr’Khila » (Shâhra T1) de Charlotte Bousquet

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les masques d’Azr’Khila » (Shâhra T1)
Auteur : Charlotte Bousquet
Genre : Fantasy
Éditeur : Mnémos

.

résumé du livre

Djiane, héritière d’un art mortel et secret, est donnée contre son gré à un seigneur tyrannique. Arkhane, apprentie chamane, est privée en une nuit de son identité et de ses dons. Abandonnée dans un reg aride, elle ne doit sa survie qu’à la protection d’un étrange vautour. Seule rescapée de l’attaque d’une gigantesque créature des sables, Tiyyi, une jeune esclave tente d’échapper à la fournaise de Tessûa. Recueillie par des nomades, elle découvre peu à peu ses pouvoirs. Et dans l’ombre, un immortel en quête d’humanité, un djinn prisonnier d’un corps vieillissant, prêt à tout pour devenir un dieu…

.

Ma critique

Ayant vu que Charlotte Bousquet était aux Imaginales, j’ai eu terriblement envie d’aller échanger avec elle pour lui parler de ses publications et pour lui en acheter une nouvelle. Sa plume me plaît beaucoup et, la plupart du temps, l’auteure n’hésite pas à proposer des héroïnes fortes, déterminées et avides de liberté ou d’émancipation. C’est le cas avec « Les masques d’Azr’Khila » qui propose quatre portraits féminins répondant à ces critères. Ces narratrices permettent d’aborder une pluie de thématiques comme la condition de la Femme, le féminisme, la différence, la tolérance, l’entraide, etc. Pourtant, l’ambiance de ce premier opus est loin d’être tranquille ! On est sur de la Dark Fantasy. Plusieurs passages seront donc difficiles… Attendez-vous à de l’esclavagisme, de la drogue/de la dépendance, mais surtout de la violence comme de la torture physique et psychologique, des meurtres, du chantage, des viols, … Les scènes ne sont pas détaillées comme dans « Le dieu oiseau » d’Aurélie Wellenstein cependant, elles ont tout de même lieu et laissent des marques sur les protagonistes.

La superbe couverture retranscrit bien l’atmosphère de cette duologie. Comme le dit Charlotte Bousquet dans ses remerciements, on est sur un récit dépaysant reprenant un mélange de « culture scythe, animiste, arabe et perse ». couv17874725On est donc sur une ambiance du désert « Mille et une nuits » avec des coutumes arabes, des divinités, des créatures folkloriques tels que les djinns ou des esprits-gardiens (animaux guides), des contes, des légendes, … L’ensemble m’a enchantée ! J’ai également apprécié les nombreux chants ou poèmes retranscrits au fil de l’histoire, même si ces derniers n’aident pas forcément à l’immersion (tout dépend des goûts du lecteur).

Les narratrices sont intéressantes et vont toutes avoir un destin cruel. Heureusement, leur détermination et leur courage les aideront à aller de l’avant. Djiane est une jeune femme que l’on va marier de force à un tyran alors qu’elle aimait un autre homme. Son époux m’a rappelé le maître du harem dans « Les illusions de Sav-Loar » de Manon Fargetton. Il est aussi exécrable, vicieux, puissant et horrible que lui… Tiyyi est la demoiselle qui m’a plu le moins. On ne la voyait pas beaucoup par rapport aux autres, tandis que sa personnalité était moins développée… En revanche, Arkhane m’a fait forte impression dès sa première apparition. Androgyne né.e avec les attributs des deux sexes, elle fait l’admiration de certains et la jalousie des autres… Mais c’est surtout sa manière dont elle va remonter la pente après un drame qui m’a émue. De plus, tout le côté chamanique et médicinal qu’elle va côtoyer m’a intéressée. Aya Sin, qui n’est pas mentionnée dans le résumé mais qui va jouer un grand rôle dans le scénario, est une narratrice intrigante. Elle côtoie Malik, le fils d’un immortel rêvant d’être un sur-homme comme son géniteur. Avec eux, l’ambiance est plus tournée vers la pression, la mort, la drogue et la manipulation… Nul doute que leur rôle sera décisif pour la suite de l’histoire…

Même si j’ai aimé le féminisme de ce premier opus, la plume de l’auteure, les thématiques engagées ainsi que le mélange de cultures exotiques, je n’ai malheureusement pas été totalement convaincue… Le parcours des héroïnes est très similaire, ce qui donne l’impression de redondance. De plus, j’ai eu l’impression que les quatre femmes se ressemblaient beaucoup, au point que je confonde parfois certaines d’entre elles, notamment Tiyyi qui est bien trop effacée par rapport à ses consœurs… Le rythme est également assez linéaire et comporte peu de rebondissements, ce qui peut engendrer des longueurs. De ce fait, j’ai trouvé qu’il manquait du suspense ou quelque chose me donnant envie de tourner frénétiquement les pages… Je ne ressens pas la pulsion de me jeter sur la suite, même si je pense le faire un jour. C’est dommage… Je verrai plus tard si le second et dernier opus me laisse la même impression.

..

CitationsArkhane roule sur elle-même, s’appuie sur ses coudes, et ses yeux plongent dans ceux de son double, réfléchi par une flaque d’eau étrangement huileuse. Elle découvre avec surprise qu’une poussière d’ocre rouge recouvre sa peau. Instinctivement, elle frotte ses paumes contre ses joues, ses paupières, ne laissant qu’une mince ligne pourpre au milieu de sa figure, une ligne qui la coupe en deux, deux parties distinctes, l’une blanche comme la mort, l’autre noire comme la vie. Elle reconnaît la marque d’Azr’Khila, la Déesse aux deux visages.
.
—————
.
Infinies, les vagues
Comme des dunes mouvantes
Profondes et secrètes

Bleu-gris, le ciel
S’estompe dans l’océan
Comme le chagrin
.
—————
.
La douleur.
Seul rempart contre la folie.
Brusquement, un soupir, un froissement. Et puis, plus rien. Des relents aigres, écoeurants, de venin, de peur, d’excréments, de sang. Le silence, à peine troublé par les plaintes des rares survivants. Tiyyi roula sur le côté, se redressa. D’abord, sur les coudes, puis sur ses genoux. Noir. Rouge. Rose. Gris. Et sur cet amas de cadavres, des éclats de métal. Plastrons, cimeterre ou casques, dernières traces de la horde décimée.
– Je dois…me débarrasser…de…mes chaînes.
.

Ma note

3/5

 

 

Publicités

24 réflexions au sujet de « « Les masques d’Azr’Khila » (Shâhra T1) de Charlotte Bousquet »

  1. Ma sœur et moi, on a beaucoup hésité vis-à-vis de ce premier volet ; j’avais déjà lu des critiques similaires à la tienne, du coup j’ai bien peur qu’il ne tienne pas toutes ses promesses. Dommage !

    J’attendrai de voir des avis sur le tome 2, avant de me décider, je pense 😉.

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais ajouté ce livre à ma wishlist depuis un moment quand j’avais vu la couverture mais je n’avais pas eu le temps de me jeter dessus. Le début de ta chronique m’a fait me dire que ce livre était fait pour moi ! Et puis tu as parlé de redondances et de manque de rebondissements, de même tu ne ressens pas l’envie de te jeter dessus, ça m’a refroidi 😅 mais comme c’est de la dark fantasy je le garde dans ma liste et le lirai quand c’est possible, dommage que tu n’aies pas plus accroché

    Aimé par 1 personne

  3. Je ne suis pas fan des redondances, mais tu as mis en avant suffisamment d’atouts pour ce que ce point ne me rebute pas outre mesure. La pluralité des thèmes abordés, bien que certains assez durs, et le côté féministe bien présent sont tout autant de choses qui me donnent envie de me laisser tenter… Et puis, cette couverture est juste sublime 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Vraiment dommage pour les p’tits points négatifs, notamment au niveau de la ressemblance des héroïnes dans leur évolution personnelle… Je suis quand même carrément tentée par les thèmes et cultures abordés !! 🙂 Puis la couverture en plus, oh lalaaaaaaa

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s