Fantastique/Fantasy

« Gryphus Imperatorius » (Chroniques merveilleuses T2) de Sébastien Morgan

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Gryphus Imperatorius » (Chroniques merveilleuses T2)
Auteur : Sébastien Morgan
Genre : Fantastique / Roman historique
Éditeur : Auto-édition

.

résumé du livre

Alors que s’achève la campagne contre les peuples Carpes, les Jeux Séculaires, marquant le millénaire d’existence de la Ville Eternelle, commencent à Rome. Mercurius et Shanaka sont jetés dans l’arène du Colisée où ils devront livrer des combats épiques pour le plus grand plaisir d’un peuple romain assoiffé de sang. Et pendant que le peuple se réjouit et que les intrigues battent leur plein au palais impérial, des puissances ésotériques millénaires se lèvent en Germania.

.

Ma critique

Dans cette suite, l’auteur reprend tous les bons éléments ayant fait la réussite de son premier opus : mythologie, Histoire, monde gréco-romain et magie avec de la sorcellerie ainsi que des créatures fantastiques ! Ce cocktail a de nouveau fonctionné avec moi. De plus, même si je ne me souvenais pas beaucoup du premier tome (hormis la fin qui était surprenante), j’ai rapidement retrouvé mes marques et me suis souvenue progressivement des différents protagonistes que l’on va retrouver. J’ai ainsi pris plaisir à retrouver et suivre Mercurius, le fils de Yares, à qui il va arriver beaucoup de choses ! Par exemple, le pauvre amoureux transi va être jeté dans l’arène avec son ami Shanaka… couv5003764Tous deux vont être contraints de s’entraîner afin de participer aux Jeux Séculaires, où la Mort semble forcément les attendre ! Cette ambiance de gladiateurs et les nombreuses sessions d’apprentissage m’ont captivée. Non seulement l’atmosphère me plaît, mais elle apporte également une bonne dose de tension, car on se demande si les deux combattants vont s’en sortir… Ce qui est loin d’être gagné étant donné le dénouement de « La flèche du scythe » !

Une fois encore, les complots sont légion… On assiste à des alliances (plus ou moins voulues), du chantage, des stratégies en préparation, des enjeux politiques, etc. Cela rend la lecture fluide, intéressante et prenante. L’amour n’a clairement plus sa place. Tout est devenu duperie, utilisation de la force, manipulation ou survie. On sent que le récit a pris une tournure plus sombre et, surtout, plus maléfique. En effet, dès le prologue, on découvre une puissance démoniaque à l’œuvre qui, petit à petit, va corrompre certains hommes. J’ignore où l’auteur veut en venir avec ces ténèbres cependant, je suis réellement curieuse de le découvrir ! On assiste donc à plusieurs scénarios qui vont certainement se croiser tôt ou tard que ce soit dans cet ouvrage ou dans la suite de la saga…

J’ai apprécié l’évolution ainsi que la rencontre de certains protagonistes que l’on va découvrir grâce à une narration alternée. C’est par exemple le cas de Mercurius qui s’est endurci suite à ce qu’il a vécu et qui semble aussi courageux et déterminé que son père. Saphina, la mère de Mercurius, m’aura surprise à plusieurs reprises, en particulier lors du prologue, car je ne me souvenais plus qu’elle avait de telles origines ainsi qu’une dextérité aussi impressionnante. Gaius est fidèle à lui-même : il fera preuve d’acharnement pour se débarrasser de tous les pions jugés trop gênants… À commencer par le jeune gladiateur ou son propre fils Faustus… Ce dernier m’a d’ailleurs impressionnée. Je ne le pensais pas aussi cruel et odieux, surtout avec la pauvre servante Ylissa. J’ai presque eu de la peine pour lui lorsque je lisais les remarques de son géniteur à son égard, puis j’ai vite changé d’avis une fois que j’ai découvert ses agissements dans les premiers chapitres où il apparaît. Hélas, Sébastien Morgan va se révéler être de nouveau sans pitié avec ses personnages…

Ce second volet m’a séduite autant que son prédécesseur. Encore une fois, c’est un bon roman auto-édité qui mérite d’être lu, surtout si l’on est fan de mythologie et d’imaginaire ! Certes, il demeure quelques coquilles ou fautes néanmoins ça n’entrave pas la lecture et cela reste assez rare. Je remercie l’auteur de m’avoir proposé de découvrir cette suite captivante.

.

.

CitationsLa pauvreté extrême, elle marque les âmes et les visages. Ceux-là seraient prêts à m’éventrer par pur plaisir, car ils s’imaginent que je viens d’une haute famille patricienne… Quelle ironie !
.
—————
.
Un rire retentit, sec avec une pointe d’hystérie, un trille sifflant éveillant les peurs les plus ancestrales. Héliogabale trembla. A cet instant, il sentit une main sur son épaule. Il était pétrifié, il n’osait pas bouger. Du coin de l’œil, il pouvoir voir de longs doigts blancs aux ongles acérés comme ceux des rapaces.
– Allons Héliogabale, tu me pries depuis que tu es enfant. Ne me dis pas que tu as peur ?
.
—————
.
Il resta un instant sans bouger, contemplant le tombeau vide. Une soude angoisse monta en lui car quoi qu’il y eût là-dedans, les Daces l’avaient libéré et c’était maintenant une menace pour l’Empire.
.

Ma note

4/5

 

 

5 réflexions au sujet de « « Gryphus Imperatorius » (Chroniques merveilleuses T2) de Sébastien Morgan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s