Fantastique/Fantasy·Science Fiction

« Frankia » T1 de Jean-Luc Marcastel

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Frankia » T1
Auteur : Jean-Luc Marcastel
Genre : Fantasy / Science-Fiction / Uchronie / Steampunk
Éditeur : Mnémos

.

résumé du livre
1940. Dans une France décalée, pendant la seconde guerre mondiale, où la magie se mêle à la technologie, Loïren, un jeune Frankien élevé par un orc en zone libre, va recueillir une jeune femme elfe poursuivie par la milice et se retrouver au cœur du conflit qui embrase Europa. Mais qui est véritablement Loïren ? Quel est son lien avec les forces obscures qui rongent le cœur des peuples libres ? Derrière l’histoire, celle des États et des Nations, se cachent le combat, la haine et l’amour des hommes et des femmes emportés dans la tourmente, qu’ils soient réels ou imaginaires…

.

Ma critique

Que le temps passe… Il m’aura fallu deux ans avant de sortir ce pavé de ma PAL !couv73419744 Pourtant, ce roman offert par mon amie Mikasa réunissait plusieurs genres susceptibles de me plaire : la fantasy sous toutes ses formes (générale, dark, heroic, etc.), la science-fiction et l’uchronie. Seul le côté steampunk m’effrayait un peu, car je n’en suis pas spécialement férue… Finalement, l’ensemble fonctionne assez bien et, une fois que l’on a dépassé la cinquantaine de pages, on progresse dans sa lecture avec aisance ! Il faut avouer que la plume de Jean-Luc Marcastel est vraiment travaillée, adulte, poétique et intéressante. Lorsqu’il décrit des personnages ou certains lieux, le lecteur les imagine aisément. De plus, l’auteur possède un autre talent : son coup de crayon ! En effet, entre deux/trois chapitres, on peut découvrir une quinzaine de portraits des différents protagonistes ou ennemis, ce qui ajoute une très belle plus-value à la saga. Les têtes de chapitres sont également décorées de rouages ailés, ce qui est très agréable visuellement. Par ailleurs, mon exemplaire a pour atout d’avoir une superbe dédicace grâce à Mikasa, représentant Faëllia avec de la poudre argentée. Merci encore à elle pour ce joli livre-objet !

L’idée de transposer la Seconde Guerre mondiale avec des créatures imaginaires est osée mais plutôt originale ! Ici, il est question d’humains employant la technologie (armements, monstres mécaniques) contre différents peuples comme les nains, les orcs et plus particulièrement les elfes. Ces races se rejettent les unes des autres et se trahissent, par crainte que le tyrannique Technarkonte Von Drakho et sa milice les tuent en retour. En effet, cette armée ayant envahi presque toute la France (ici Frankia) utilise la pression, les meurtres, les viols et les exemples généraux, comme le fait de raser tout un village, pour maîtriser la populace. Il y a énormément de racisme à l’égard des races non-humaines qui sont considérées comme inférieures… Difficile de ne pas faire le parallèle avec la race Aryenne, les juifs/elfes, et autres personnes jugées comme impures par le Führer… Les noms des différents pays ont également été changés, ce qui donne par exemple Teutonia, Britonnia, Poskia ou encore Amerindia… J’ai apprécié le concept d’uchronie fantastique et espère que cela continuera d’être développé par la suite. Il s’agit là d’un monde différent, mais tellement proche du notre…

Au milieu de cette guerre qui fait rage vivent Loïren, un humain adopté, et Morkhaï, un orc. Ces deux jeunes adultes vivent légèrement en dehors du village avec leur père orc et évitent de se faire remarquer, notamment par Eric et sa bande, des veilleurs de leur âge qui sèment la terreur… Un jour, leur destin va chavirer par l’arrivée de Faëllia, une très belle elfe qui peut changer à jamais le cours de ce conflit ! Commence alors une longue quête où vont se mêler voyage, rencontres, combats, magie et prophétie. Bien que l’ensemble soit prenant et avec peu de temps morts, j’ai trouvé que cela faisait très fantasy classique, voire cliché par moment ! En effet, l’histoire est finalement assez cousue de fils blancs, notamment à cause des personnages. Loïren est le parfait exemple du héros habituel : un gentil garçon droit et avec des valeurs, qui a oublié son passé, mais qui semble disposer de pouvoirs latents surpuissants et un côté doux faisant craquer la gente féminine… Je n’ai pas accroché à son côté trop fleur bleue et j’ai trouvé qu’il était trop vite tombé amoureux de Faëllia (juste en un regard !)… C’était lourd de le voir complètement fou amoureux alors qu’il ne savait rien de l’élue de son cœur… Certes, les choses s’expliquent plus tard toutefois, je n’ai jamais cru à cette romance. Ainsi, je suis restée complètement insensible à cet amour interdit

illufrankiamarcastel.jpg
Quelques portraits des personnages…

Faëllia m’a également déçue, car elle est l’archétype de la belle et puissante princesse, mais ne va pas spécialement agir. Malgré son entrée fracassante montrant qu’elle est habile avec une lame, elle se contentera de fuir ou de laisser ses gardes du corps agir à sa place… J’ai eu l’impression qu’en quelques chapitres, on lui avait attribué le rôle du pot de fleurs sexy servant uniquement à alimenter une histoire d’amour faisant polémique ! C’était terriblement frustrant, d’autant que la gente féminine est peu présente dans cet ouvrage… Seul Morkhaï a su me toucher et me convaincre ! Il est le personnage le moins manichéen du lot. De plus, cet orc est à la fois réfléchi, protecteur, puissant, dévoué et juste dans ses émotions. Je me suis rapidement attachée à lui, regrettant même qu’il ne soit pas le héros de cet ouvrage… À travers lui et d’autres membres de son peuple, j’ai adoré découvrir les orcs : leur mode de vie, leurs traditions, leur philosophie de vie, etc. C’était très intéressant ! Certains personnages secondaires sont également touchants, même s’ils restent cantonnés à leur rôle de « gentils »…

Derrière cette aventure rythmée et cet univers impitoyable se cachent beaucoup de thématiques actuelles : la différence, la peur, la haine, le racisme, l’injustice, les préjugés, les croyances, le concept du bien et du mal, l’entraide, la résistance, l’amour, … Une pluie de sujets qui fait réfléchir le lecteur ! Hélas, j’ai trouvé que cela n’était pas suffisant : à mon sens, la quête du trio m’a paru moyenne et avec trop de facilités scénaristiques et des clichés (mort du mentor, gentils résistants, méchants fourbes, Filles à protéger, Hommes combattants, trahison des collabos, etc.)Mon manque total d’attachement au héros dont on devine aisément le passé a également pesé dans la balance ! C’est bien dommage, car il y avait beaucoup de qualités à ce premier tome qui faisait des clins d’œil à plusieurs univers comme le Seigneur des anneaux, World of Warcraft, … Je lirai la suite si l’occasion se présente toutefois, je n’en fais pas une priorité.

.

.

Citations

Il avait d’ores et déjà trop tutoyé l’enfer pour encore s’émouvoir de ces forfanteries sanglantes.
On s’habitue à tout, même à l’horreur.
.

—————

Méfiez-vous des hommes et de leurs querelles, de leurs guerres et de leurs haines… Ils vous y entraîneraient… et vous y noieraient.

—————

Un cœur épris donnerait des leçons de courage à tous les conquérants du monde.

—————

Moi aussi j’ai de bonnes raisons de haïr les humains. Mais on ne peut tenir une race entière pour responsable d’un crime d’un seul, ou même de plusieurs, les nôtres en ont déjà assez souffert.

.

Ma note

3/5

8 réflexions au sujet de « « Frankia » T1 de Jean-Luc Marcastel »

  1. Le concept de départ semble en effet super original et attise franchement ma curiosité malgré un roman qui ne t’a pas transportée plus que cela… Par contre la romance et les personnages freinent quelque peu mon intérêt. Je ne sais pas trop si je lirai le roman, mais j’essaierai de le feuilleter si je le trouve à la bibliothèque.

    Aimé par 1 personne

  2. Ce que tu dis de la gente féminine c’est EXACTEMENT pareil dans une autre série de l’auteur : Tellucidar. Et ça m’avait tellement énervée ! Du coup, ça m’a dégoutée de l’auteur et je n’en lis plus ni ne le conseille ^^ C’est quand même fort dommage que ça recommence pareil dans tous ses bouquins lol.
    Ouais donc du coup, ça me fait pas envie ^^
    Kin

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai un peu peur du côté steampuck que j’apprécie peu généralement, mais ce livre a l’air plus que travaillé et complexe entre plusieurs genres et thèmes. Je n’ai jamais lu de livres de l’auteur et je ne commencerais peut-être pas par celui-là, je vais éviter les pavés dans ce cas précis ^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s