Littérature jeunesse·Romans·Young adult

« Max » de Sarah Cohen-Scali

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Max »
Auteur : Sarah Cohen-Scali
Genre : Roman historique / Littérature pour ados, YA et adultes
Éditeur : Gallimard

.

résumé du livre

« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler! »

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

.

Ma critique

Roman coup de poing, « Max » a pour originalité de parler de la Seconde Guerre mondiale, mais du côté allemand et, plus particulièrement, du point de vue du premier enfant appartenant au programme « Lebensborn » ! Ce fut une lecture très intéressante ! J’avais beau avoir déjà connaissance de ce programme grâce à d’autres livres comme « Orphelins 88 » de la même auteure ou « Un goût de cannelle et d’espoir » de Sarah McCoy, j’ai tout de même appris plein de choses sur cette période historique glaçante

couv38779220Dans le récit, on est propulsé aux côtés de Max/Konrad lorsqu’il n’est encore qu’un fœtus attendant son heure pour sortir. L’auteure a volontairement fait en sorte que son petit narrateur soit déjà endoctriné par le Reich et voue sa future existence à Hitler. Dès le début, la violence de ses mots et la puissance de ses idéaux m’ont déroutée… Ce bambin n’a aucune compassion pour les faibles et, une fois sorti du ventre de sa mère, fait rapidement preuve d’autorité, de fierté, de sens critique, d’intelligence et de vivacité. C’est assez impressionnant ! Dans la première partie, on va suivre ses premières années de sa vie. On y découvre son entourage (les autres bébés et les mères), son quotidien, les adoptions auprès des familles de soldats allemands, etc. Certains passages m’ont émue, comme celui où Heidi raconte comment elle a conçu son enfant alors qu’elle était encore tellement jeune… La majorité des Femmes ayant intégré ce programme ne savaient pas ce qui les attendaient et, pire, se faisaient souvent violer (et pas forcément par une personne)… Il y a également ces moments où l’on parle des nourrissons jugés non-conformes, sur lesquels on va faire des expériences… C’est fou comme les examens étaient minutieux et les réglementations aussi strictes ! Mais ce n’est rien à côté des actes ignobles si l’on n’appartient pas à ces critères.

Les autres parties du livre concerne le vécu de Max/Konrad une fois qu’il est plus grand et capable de parler. Sarah Cohen-Scali a mis en lumière d’autres projets de l’Allemagne. C’est par exemple le cas des rafles d’enfants correspondant aux critères aryens alors qu’ils sont étrangers. Les scènes sont souvent terrifiantes, car on imagine aisément comment les faits se déroulaient… L’auteure a très bien su retranscrire le contexte, la détresse des familles, la peur des enfants que l’on a arrachés à leur foyer, ainsi que les premiers doutes de notre anti-héros pourtant perverti par toute cette propagande… Celui-ci va faire des rencontres qui vont énormément le marquer et qui vont venir, peu à peu, ébranler quelques-unes de ses certitudes… Hélas, cela ne sera jamais suffisant ! C’est finalement la découverte de Lukas, un adolescent juif ayant intégré le programme, qui va faire ouvrir les yeux le jeune narrateur ! J’ai beaucoup aimé leur relation fraternelle, à la fois haineuse, pleine d’humour noir ou de cynisme, d’affection, de protection et d’admiration… Leurs liens vont se renforcer pendant tout le dernier tiers, évoluant progressivement et avec bien des émotions… Ce tandem m’a vraiment touchée… Deux jeunesses brisées, quel que soit le côté de la Guerre, qui n’ont pas connu ou qui ne connaîtront plus l’Amour d’une famille…

Cet ouvrage s’est révélé très riche en informations et saura certainement toucher tous les publics ! Grands ados (dès la 4ème/3ème) et adultes ne seront pas insensibles à ce que narre l’auteure dans sa fiction basée sur des faits réels et des personnes ayant existé ! Certes, le rythme est lent et j’ai ressenti quelques longueurs, néanmoins ce fut une lecture intéressante, percutante, impitoyable et poussant à la réflexion… Une expérience littéraire à découvrir ! Enfin, je vous invite à lire la critique de Lire à la folie qui m’a donné envie de lire les deux romans que Sarah Cohen-Scali a écrit sur 39-45.

.

lebensborn-nazi-centres-une

.

Citations

Pour qu’un mensonge soit crédible, j’ai découvert qu’il fallait l’agrémenter de quelques éléments de vérité.
.
—————

.
Hé ! Tête de Mort ! Tu sais ce que c’est, une librairie ?… Tu sais à quoi ça sert, les livres ? Ça sert à être lus, pas à être brûlés comme le font tes potes en hurlant comme des sauvages.
.
—————
.
Je n’avais pas compris pourquoi Lukas avait pleuré en écoutant mon histoire. Je n’avais pas non plus compris la signification du mot témoigner. Maintenant, si. Normal. J’ai grandi. J’ai neuf ans et demi. Et je crois bien qu’en temps de guerre, pour un enfant, les années comptent double.
.
—————
.
– Sale Juif !
– Nazi !
– Chien de Polack !
– Rejeton du Reich !
– Sous-race !
– Bâtard !
– Parasite !
– Tes parents ont baisé dans les usines de fornication !
– Les tiens baiseront plus jamais !

.

Ma note

4/5

Publicités

20 réflexions au sujet de « « Max » de Sarah Cohen-Scali »

    1. Coucou !
      J’espère que ta mère aimera autant que nous.^^

      J’en ai plusieurs ! Si jamais, voici le lien vers le tag « 2GM » du blog où tu trouveras plusieurs livres sur le sujet :
      https://lespagesquitournent.wordpress.com/tag/seconde-guerre-mondiale/
      S’il fallait t’en recommander quelques-uns, tu as « Où passe l’aiguille » de Véronique Mougin, « Orphelins 88 » de Sarah Cohen-Scali, « Un goût de cannelle et d’espoir » de Sarah McCoy, « La Coquetière » de Linda D. Cirino et « Block 46 » de Johana Gustawsson.

      Là-haut = Au revoir-là haut ? Si c’est le cas, je pense que ce roman va beaucoup te plaire. La BD et le film adaptés sont également très bien. Bonne future lecture !

      J'aime

  1. Bon sang, j’avais jamais entendu parler de ce projet « le lebensborn ». J’ai même cru que c’était un fait fictif mais non 😱 du coup j’ai envie de le lire, surtout vu tout ce qu’il aborde d’autres. Est-ce qu’il y a des scènes de viols détaillées ? (les femmes du projet qui sont parfois violées dont tu parles). Si c’est le cas, je pourrai pas, ça me tue trop ce genre de scènes

    Aimé par 1 personne

    1. Si tu ne connaissais pas ce projet, je te recommande vivement cette lecture qui est vraiment complète sur le sujet. L’auteure a fait beaucoup de recherches sur la période et ça se sent !
      Non, ce n’est pas décrit. Le nourrisson dit simplement « telle personne s’est faite violer pour la nation ». Mais en aucun cas on ne va assister à la scène… (Cela dit, ça bouleverse quand même, car on sait que c’est arrivé étant donné que c’est basé sur du réel.)

      Aimé par 1 personne

  2. ça a l’air d’être une lecture assez poignante en effet. J’ai toujours très peur de me lancer dans des romans traitant de cette période parce que j’en apprends toujours un peu plus sur les horreurs des nazis (et pas seulement, dans le dernier que j’ai lu sur ce thème, de Ken Follett, j’ai appris des choses affreuses sur certains « vainqueurs » à savoir les russes) et je suis chaque fois un peu plus choquée… Mais ta chronique me donne quand même très envie de lire « Max » !!

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas lu celui de Ken Follett… Mais cela ne m’étonne pas… Il n’y avait, hélas, pas des gens biens quel que soit le côté de la guerre… :/

      J’espère que tu trouveras le courage de le lire car, malgré le sujet, c’était vraiment intéressant d’apprendre tout ça…

      Aimé par 1 personne

  3. Je suis très contente que tu aies aimé.
    Totalement d’accord avec toi sur ta chronique: le lien avec Lukas, les passages choquants et émouvants, l’horreur du sort des bébés non-conformes décrit si facilement par Max, les viols cités si normalement,…
    Et aussi avec ta conclusion, ce livre suscite la réflexion et heurte le lecteur.
    Merci pour le lien 🙂 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Tes impressions de lecture ainsi que celles de Lire à la folie permettent de se rendre compte de l’horreur de ce projet, mais aussi de l’intensité de ce roman que je pense lire un jour où je me sentirai dans le bon état d’esprit. Dans tous les cas, je trouve fascinante la relation qui se construit entre deux personnages qui n’auraient jamais dû se rapprocher…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s