Romances

« Too Late » de Colleen Hoover

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Too Late »
Auteur : Colleen Hoover
Genre : Roman contemporain / Dark romance
Éditeur : Hugo & Cie

.

résumé du livre

Sloan n’a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle avait besoin. C’est justement pour échapper à une situation sans issue qu’elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique. De plus, c’est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n’a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu’il lui fait subir jusqu’à ce qu’elle puisse lui échapper. Seule. Personne ne peut l’aider à sortir de cette situation. Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu’elle vient de rencontrer. Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d’elle et il fait tout pour la persuader qu’elle ne peut pas se passer de lui. Personne ne s’interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.

.

Ma critique

En attaquant « Too Late », je savais que c’était l’un des rares romans de l’auteure sortant du lot, car il contient énormément de violence et de thématiques difficiles. La mention « pour public averti » n’est pas superflue, car ces pages contiennent des passages avec du viol détaillé, de la drogue, de la manipulation, de la brutalité, de la folie ainsi que des trafics en tous genres. On est loin de la petite histoire d’amour adorable ou rigolote ! Ici, on parle de Dark Romance car Sloan, l’héroïne, est réellement malmenée au quotidien, en particulier par son petit-ami Asa, un baron de la drogue de la faculté qui utilise toutes sortes de stratagèmes pour garder la jeune fille à ses côtés. couv58381556Leur relation est vraiment malsaine, terrifiante, dérangeante et douloureuse… Hélas, pour des raisons que l’on découvre au fil des chapitres, Sloan ne peut faire autrement que de rester avec cet homme qui la rabaisse plus bas que terre, la trompe, lui ment, la surveille, abuse d’elle tous les jours, mais refuse de s’en séparer malgré tout car il prétend l’aimer… Sa condition l’empêche de partir et, dès qu’elle tente quelque chose, Asa n’hésite pas à user de ses poings pour la retenir… La jeune femme ne se risque pas à exprimer son opinion et se voit littéralement terrifiée à l’idée de s’opposer à cet individu qui la martyrise ou prend ce qu’il désire dès qu’il le souhaite… D’ailleurs, dans l’ouvrage, on ne parle pas vraiment de viol (sauf à la fin), ce qui m’a assez choquée… En effet, Sloan n’ose pas réellement se débattre ou refuser le contact physique d’Asa, car elle totalement pétrifiée lorsqu’on la touche et, comme elle n’a connu que lui, elle se force à prendre du plaisir là où il n’y en a pas… Mais pour moi, c’est du pareil au même : elle n’est pas heureuse et écarte les jambes alors qu’elle n’en a pas envie… Que l’on soit féministe ou non, il faut savoir poser des mots sur des faits : la demoiselle se fait violer quotidiennement ! Il ne faut pas banaliser cet acte… Et le pire, c’est que ces passages sont longs, détaillés et nombreux ! On pourra en noter presque une dizaine… Le contexte est donc particulièrement horrible et il faudra s’accrocher pour suivre ce couple subir diverses épreuves physiques et psychologiques…

Ce type de récit n’est pas ma tasse de thé et a plutôt tendance à me révolter, car il existe malheureusement des Femmes dans cette situation, qui sont contraintes de vivre sous le joug d’une personne toxique et violente… Cependant, j’avais envie de découvrir cet ouvrage, car les critiques à son sujet sont souvent très bonnes. Pour certains lecteurs, c’est même l’un des titres les plus réussis de Colleen Hoover ! J’étais donc curieuse de me faire mon propre avis… Or, je reconnais que certains éléments sont bons… Tout d’abord, c’est une lecture qui ne laisse clairement pas de marbre ! Pour ma part, j’ai souvent réagi devant mon livre lorsque j’ai été confrontée au quotidien de Sloan, à l’ambiance infernale de la maison du dealeur, à certains personnages et aux nombreux prologues/épilogues. Asa est un personnage assez curieux… Outre le fait que ce soit une ordure que l’on souhaite voir croupir sous les barreaux, j’ai trouvé que c’était un bon « méchant » que l’on apprend aisément à détester. Il est déterminé à poursuivre son ascension dans la drogue, à vivre de la sorte et à posséder sa compagne… La narration se plaçant parfois de son côté permet de voir à quel point sa démence, sa paranoïa et son obsession n’ont pas de limites ! Il est prêt à tout… J’ai plutôt apprécié le fait de comprendre son passé brisé ainsi que sa psychologie même si, qu’on se le dise, je n’ai eu aucune compassion pour lui après tout ce qu’il a fait… Néanmoins, c’est un individu plus profond qu’il n’y paraît…

La romance en elle-même m’a paru assez clichée, voire agaçante. En ce qui concerne Sloan, je réalise aisément son attirance pour Carter, car il est évident qu’elle rêve d’une vie meilleure ! Elle ne peut que succomber à ce garçon gentil, qui prend soin d’elle, la respecte, la protège et a de la considération pour elle, car c’est la première fois que cela lui arrive ! Mais pour Carter, quand on découvre qui il est vraiment, j’ai trouvé que c’était plutôt n’importe quoi… Le jeune homme multiplie les bêtises comme les messages sur le tableau du frigidaire qu’ils sont les seuls à rédiger et à comprendre ou encore les situations problématiques comme le fait de s’embrasser ou de coucher ensemble alors que le tyrannique Asa est dans la pièce d’à côté… Quel manque de crédibilité ! Le tandem tire sur la corde, alors que Carter a plusieurs raisons de ne pas se comporter ainsi malgré son attirance immédiate pour Sloan… Cela m’a énervée et a évidemment conduit à des retournements de situation prévisibles… À trop jouer avec le feu, on finit par se brûler ! Je n’ai également pas aimé le côté trop manichéen des personnages : d’un côté, on a le vilain dealer avec son gang, de l’autre, on a le reste ! C’est regrettable, car on aurait pu avoir un entourage plus nuancé.

En soit, « Too Late » n’est pas mauvais et a le mérite de changer d’ambiance tout en proposant une romance difficile laissant peu de place à l’espoir… Toutefois, il y a aussi beaucoup de défauts, une impression de surenchère dans les problèmes ainsi qu’une impression de tirer sur la corde sensible, notamment avec les nombreux épilogues ! Voilà une expérience littéraire intéressante, mais qui ne m’a pas convaincue autant que la majorité des lecteurs…

.

Citations

Je suppose que, quand on vous pousse trop loin, la vengeance devient la seule chose qui vous stimule encore.
.
—————
.

Les tourments coulent de ses lèvres comme les paroles aléatoires qui coulent de ses doigts. J’essaie de les attraper, de les bloquer entre poings ; si seulement je pouvais tous les capturer.

.
—————
.
Il m’emmerde !
Il m’emmerde quand il s’assied à côté de moi en cours.
Il m’emmerde quand il se pointe chez moi.
Il m’emmerde quand il m’invite ici.
Il m’emmerde quand il me prend la main.
Il m’emmerde quand il est si gentil.
Il m’emmerde quand il rapplique partout où j’aimerais mieux trouver Asa, quand il représente tout ce que je rêve d’avoir.
.
—————
.
Et ce baiser n’est que le début d’un tout nouveau livre. Un livre où les miracles ne sont peut-être pas si invraisemblable.
.
.

Ma note

3/5

Publicités

9 réflexions au sujet de « « Too Late » de Colleen Hoover »

  1. c’est un des rares que je n’ai pas lu de cette autrice, et je t’avoue qu’il ne me tente pas vraiment … chacun des livres de Colleen Hoover évoque des sujets difficiles et durs, mais ce roman a l’air quand même difficile à lire donc j’hésite 😦

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s